Dimanche, 3 heures du matin. La cour d’assises du Val-d’Oise vient de rendre sa décision. Des cris stridents s’échappent de la salle d’audience. Des femmes sortent en pleurs, elles viennent d’apprendre les peines infligées aux accusés : 15 ans pour Abou, 12 ans pour Adama, 9 ans pour Ibrahim, 3 ans pour Maka et Samuel. Les quatre premiers sont reconnus coupables de tirs contre la police lors des émeutes de Villiers-le-Bel de novembre 2007. Le cinquième, de leur avoir fourni une arme.

Une cinquantaine de personnes tentent de consoler les familles des condamnés. La police, en nombre, reste en retrait. Le directeur de la Sureté départementale demande à ses hommes d’agir avec retenue. Un peu plus tôt, il a exigé que les proches des accusés puissent utiliser les WC du palais de justice, dont l’accès leur était jusque-là interdit.

Des dizaines de journalistes accourent vers les avocats de la défense pour avoir leurs premières réactions. « Adama (considéré avec son demi-frère Abou comme l’un des meneurs, ndlr) est assommé par cette sentence. Il est abasourdi, d’autant qu’il n’y a aucune charge formelle contre lui. Je ne sais pas s’il souhaite faire appel. Laissons passer le traumatisme », déclare Me Konitz.

Les familles des accusés et leurs proches quittent le Palais de justice de Pontoise rapidement. Les « grands frères » lancent des appels au calme. Les visages sont tristes et les yeux humides. Les victimes policières, elles, ne sont pas très nombreuses en cette nuit du verdict. Elles se disent « satisfaites » du jugement et se montrent mesurées dans leurs déclarations : « La justice est passée. Les peines sont équilibrées. Nous pouvons maintenant fermer cette parenthèse définitivement », dit, soulagé, un policier victime de tirs. Les alentours du Palais de justice se vident rapidement. Seuls restent des centaines de CRS qui n’auront pas besoin d’utiliser la force pour assurer l’ordre.

« Tout ne peut se régler par la répression. Nous engageons des partenariats avec des acteurs du terrain », affirme le directeur de Sécurité départementale, visiblement désireux d’entamer une ère nouvelle et plus sereine des relations « jeunes-police », marquées par des années de méfiance voire de haine réciproque.

A Villiers-le-Bel même, l’atmosphère est calme et la police, absente. Les habitants sont endormis. Une nuit apparemment ordinaire en banlieue. La sentence laisse un goût amer à certains : « Nous condamnons la violence envers la police. Mais les gens qui sont dans le box, sont accusés à tort. Ils ont été victimes de leurs antécédents et de témoignages anonymes erronés. La lutte pacifique continue », affirme Nabil, un militant du mouvement Respect, vérité et justice.

Que vont décider les condamnés ? Interjetteront-ils appel ? Le procureur avait requis jusqu’à 20 ans de prison. Le jury populaire n’a pas suivi ses réquisitions. Un nouveau procès expose à de possibles plus lourdes peines.

Chaker Nouri

Sur le même sujet :
Proces-des-emeutes-de-villiers-le-bel-mon-mari-est-innocent
Pontoise-un-proces-de-noirs-et-de-blancs

Chaker Nouri

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021