Hana s’est installée dans un bar proche de Pigalle pour regarder le match qui opposait la France à la Suisse. On lui annonçait de l’ambiance, elle n’a pas été déçue. Récit.

Le jour J tant attendu par les supporters des Bleus est arrivé. Le match France-Suisse a débuté à 21 heures ce vendredi 20 juin. Dans un article lu quelques jours avant, on conseillait d’aller au « Le Bistrot des Martyrs » pour l’ambiance, près de Pigalle dans le IX° arrondissement. Ce quartier ne dort jamais. Les touristes s’y arrêtent systématiquement. Le soleil est au rendez-vous. Les boulevards ne désemplissent pas, les bars sont pris d’assaut. Il y a comme une sensation de vacances. 

Beaucoup de bars ont été décorés aux couleurs de la coupe de la coupe 2014, avec fanions et autres drapeaux. Certains bars annoncent que le match sera diffusé dans leur établissement par des affiches collées à l’entrée pour attirer le chaland. Au Bistrot des Martyrs, pas mal de monde s’est déjà installé à l’extérieur, pour profiter encore un peu du soleil et de la musique. 

A 20 heures à l’intérieur du bar, pas grand monde. Un coin est réservé aux clients qui souhaitent manger ou prendre un verre pour regarder le match sur une grande télé. Venus entre amis ou en couple, les personnes commencent à entrer. Deux jeunes âgés d’une quinzaine d’années, venus sans leurs parents, sont là pour assister au match. La salle est remplie. A la dernière minute, des tous petits, 3-4 ans, réussissent à se faufiler dans la foule pour s’installer à même le sol, juste devant l’écran.

IMG_20140620_225146IMG_20140620_225146Arrive 21 heures. Tout le monde est installé, le match peut commencer. Les Bleus arrivent sur le terrain. Les clients attendent tous l’hymne national car lors du tout premier match contre l’Honduras, le public en avait été privé d’hymne suite à un problème technique. C’est la première fois que la Marseillaise va être entendue depuis le début de la compétition. Un des jeunes de 15 ans lance : « J’espère que les joueurs vont la chanter ». Il ne sera pas déçu. 

Le coup de sifflet est donné. Un couple âgé d’une quarantaine d’années commande des tagliatelles au saumon et du vin. Pour les deux jeunes, se sera un malibu à la menthe, avec deux pailles. « 2-0 pour l’équipe de France » lancent-ils, sourires aux lèvres. La Suisse est donné favorite, mais cela ne fait pas peur aux jeunes. « Si la Suisse gagne le match de ce soir c’est qu’elle aura eu de la chance ». Le match vient à peine de commencer, qu’un message apparaît sur l’écran : « votre décodeur va entrer en veille ». Les clients se mettent à crier et à taper du poing sur la table pour interpeller les serveurs. 

Mohamed âgé d’une quarantaine d’années, installé au fond du resto applaudit les joueurs pour les encourager, d’autres clients font la même chose. Les discussions vont bon train. Et à la 17ième minute, les bleus inscrivent leur premier but, un tir de Giroud sur un corner de Valbuena. Un magnifique but ! Les clients crient. Ils ont à peine eu le temps de reprendre de leur souffle, qu’un deuxième but est marqué, par Matuidi, à la 18ième minute.

«Là, c’est bon ! On a cassé le moral en début de match des Suisses » lance un des ados. De nouveau, Benzema a eu une autre occasion de marquer. Les bleus sont entrés dans une dynamique de jeu impressionnante, et cela fait plaisir à voir. L’équipe de France est de retour et elle compte bien se faire une place au soleil. Le couple quarantenaire termine leur repas et au moment où ils commandent le café, Valbuena marque un but. Et de 3.

IMG_20140620_232001Un des jeunes confie à son ami : « On n’est même pas à la deuxième mi-temps qu’on a marqué 3 buts ». Une corne de brume est actionnée, tout le monde crie en même temps « Olé, Olé et Olé ». L’ambiance qui règne chez les joueurs me fait penser à celle de 98 ou il existait une réelle cohésion entre l’ensemble des français et les joueurs. Le fameux « Black, Blanc, Beurs » est revenu en mémoire chez de nombreux supporters français. En voyant, l’enthousiasme des français dans ce bar hier soir, les supporters ont donné l’impression que les Bleus pouvaient aller gagner la coupe du monde 2014.

En début de deuxième période, les bleus continuent sur leur lancée. Ils accumulent beaucoup de confiance et ça se ressent dans leur jeu. Un client discute avec un des jeunes qui se trouvent à côté de lui sur les nouveaux joueurs qui sont dans l’équipe de France : « C’est une très bonne nouvelle que Ribery ne soit pas là, ça permet de connaître de nouveaux joueurs talentueux ». Un autre lance à voix haute : « la Suisse, c’est fini ! Elle a perdu le match ». Mais, le match est loin d’être terminé. D’autant que les Suisses se sont réveillés et souhaitent en découdre avec les joueurs de l’équipe de France. 

Trois autres buts ont été marqué au cours de la deuxième période : 2 par Benzema et le 3ème par Sissoko. Le score final est de 5-2 pour la France. Le dernier but de Benzema qui aurait fait en totalité 6-2 n’a pas comptabilisé car le but a atterri dans le filet juste après le coup de sifflet final.

Mohamed, surnommé Momo, a vu tout le match dans ce bar. Pour ce grand costaud « le résultat montre bien que les bleus sont forts ». « Les joueurs, poursuit-il, se sont enfin libérés et prennent confiance en eux. Tous jouent dans de grands clubs européens, ce n’était pas leur performance qui était remise en cause, mais plutôt la mentalité et la morale qui leur manquaient. Mais, ce n’est plus le cas. Ca y est, l’équipe de France redémarre ! » Mohamed envisagea sérieusement que les bleus peuvent aller très loin dans la compétition, voir même la finale. avec un nouveau France-Brésil, « ça serait le top ! » conclut-il.

En plein cœur de Pigalle où se trouve le Moulin Rouge, des jeunes gens sont sortis par les fenêtres pour exulter. On a entendu quelques klaxons de voiture. Mais, il n’y a pas eu de liesse hier soir. Peut-être que les Français sont plus réservés ou alors moins expressifs que les Algériens. Qui même lorsqu’ils ont perdu contre la Belgique, ont fêté l’événement. Ou bien, les français attendent simplement de voir jusqu’où les bleus peuvent aller dans la qualification. En tout cas, la presse française n’a pas caché sa joie : « Vertigineux » pour L’Equipe, « Ces Bleus-là, on les aime« , titrait le Parisien, enfin Libé résumait assez bien le match d’hier soir : « les Bleus atomisent la Suisse ».

Hana Ferroudj

 

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021