Pourquoi participer à ce festival, qui se tient à Marseille jusqu’à demain dimanche ? Pour répondre à cette question, je suis partie à la rencontre de différents participants de Place Publique Junior. Je tombe d’abord sur plusieurs organisateurs du PPJ. Denis, l’un d’entre eux, accroupi, installe un panneau. Il habite dans le Vaucluse, et est bénévole pour les Petits Débrouillards, une des associations qui organisent le PPJ.

Il m’explique que les Petits Débrouillards est une association scientifique et technique. « J’y travaille et j’aime participer au PPJ parce que j’adore voir les jeunes discuter, échanger sur des envies de projets. » Pendant que nous parlons, Tecla Fornasier passe à proximité : elle est coordinatrice et salariée dans la même association. Elle acquiesce, mais ajoute en souriant, qu « qu’on tient aussi des animations avec des grands enfants, de 3 à 103 ans. »

Un peu plus loin, Amale (prononcer Amel) Lazzuni, responsable du conseil communal enfance jeunesse de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, nous livre ses motivations : « Je veux prouver aux jeunes, aux adultes, aux politiques que mon groupe est capable de monter un projet intéressant et de le mener jusqu’à son terme. » Sur les vingt-cinq membres du conseil, seuls sept ont été retenus pour venir présenter un projet sur la sécurité routière à Marseille.

Jamel, qui travaille sur ce même projet, participe au festival afin de partager ses expériences avec des jeunes déjà venus l’an dernier. Notamment deux projets qui lui tiennent à cœur : le premier vise à rénover un terrain de foot à Clichy-la-Garenne afin que les jeunes Clichois puissent profiter pleinement de leur loisir. Le second projet, « Tour Du Monde », consiste à faire découvrir les différentes cultures du monde à travers des personnes originaires des pays présentés. Arrivé hier matin à Marseille, Jamel a trouvé le festival très accueillant, avec une bonne ambiance.

Il est ravi de partager ses expériences avec des anciens mais aussi des nouveaux. Moi-même faisant partie du conseil, je prends plaisir à exprimer auprès d’autres jeunes mes impressions.

Claire Le Roux (Marseille Bondy Blog)

Claire Le Roux

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022