Il est 21 heures mercredi, lorsque deux voitures s’enflamment dans le quartier de la ZAC de Villiers-le-Bel. Immédiatement, des CRS et des membres du GIPN déferlent sur les lieux, sortent en rang serrés de leurs véhicules, casqués et armés de matraques. Ils vont parcourir toute la cité pendant près de 30 minutes, apparemment sans procéder à aucune interpellation. Ils quitteront ensuite les lieux et disparaîtront. Ne restent au sein de la ville que quelques fourgons positionnés aux points stratégiques.

Un calme – tout relatif – est rétabli, mais une tension – très palpable – demeure :  désagréable impression de ville assiégée. La coupure est réelle entre les hommes en uniformes et la jeunesse de Villiers-le-Bel, alors qu’on s’achemine, paraît-il, vers la restauration de la police de proximité. Il faudra du temps avant que la confiance revienne.

Les jeunes de la ZAC et de la Cerisaie se sentent humiliés, ils ont l’impression de subir une injustice. Ils ne comprennent pas pourquoi l’enquête sur la mort de Laramy et Moushin est au point mort. Si elle ne l’est pas, rien, en tout cas, ne permet de dire qu’elle avance. Le procureur de Pontoise, qui aime décidément les médias lorsqu’il s’agit de communiquer sur les infractions commises par les jeunes de Villiers-le-Bel lors des émeutes de novembre dernier, mais qui refuse de dire un mot sur les circonstances de l’accident qui a coûté la vie aux deux adolescents.

Le sentiment d’humiliation est monté d’un cran avec la médiatisation à outrance de la descente massive de police, lundi. Des journalistes étaient présents lors de certaines arrestations, comme l’attestent les images dégradantes parues dans Paris Match. Les jeunes mettent en doute les interpellations, qui sont selon eux basées uniquement sur des témoignages et non sur des preuves tangibles

Ils sont choqués en particulier par l’arrestation de deux frères, âgés de prés de trente ans, pères de famille travaillant tous les deux, l’un étant animateur. Deux personnes appréciées par tous les habitants du quartier. Certes ils ont un casier judiciaire, mais selon nos informations, ils se sont rangés depuis plusieurs années.

Le frère aîné de ces deux gardés-à-vue, bouleversé, affirme, s’appuyant sur les dires de l’avocat chargé de leur défense, qu’ils sont soupçonnés d’avoir participé aux émeutes de novembre. Ils seront vraisemblablement présentés ce jeudi devant le juge d’instruction, qui décidera de la suite à donner à leur cas.

La justice, garante de l’Etat de droit, doit être rendue. Elle doit être la même pour tous et comprise par tous, afin d’être acceptée. S’il y a lieu, elle doit punir, mais sans humiliation, et permettre la réparation des préjudices. Mais elle doit aussi aider à la réinsertion de celui qui accomplit sa peine. Elle ne doit surtout pas favoriser un groupe par rapport à un autre, ne pas être une justice spectacle qui se met au service d’un gouvernement en perte de popularité.

A Villiers-le-Bel, les jeunes ont le sentiment que la justice a dérogé à cette règle.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022