En novembre 2005, la France a vécu plus de trois semaines de troubles dans les banlieues suite à la mort accidentelle de deux jeunes dans une centrale électrique de Clichy-sous-Bois. Ces deux adolescents étaient poursuivis par la police. Aujourd’hui, l’affaire « Zyed, Bouna et Muhitin » est toujours dans les mémoires et surtout dans les arcanes judiciaires. Les juges changent, le temps passe, la procédure s’enlise.

Cela fait plus d’un an qu’Olivier Géron, ancien doyen des juges d’instruction du tribunal de Bobigny, est parti pour le tribunal de Paris où il est devenu vice-président. Il a été remplacé par la juge d’instruction, Madame Turseau. Après une longue période d’examen par la cour d’appel de Paris, l’affaire était terminée. La cour estimait que les demandes de complément d’actes demandées par l’avocat des policiers mis en examen et ce que demandaient les deux avocats des familles était inutile. Elle estimait que des actes d’information supplémentaires rappelleraient inutilement au jeune Muhitin, – présent lors du drame et très sollicité depuis 2005 par la justice -, des événements pénibles. Voilà ce qui était l’opinion de la cour d’appel de Paris.

Mais voilà que Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman (photo : de droite à gauche), avocats des familles, apprennent la nomination d’un troisième juge depuis ce mardi 19 mai. Retour au point de départ ou bien accélération de la procédure ? Interview :

  
Mignard et Tordjman – Clichy sous bois – Zyed et Bouna
envoyé par Bondy_Blog. – .

Nordine Nabili

Articles liés

  • Homicides policiers : « On est sur une année particulièrement problématique »

    En moins de 24 heures, deux personnes sont mortes sous les balles de la police. Pour Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, l’augmentation du nombre d’homicides policiers ne peut s’expliquer par la simple hausse des refus d’obtempérer, contrairement à ce qu'affirment les syndicats de policiers. Interview.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 10/09/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022