Les proches et la famille nous reçoivent complètement sous le choc. A 12h30, Monsieur Samoura et sa famille étaient en train de déjeuner quand ils ont vu les policiers du GIPN et du RAID débarquer pour interpeller Mamadou, le grand frère du défunt Laramy. Des débris jonchent le sol et montrent la violence de l’interpellation. Le père a été bousculé, la mère qui portait un enfant a été poussée au sol. « Quand ils sont venus, j’ai dit aux policiers : Vous m’avez déjà pris un fils, vous ne me prendrez pas le deuxième ». Le quartier déjà secoué par une série d’interpellations à 6 heures du matin ne comprend pas l’absence de respect du deuil de la famille Samoura. En quittant l’immeuble entouré par une soixantaine de policiers en tenue anti émeute, on ressent une extrême tension. 


Villiers le Bel: le père et la soeur de Laramy
envoyé par Bondy_Blog

Axel Ardes, Mohamed Hamidi, Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021