Les proches et la famille nous reçoivent complètement sous le choc. A 12h30, Monsieur Samoura et sa famille étaient en train de déjeuner quand ils ont vu les policiers du GIPN et du RAID débarquer pour interpeller Mamadou, le grand frère du défunt Laramy. Des débris jonchent le sol et montrent la violence de l’interpellation. Le père a été bousculé, la mère qui portait un enfant a été poussée au sol. « Quand ils sont venus, j’ai dit aux policiers : Vous m’avez déjà pris un fils, vous ne me prendrez pas le deuxième ». Le quartier déjà secoué par une série d’interpellations à 6 heures du matin ne comprend pas l’absence de respect du deuil de la famille Samoura. En quittant l’immeuble entouré par une soixantaine de policiers en tenue anti émeute, on ressent une extrême tension. 


Villiers le Bel: le père et la soeur de Laramy
envoyé par Bondy_Blog

Axel Ardes, Mohamed Hamidi, Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022