Quand j’ai commencé à m’intéresser au tennis, il y a de cela quelques années, j’étais plutôt pro-Nadal. J’ai découvert l’Espagnol comme beaucoup de Français en 2005, lors de sa victoire à Roland Garros, à sa première participation. Tellement jeune (il avait moins de 20 ans), et déjà un si grand champion ! Je ne pouvais en faire que mon joueur de tennis favori. Petit à petit, j’en ai appris plus sur le sport à la balle jaune et je me suis rapproché du Suisse, Roger Federer, qui est aujourd’hui mon tennisman préféré.

Le premier mot qui me vient à l’esprit à son propos est élégance. J’ai rarement vu un joueur frapper aussi bien les balles. Son jeu est considéré comme le plus beau du circuit. Que dire de ses coups de génie, à tout moment et dans n’importe quelle position ? La classe. Classe, il l’est aussi en dehors de cours. Poli, discret et ouvert aux médias, Federer est un joueur moderne par excellence. En plus, il parle français couramment, ce qui me rend proche de lui. Peut-être est-il un substitut à un joueur français. Il est extrêmement rare de voir un Français si haut classé, du coup je me dis qu’un francophone, ça compense.

Je me suis mis à aduler Federer il y a quelques mois, à l’Open d’Australie. Une énième défaite contre l’Espagnol Nadal, et Federer qui tombe en larmes. J’avais suivi le match, voyant le Suisse impuissant, une nouvelle fois. Qu’il craque ainsi m’a vraiment touché, le Federer lisse avait disparu, le vrai était apparu et non plus le super génie du tennis qui en imposait tant. Je me rends donc compte en y repensant, que si le joueur de tennis me plaît beaucoup, j’apprécie encore plus Roger Federer en tant qu’homme, et c’est ça qui est génial.

Simon Chanut

Simon Chanut

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022