Quand j’ai commencé à m’intéresser au tennis, il y a de cela quelques années, j’étais plutôt pro-Nadal. J’ai découvert l’Espagnol comme beaucoup de Français en 2005, lors de sa victoire à Roland Garros, à sa première participation. Tellement jeune (il avait moins de 20 ans), et déjà un si grand champion ! Je ne pouvais en faire que mon joueur de tennis favori. Petit à petit, j’en ai appris plus sur le sport à la balle jaune et je me suis rapproché du Suisse, Roger Federer, qui est aujourd’hui mon tennisman préféré.

Le premier mot qui me vient à l’esprit à son propos est élégance. J’ai rarement vu un joueur frapper aussi bien les balles. Son jeu est considéré comme le plus beau du circuit. Que dire de ses coups de génie, à tout moment et dans n’importe quelle position ? La classe. Classe, il l’est aussi en dehors de cours. Poli, discret et ouvert aux médias, Federer est un joueur moderne par excellence. En plus, il parle français couramment, ce qui me rend proche de lui. Peut-être est-il un substitut à un joueur français. Il est extrêmement rare de voir un Français si haut classé, du coup je me dis qu’un francophone, ça compense.

Je me suis mis à aduler Federer il y a quelques mois, à l’Open d’Australie. Une énième défaite contre l’Espagnol Nadal, et Federer qui tombe en larmes. J’avais suivi le match, voyant le Suisse impuissant, une nouvelle fois. Qu’il craque ainsi m’a vraiment touché, le Federer lisse avait disparu, le vrai était apparu et non plus le super génie du tennis qui en imposait tant. Je me rends donc compte en y repensant, que si le joueur de tennis me plaît beaucoup, j’apprécie encore plus Roger Federer en tant qu’homme, et c’est ça qui est génial.

Simon Chanut

Simon Chanut

Articles liés

  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021
  • « J’augmente mon budget essence et baisse mon budget nourriture »

    Alors que la hausse des prix du carburant continue de s'approcher des records du mois d'octobre dernier, dans les quartiers on prend son mal en patience face aux chiffres de la pompe. Étudiants, travailleurs, mères célibataires, toutes et tous ressentent un poids supplémentaire sur leur budget, alors que le chèque énergie du gouvernement n'est attendu par personne. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 22/11/2021