Pourquoi a-t-il fallu attendre quatre ans ?
Le juge d’instruction avait rendu une ordonnance de non-lieu. La chambre de l’instruction a annulé ce non-lieu pour reprendre l’affaire. Tout ça a pris beaucoup de temps. On a perdu facilement plus de deux ans dans cette procédure.

Le renvoi du policier devant la justice pour homicide involontaire est une première étape. Y a t-il vraiment des chances d’aboutir à sa mise en responsabilité ?
Il y avait des éléments à charge et à décharge qui devaient être étudiés. C’est seulement après avoir examiné ces éléments que la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Versailles a décidé aujourd’hui, par un arrêt, de renvoyer le policier devant le Tribunal correctionnel. Seule la Cour d’appel aurait pu rendre un non-lieu, de nouveau.
Pour que la responsabilité du conducteur du véhicule soit confirmée par le tribunal, il fallait de toute façon passer par ce stade du renvoi. C’est lui qui va permettre la réunion du tribunal. C’était la condition et elle est aujourd’hui remplie. J’en suis très satisfait. Les familles sont très reconnaissantes de la décision.

Avez-vous une idée de la date de l’audience devant le tribunal correctionnel de Pontoise ?
Dans quelques mois, mais je ne connais pas la date précise pour le moment.

Que risque le policier qui était au volant du véhicule ?
Cinq ans maximum, c’est la peine actuelle pour un homicide. Mais tout dépendra de son comportement, s’il a déjà été condamné, de ses explications à l’audience, des conditions dans lesquelles l’accident est intervenu. Pour l’instant ce qui est important, c’est que le tribunal soit réuni. Cela fait quatre ans qu’on le demande. C’est un soulagement. Une étape essentielle qui a été franchie. On attend la suivante.

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021