Elle s’appelle Fatemeh Kossari, elle a 15 ans. Atteinte d’une grave maladie de peau, une épidermolyse bulleuse, depuis sa naissance, en Iran, elle a quitté son pays natal blottie dans les bras de sa mère pour venir être soignée en Europe.

C’est sur son lit d’hôpital qu’on l’aperçoit. Assise, le regard dévasté. Fatemeh Kossari, jeune Iranienne de quinze ans, est atteinte d’épidermolyse bulleuse, une affection dermatologique rare dont l’un des symptômes est la perte de la peau, par lambeaux.

Sa mère, Zinat, 47 ans, fait les cent pas à ses côtés, raconte le calvaire qu’elles ont enduré. Elles ont quitté l’Iran, sont passées par l’Italie pour venir, le 29 mai, faire une halte à Lille (59), dans le Nord de la France. Le but ultime étant de rejoindre Londres, « afin d’être soigné au mieux« . « Il y a un centre spécialisé là-bas« , murmure-t-elle, persuadée que « ce qu’on lui a dit avant de partir est certainement vrai« . « J’ai tenté le tout pour le tout. Laissant mes deux autres filles, âgées de 24 et 28 ans, derrière moi, j’ai pris ma petite et j’ai disparu » poursuit-t-elle.

Meurtrie, cernée, désemparée, une lueur d’espoir réapparaît malgré tout sur son visage à l’idée que l’on puisse soulager sa « Fatemeh djoon« , sa petite « chérie« . Que cet article puisse être un appel aux autorités afin de délivrer sa douce de la souffrance. Souffrance. Le mot est un euphémisme. Des bandages du torse aux pieds, la fillette se gratte, les cheveux hirsutes, trempés à cause de la fièvre qui semble augmenter. Ses mains n’en sont plus, ses pieds non plus. Les doigts et les orteils ont fusionné.

« Cette horreur qui n’en finit pas »

Taciturne, Fatemeh étouffe sa tristesse. Elle écoute, acquiesce lorsque l’on évoque le fait d’exposer son cas. Un léger sourire se dessine par moments sur son visage, puis retombe aussitôt. Sa mère, au pied du lit, implore « Khoda« , mot persan couramment utilisé pour désigner un Dieu universel. Retenant ses larmes, elle remercie mille fois ce dernier de pouvoir expliquer son histoire. « Cette horreur qui n’en finit pas« . « On se demande, face à cette situation, qu’est-ce qu’on a bien pu faire pour avoir à endurer autant » glisse-t-elle, la voix tremblotante.

En attendant, les meilleurs soins sont prodigués à Fatemeh. On passe la voir, le personnel, souriant, échange avec elle, occultant le fait qu’elle ne parle pas le français. Lorsqu’il s’agit de la santé, les gestes suffisent. Sa température ne cessant de grimper, il va falloir faire une prise de sang. On se demande à cet instant même comment planter une aiguille dans ce corps si fragile… Un corps qui a traversé des frontières, caché sous des pneus de camion puis dans un réfrigérateur. Un corps qui mérite les meilleures attentions.

Contactée par le Bondy Blog, la Préfecture n’a donné aucune suite. Et du côté de la mairie, Martine Aubry assure que le CHRU de Lille, dont elle est la Présidente du Conseil de surveillance, « mène et mènera parfaitement sa mission de soins« . Le cabinet de la mairie confirme enfin qu’à la demande de la famille, celle-ci sera bien évidemment reçue.

Pegah Hosseini

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021