Dans l’article « Souleyman : je ne suis pas né délinquant », paru sur le Bondy Blog vendredi 22 octobre, je retranscrivais le témoignage de Souleyman (prénom modifié), un garçon de 18 ans habitant Clichy-sous-Bois. Je l’avais rencontré la première fois le 27 octobre 2009, lors d’un rassemblement à la mémoire de Zyed Benna et Bouna Traoré, les deux adolescents morts électrocutés dans un transformateur EDF de Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005. Depuis, nous sommes restés en contact et nous sommes revus à plusieurs reprises.

Lors de cette première rencontre, Souleyman m’avait affirmé être le cousin de Bouna et avoir été présent lors du drame qui a coûté la vie aux deux garçons. Je n’ai pas prêté plus attention à ces deux éléments d’information, ce qui m’interpellait chez lui, c’était son parcours de vie.

Au mois de septembre 2010, en conférence de rédaction du Bondy Blog, le rédacteur en chef Antoine Menusier a proposé aux blogueurs de retrouver d’anciens participants aux émeutes des banlieues de 2005 et de leur faire raconter leur itinéraire depuis ces événements marquants. J’ai alors demandé à Souleyman de témoigner, de façon anonyme s’il le désirait. Il a accepté et je l’ai interviewé début octobre. Je ne cherchais là en rien à faire un scoop. Mon seul objectif était de rapporter honnêtement le témoignage de ce jeune homme dont je n’avais pas de raison de mettre en doute la parole. Il me semblait que son histoire pouvait apporter un éclairage intéressant sur la jeunesse de Clichy-sous-Bois.

Le jour de la parution de l’article « Souleyman : « Je ne suis pas né délinquant » », j’ai appris par les avocats des familles de Zyed et Bouna, Mes Mignard et Tordjman, que ce témoignage était fortement sujet à caution. Selon les deux avocats, la version fournie par Souleyman, selon laquelle il aurait été présent au moment du drame le 27 octobre 2005, ne correspond pas à la réalité.

Surpris, j’ai appelé Souleyman pour lui demander des explications. Ce dernier maintient avoir été sur les lieux du drame et ajoute s’être « peut-être mal fait comprendre ». Face à trop d’éléments incertains, la rédaction a décidé de supprimer le témoignage de Souleyman.

Je tiens à présenter mes excuses aux familles Traoré et Benna, ainsi qu’aux lecteurs du Bondy Blog, et regrette que le témoignage précédemment publié ait pu troubler le bon déroulement d’une affaire judiciaire en cours.

Aladine Zaïane

Aladine Zaiane

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022