Les hommes ont enfin pris conscience du défi qui les attend pour le siècle à venir : montées des océans, dérèglements climatiques, inondations et autres calamités. Du coup, l’écologie est devenue très à la mode ces dernières années et la tendance ne risque pas de s’inverser. Des changements de comportement encore bien timides : pastilles vertes sur les voitures, tri sélectif pour les foyers, des sacs plastiques dégradables dans les supermarchés. Des gestes qui permettent d’entretenir une bonne conscience, mais sont encore loin d’influer sur le la catastrophe en cours.

Pour nous Français moyens, la seule façon de participer à la lutte contre le changement climatique reste donc les gestes écologiques, comme préférer le bus à la voiture et éviter le gaspillage en tout genre.

Dans un pays comme le nôtre, l’eau est certainement l’élément le plus gaspillé. Notre mode de vie occidental fait de nous l’un des plus grands consommateurs d’eau par habitant. Toutes ces piscines, fontaines et bains, toutes ces millions de bouteilles d’eau minérale consommées, alors qu’un tiers de la population mondiale est privée d’eau potable, ça fait réfléchir. Et ça calme !

Avec près de 650 mm de précipitation en moyenne par an selon Météo France, pour limiter le gaspillage de l’eau en France, on peut donc récupérer l’eau de pluie. La méthode la plus simple est de récolter l’eau qui tombe sur le toit de chez soi dans une cuve que l’on peut enterrer sous le sol. Plutôt de la laisser filer directement dans les égouts, mieux vaut l’ utiliser pour les WC, arroser les plantes, nettoyer sa voiture. Un litre d’eau récupéré et utilisé, c’est un litre d’eau du robinet d’économisé. Facile à dire, mais plus difficile à mettre en place. Beaucoup d’entreprises proposent une telle installation, certes coûteuse, mais rentable à long terme.

Imaginons une telle installation dans une école, en vidéo.


Video: Récupérer l’eau de pluie dans les écoles ?

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021