Pourquoi participer à ce festival, qui se tient à Marseille jusqu’à demain dimanche ? Pour répondre à cette question, je suis partie à la rencontre de différents participants de Place Publique Junior. Je tombe d’abord sur plusieurs organisateurs du PPJ. Denis, l’un d’entre eux, accroupi, installe un panneau. Il habite dans le Vaucluse, et est bénévole pour les Petits Débrouillards, une des associations qui organisent le PPJ.

Il m’explique que les Petits Débrouillards est une association scientifique et technique. « J’y travaille et j’aime participer au PPJ parce que j’adore voir les jeunes discuter, échanger sur des envies de projets. » Pendant que nous parlons, Tecla Fornasier passe à proximité : elle est coordinatrice et salariée dans la même association. Elle acquiesce, mais ajoute en souriant, qu « qu’on tient aussi des animations avec des grands enfants, de 3 à 103 ans. »

Un peu plus loin, Amale (prononcer Amel) Lazzuni, responsable du conseil communal enfance jeunesse de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, nous livre ses motivations : « Je veux prouver aux jeunes, aux adultes, aux politiques que mon groupe est capable de monter un projet intéressant et de le mener jusqu’à son terme. » Sur les vingt-cinq membres du conseil, seuls sept ont été retenus pour venir présenter un projet sur la sécurité routière à Marseille.

Jamel, qui travaille sur ce même projet, participe au festival afin de partager ses expériences avec des jeunes déjà venus l’an dernier. Notamment deux projets qui lui tiennent à cœur : le premier vise à rénover un terrain de foot à Clichy-la-Garenne afin que les jeunes Clichois puissent profiter pleinement de leur loisir. Le second projet, « Tour Du Monde », consiste à faire découvrir les différentes cultures du monde à travers des personnes originaires des pays présentés. Arrivé hier matin à Marseille, Jamel a trouvé le festival très accueillant, avec une bonne ambiance.

Il est ravi de partager ses expériences avec des anciens mais aussi des nouveaux. Moi-même faisant partie du conseil, je prends plaisir à exprimer auprès d’autres jeunes mes impressions.

Claire Le Roux (Marseille Bondy Blog)

Claire Le Roux

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021