16 heures. Organisation de la scène. Réglage sons et lumières, quelques personnes gonflent les ballons. Deux grands gaillards charismatiques, le crâne semi rasé, uniformes allemands sur le dos, brandissent des drapeaux. Les répétitions ont déjà commencé. Près du bar, le personnel accueille les filles dans les règles de l’art. Autorisations de droit à l’image, vérification de présence. Rien n’est laissé au hasard. Les organisateurs fournissent un bracelet rose pour l’accès aux loges.

Ce soir, dix-neuf créateurs auront l’opportunité de présenter leur travail. Près de 3000 personnes sont présentes dans la salle pour voir défiler 55 modèles sur le podium. Cathie Cat, une petite blonde au regard vif venue de Bordeaux pour l’occasion, se dirige vers les loges. Ses jambes semblent déjà lasses de l’escapade parisienne. Il y a décidément beaucoup de marches ! Marches que les filles affronteront tout au long de la soirée. Certaines d’entre elles défilent pour plusieurs créateurs.

Quelques-unes sont déjà présentes. Un espace fumeur est à disposition. Peu de glaces, quelques chaises. Une lumière blafarde. Il faudra s’organiser. Cathie dépose sa valise. Une bonne cigarette. On souffle un peu. Elle repère les lieux. Peu de temps après, le mannequin Had3sia, nous rejoint. Cette jolie brune à la notoriété grandissante fera honneur à une tenue du jeune créateur Damien De Man. Le temps semble long. En bas, Damien réfléchit au bon déroulement de la soirée. Ses modèles arrivent les unes après les autres, l’air détendu. La célèbre pin up Tina Van Necro s’est déjà exécutée à coiffer les modèles.

Damien, du haut de ses deux mètres, le regard concentré, longs cheveux châtains tombant sur son visage, les retrouve, costumes sous le bras. Une répétition de la mise en scène devait avoir lieu la veille mais la neige s’est montrée impitoyable ces jours ci. Quelques retouches de dernières minutes seront nécessaires sur les tenues de quelques modèles, certaines s’étant désistées au dernier moment. Cathie monte à l’étage essayer la tenue du créateur Catanzaro. Une tenue longue puis une courte, qui la met beaucoup plus en valeur.

La température grimpe au fur et à mesure que la soirée avance. L’organisateur de la soirée, string de cuir et long manteau, intervient, interdisant la cigarette au sein des loges. La concentration de fumée s’étant amplifiée avec le nombre important de fumeurs et le manque d’aération dans cet espace. Ils pourront désormais fumer à l’entrée des loges. Deux hommes aux cheveux étonnement longs viennent ravitailler l’équipe. Sandwichs, Coca light, jus d’orange et bouteilles d’eau. De quoi faire tenir tout le monde pour la soirée.

22 heures. Premier passage. La pression monte. Une des modèles distribue ses tracts se présentant comme modèle professionnelle et danseuse orientale. «Les modèles de Damien  De Man veuillez vous placer en bas de l’escalier ! ». Tout va très vite. Maquillées et coiffées, elles s’exécutent. Signal d’un jeune homme : elles s’engagent dans l’obscurité de la scène. L’inquiétude ne se fait pas sentir malgré l’absence de répétition. C’est le moment ou jamais.

Les gens applaudissent. Le batteur s’installe. C’est parti. Thème de Roméo et Juliette revisité à la sauce industrielle. Ambiance sombre, poupées désarticulées, pierrots futuristes et danseuses vinyles. Le premier duo s’avance vers le devant de la scène. Puis le deuxième. Le troisième s’avance enfin pour une chorégraphie de danse orientale très improvisée. Pas spécialement convaincante. Le quatrième duo attend patiemment. L’une des filles se déchaîne, ne semblant pas décidée à laisser sa place. La musique s’arrête. Elles prennent la pause finale. Damien les rejoint. Salue. Et repart après de nouveaux applaudissements. Le quatrième duo n’aura pas eu l’opportunité de présenter la tenue. C’est comme ça.

Les modèles repartent vers les loges comme elles sont venues. Certaines se changent rapidement pour les défilés qui suivent. Dernier défilé. « Les modèles pour Demonia ça va être à vous ! ». Les loges se vident. 0h30. Démaquillage rapide. On se change. Pour certains la soirée continue dans les loges… Pour les autres, derniers métros.

Aude Duval

Crédit photo : Le Yuki, modèles Damien De Man

Articles liés

  • Des JO et des Juges : les vendeurs à la sauvette dans le viseur

    À l'approche des Jeux Olympiques, consigne a été donnée de nettoyer l'espace public. Une directive qui a forcément des conséquences sur les juridictions. Jusqu'à l'ultime épreuve, le BB chronique le quotidien du tribunal de Bobigny. Dans ce premier numéro, il est question des vendeurs à la sauvette. Poussés par la faim, ils reviennent inlassablement dans la rue malgré les arrestations et les condamnations.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/02/2024
  • Région Île-de-France : les coups de pouce aux lycées privés ne passent pas

    Les révélations en cascade au sujet du lycée Stanislas ont remis sur la table la question du financement des établissements privés par les deniers publics. À l’échelle de la région Île-de-France, les fonds consacrés à cet établissement, et au privé en général, interrogent.

    Par Imane Lbakhar
    Le 26/02/2024
  • Série – Musulman(e)s & Citoyen(ne)s

    Séparatisme, communautarisme… On ne compte plus les anathèmes lancés à la communauté musulmane. Pourtant, de nombreux citoyens, pleinement français et fièrement musulmans, s’engagent quotidiennement pour le « bien commun », mus entre autres par leur foi. Dans cette série, nous mettons en avant quatre jeunes engagé(e)s de confession musulmane. Une série signée Ayoub Simour.

    Par Bondy Blog
    Le 23/02/2024