Quand un Suisse « monte » à Paris, il prend le TGV. Et le TGV lui fait le plaisir de traverser les banlieues à toute vitesse et de ronronner comme un avion. Quand un Suisse arrive à Paris, il prend le métro. Et le métro lui offre de jolies Parisiennes habillées dernier cri et des arrêts aux noms familiers (Bastille, Louvre). Mais là, pour aller à Bondy, on prend le RER.

Je « monte » à Paris quatre fois par an, je n’avais cependant jamais pris le RER. Et pourtant c’est ça Paris. Là, les arrêts ont des noms impossibles, composés et faussement fleuris. Là, on a le temps de voir passer les tours fatiguées et de lire les graffitis brouillons. Là, on passe « What a beautiful world » de Louis Armstrong dans les gares pour calmer les passants. Beautiful n’est pourtant pas le mot, car à Noisy-le-Sec, Rosny-sous-Bois ou Val-de-Fontenay, on a pris moins de soin à rafraîchir stations et wagons qu’à Bastille ou au Louvre.

Et je comprends enfin pourquoi on change de journaliste chaque semaines au Bondy Blog. Malgré la perte de temps et de contacts. C’est pour ce regard neuf, naïf. Le regard de celui qui n’a jamais pris le RER.

Toujours est-il qu’en arrivant à Bondy, tout ce mystère se dégonfle un peu: ça ressemble plutôt à Moillesulaz, le dernier arrêt du tram 12… à Genève. Il faut dire qu’à Moillesulaz non plus on n’y va pas très souvent. Alors, quand la sympathique journaliste parisienne du « Monde », venu observer le Bondy Blog, nous dit qu’elle n’est venu ici que trois fois auparavant, je ne m’étonne pas.

 

 

 

 

 

 

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022