Pourquoi a-t-il fallu attendre quatre ans ?
Le juge d’instruction avait rendu une ordonnance de non-lieu. La chambre de l’instruction a annulé ce non-lieu pour reprendre l’affaire. Tout ça a pris beaucoup de temps. On a perdu facilement plus de deux ans dans cette procédure.

Le renvoi du policier devant la justice pour homicide involontaire est une première étape. Y a t-il vraiment des chances d’aboutir à sa mise en responsabilité ?
Il y avait des éléments à charge et à décharge qui devaient être étudiés. C’est seulement après avoir examiné ces éléments que la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Versailles a décidé aujourd’hui, par un arrêt, de renvoyer le policier devant le Tribunal correctionnel. Seule la Cour d’appel aurait pu rendre un non-lieu, de nouveau.
Pour que la responsabilité du conducteur du véhicule soit confirmée par le tribunal, il fallait de toute façon passer par ce stade du renvoi. C’est lui qui va permettre la réunion du tribunal. C’était la condition et elle est aujourd’hui remplie. J’en suis très satisfait. Les familles sont très reconnaissantes de la décision.

Avez-vous une idée de la date de l’audience devant le tribunal correctionnel de Pontoise ?
Dans quelques mois, mais je ne connais pas la date précise pour le moment.

Que risque le policier qui était au volant du véhicule ?
Cinq ans maximum, c’est la peine actuelle pour un homicide. Mais tout dépendra de son comportement, s’il a déjà été condamné, de ses explications à l’audience, des conditions dans lesquelles l’accident est intervenu. Pour l’instant ce qui est important, c’est que le tribunal soit réuni. Cela fait quatre ans qu’on le demande. C’est un soulagement. Une étape essentielle qui a été franchie. On attend la suivante.

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022