A propos d’un reportage diffusé le 29 mars sur TF1 sur le trafic de drogue à Tremblay-en-France, vous avez publié le 12 avril une interview d’un médiateur de quartier, Larsen, qui met gravement en cause mon professionnalisme et celui de mes équipes. D’après Larsen, les dealers montrés dans ce reportage seraient « bidons, excepté un ». Cette accusation est totalement fausse et diffamatoire.

Nous regrettons que, pour des raisons de sécurité personnelle, Larsen soit aujourd’hui amené à prendre ses distances avec ce reportage en tentant de le discréditer.

Nous rappelons que notre équipe n’a fait que montrer la réalité, recoupée par les très nombreux témoignages des habitants de ces immeubles et des personnes qui y travaillent.

Tout ce qui a été filmé est le résultat d’un travail de plusieurs mois, réalisé caméra ouverte, sans jamais trahir personne sur les intentions du reportage.

Ce que nous y montrons correspond malheureusement à la réalité des faits, comme en témoignent entre autres quatre mises en examen et trois incarcérations, la saisie de deux armes et de 980 000 euros en liquide consécutives à une opération de police lancée le 29 mars dans l’un des mêmes immeubles, opération totalement indépendante de notre reportage.

Emmanuel Chain

Emmanuel Chain

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021