Quand un Suisse « monte » à Paris, il prend le TGV. Et le TGV lui fait le plaisir de traverser les banlieues à toute vitesse et de ronronner comme un avion. Quand un Suisse arrive à Paris, il prend le métro. Et le métro lui offre de jolies Parisiennes habillées dernier cri et des arrêts aux noms familiers (Bastille, Louvre). Mais là, pour aller à Bondy, on prend le RER.

Je « monte » à Paris quatre fois par an, je n’avais cependant jamais pris le RER. Et pourtant c’est ça Paris. Là, les arrêts ont des noms impossibles, composés et faussement fleuris. Là, on a le temps de voir passer les tours fatiguées et de lire les graffitis brouillons. Là, on passe « What a beautiful world » de Louis Armstrong dans les gares pour calmer les passants. Beautiful n’est pourtant pas le mot, car à Noisy-le-Sec, Rosny-sous-Bois ou Val-de-Fontenay, on a pris moins de soin à rafraîchir stations et wagons qu’à Bastille ou au Louvre.

Et je comprends enfin pourquoi on change de journaliste chaque semaines au Bondy Blog. Malgré la perte de temps et de contacts. C’est pour ce regard neuf, naïf. Le regard de celui qui n’a jamais pris le RER.

Toujours est-il qu’en arrivant à Bondy, tout ce mystère se dégonfle un peu: ça ressemble plutôt à Moillesulaz, le dernier arrêt du tram 12… à Genève. Il faut dire qu’à Moillesulaz non plus on n’y va pas très souvent. Alors, quand la sympathique journaliste parisienne du « Monde », venu observer le Bondy Blog, nous dit qu’elle n’est venu ici que trois fois auparavant, je ne m’étonne pas.

 

 

 

 

 

 

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021