Jeudi 7 décembre au matin, une partie de l’équipe du Bondy Blog s’est rendue au Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ), à Paris. Au programme, une rencontre avec un groupe d’étudiants Russes, en niveau Master, venus se perfectionner en France. Les étudiants en question n’étaient que des étudiantes, encadrées par deux formateurs du CFPJ. Le Bondy Blog a d’abord été présenté aux étudiantes : dans sa démarche, son contenu, son évolution, sa finalité, dans son devenir enfin. La deuxième partie de notre rencontre a ensuite consisté à répondre aux questions. Parmi leurs interrogations il y avait celles concernant le partenariat avec Yahoo !

En effet, comment un blog initialement local est-il parvenu à une vocation nationale, couronnée par une collaboration avec le géant Yahoo ! ? Cette question pourrait faire l’objet d’une thèse en journalisme contemporain ! En effet, au-delà du cas du Bondy Blog, le traitement de l’information par les médias traditionnels n’amène-t-il pas à susciter des blogs à caractère informatif ? 

Les étudiantes nous ont ensuite demandé des conseils sur notre travail. Chacune d’elles ayant récemment créé un blog, elles se demandent avant tout comment faire en sorte q’un blog soit consulté, donc connu. Les clés du succès, répond notre rédac-chef, sont simples : la régularité : il faut donner rendez-vous à ses lecteurs. D’autre part,il ne faut pas uniquement parler de soi, ce qui n’empêche pas d’insérer son point de vue personnel dans un article. En clair les sentiments et ressentiments d’un bloggeur sont permis, sans tomber dans l’égocentrisme. Il faut également renvoyer la balle aux commentateurs, véritables aliments d’un blog. Enfin, tout comme les journalistes professionnels sont soumis à des régles déontologiques, les bloggueurs, même s’ils ont une marge de liberté plus étendue, ne peuvent raconter n’importe quoi. C’est le point qui permet d’instaurer la confiance entre l’émetteur et le récepteur de l’information.

A la fin de notre entrevue, nous en profitons pour poser à notre tour une question aux étudiantes Russes. Comment ont-elles perçu les émeutes d’octobre dernier depuis Moscou ? Les étudiantes ont toutes répondu en même temps, avec leur charmant accent, « c’était exagéré ! « 

Pour Irina, » l’information était disproportionné, les Russes ont vu les événements comme une guerre civile qui a touché tout Paris« . Une camarade d’Irina, Galina, répond aussi que « les médias français, lorqu’ils parlent de la Russie, c’est toujours sous un mauvais angle, toujours pour parler des problèmes« . C’est peut-être le véritable problème des médias en France. A méditer. 

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022