Quand il reçoit la lettre, en octobre 2007, lui notifiant le refus du titre de séjour qu’il demandait et l’obligation de quitter le territoire français dans le mois qui suit, l’homme croit d’abord à une blague. Une mauvaise blague. Marié à une Française et père d’un jeune homme, français, de 23 ans, Maitre Abdoulaye Coulibaly a passé sa carrière à plaider la cause des étrangers en France mais aussi au Mali.

Inscrit au barreau d’Aix-en-Provence depuis 28 ans, sa carte professionnelle et son passeport malien avaient jusqu’alors suffit. « Lorsque je suis arrivé en France en 1962, le titre de séjour n’existait pas. Et quand est sortie la première loi sur les étrangers en 1974, on m’a dit que je n’étais pas concerné. Que la loi n’était pas rétroactive ! », explique le vieil homme, le regard à la fois triste et furieux. Ainsi poursuit-il sa vie privée et professionnelle sans difficultés. 

En janvier dernier il se rend au Mali pour un décès. La préfecture lui remet alors un récépissé dans l’attente d’une carte de séjour de 10 ans, qui lui a permis de faire l’aller-retour sans incident. Mais quelques mois plus tard, les questions fusent. On lui réclame des documents, des factures, des « preuves » de sa présence sur le sol français ces dix dernières années. Abdoulaye Coulibaly s’exécute. Mais en dépit des attestations de ses anciens bâtonniers et des quittances de loyer de son cabinet, son dossier est considéré comme irrecevable. 

Lundi dernier à 14h, il s’est donc présenté au tribunal administratif, sous l’œil des nombreux médias présents. Dans la salle bondée, une quarantaine d’avocats en robe était venue lui accorder son soutien. Le bâtonnier d’Aix, Jean-François Leca ainsi que le syndicat des avocats de France ayant aussi appuyé la plaidoirie de son avocate Me Claudie Hubert. Celle-ci réclamait une annulation de l’arrêté d’expulsion ainsi qu’un titre de séjour pour son client.

Ce n’est que lundi soir que le préfet de région Michel Sappin lui accordait une autorisation provisoire de séjour de 6 mois, « afin de permettre à M.Coulibaly de compléter son dossier et à la préfecture de procéder à un réexamen de sa situation ». Une affaire à suivre.

Jennifer Luby (MarseilleBondyBlog)

Jennifer Luby

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022