Jeudi 7 décembre au matin, une partie de l’équipe du Bondy Blog s’est rendue au Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ), à Paris. Au programme, une rencontre avec un groupe d’étudiants Russes, en niveau Master, venus se perfectionner en France. Les étudiants en question n’étaient que des étudiantes, encadrées par deux formateurs du CFPJ. Le Bondy Blog a d’abord été présenté aux étudiantes : dans sa démarche, son contenu, son évolution, sa finalité, dans son devenir enfin. La deuxième partie de notre rencontre a ensuite consisté à répondre aux questions. Parmi leurs interrogations il y avait celles concernant le partenariat avec Yahoo !

En effet, comment un blog initialement local est-il parvenu à une vocation nationale, couronnée par une collaboration avec le géant Yahoo ! ? Cette question pourrait faire l’objet d’une thèse en journalisme contemporain ! En effet, au-delà du cas du Bondy Blog, le traitement de l’information par les médias traditionnels n’amène-t-il pas à susciter des blogs à caractère informatif ? 

Les étudiantes nous ont ensuite demandé des conseils sur notre travail. Chacune d’elles ayant récemment créé un blog, elles se demandent avant tout comment faire en sorte q’un blog soit consulté, donc connu. Les clés du succès, répond notre rédac-chef, sont simples : la régularité : il faut donner rendez-vous à ses lecteurs. D’autre part,il ne faut pas uniquement parler de soi, ce qui n’empêche pas d’insérer son point de vue personnel dans un article. En clair les sentiments et ressentiments d’un bloggeur sont permis, sans tomber dans l’égocentrisme. Il faut également renvoyer la balle aux commentateurs, véritables aliments d’un blog. Enfin, tout comme les journalistes professionnels sont soumis à des régles déontologiques, les bloggueurs, même s’ils ont une marge de liberté plus étendue, ne peuvent raconter n’importe quoi. C’est le point qui permet d’instaurer la confiance entre l’émetteur et le récepteur de l’information.

A la fin de notre entrevue, nous en profitons pour poser à notre tour une question aux étudiantes Russes. Comment ont-elles perçu les émeutes d’octobre dernier depuis Moscou ? Les étudiantes ont toutes répondu en même temps, avec leur charmant accent, « c’était exagéré ! « 

Pour Irina, » l’information était disproportionné, les Russes ont vu les événements comme une guerre civile qui a touché tout Paris« . Une camarade d’Irina, Galina, répond aussi que « les médias français, lorqu’ils parlent de la Russie, c’est toujours sous un mauvais angle, toujours pour parler des problèmes« . C’est peut-être le véritable problème des médias en France. A méditer. 

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021