Je pianotais comme à mon habitude sur le réseau social à la recherche d’une révolution, à défaut d’en trouver une, je suis tombée sur une perle : Hiro Aka Jo Lalobance. Traduction : Hiro (humble, insolent, robuste et obsédé), Aka (alias) Jo Lalobance (en lingala, langue bantoue, Monsieur la parole). Hiro Aka Jo Lalobance, donc, lance des débats sur le net où il prétend « casser du français lourd ! ». Je m’approche, lis un peu ce qui se dit, « ‘Je casse que du français’ désolée pour moi c’est choquant ! Comment vous le prendriez si j’ouvrais une page Facebook en employant ‘je casse que du Noir’ ? » s’insurge une internaute.

Oula ! Ça chauffe, j’adore ! Mohammad ajoute : « Les Noirs, les Arabes sont aussi des Français. Le fait de les soupçonner de racisme anti-français lorsqu’ils disent ‘casser un français’ est un non sens. Pire, ça signifie implicitement qu’eux n’en sont pas… » Bon allez, fini le suspense, c’est quoi ce délire, là ? En fait, « ‘cassez des français’ est une expression beauvillésoise [de Villiers-le-Bel] qui veux dire asséner une vérité !!! », explique un habitué. Eh bien, je me suis renseignée et effectivement, ça fait déjà dix ans qu’à Villiers-Le-Bel on parle le « français », un langage qui rassemble des mots et des expressions de diverses populations africaines et arabes et qui, si l’on n’est pas équipé d’un dictionnaire en bonne et due forme, peut laisser quelque peu l’« étranger » désarçonné.

On n’est plus au stade du verlan, il s’agit d’un « langage » à part entière qui nécessite un apprentissage. « On a créé une langue que tu peux parler, où que tu sois, dans le XVIe ou en banlieue. Les gosses d’aujourd’hui ont des parents qui parlent des dialectes et on y a pris des mots et des expressions pour enrichir la langue française. Pour que chacun puisse se dire ‘je suis français’, on n’est plus des ‘issus de’, on est français ! », explique Tibault Baka, alias Hiro Aka Jo Lalobance. Ça relance les débats houleux de l’intégration, d’une assimilation clairement refusée par ces jeunes qui veulent être acteurs, jusqu’à la langue qu’ils parlent.

Le risque  semble être l’isolement, déjà qu’entre les quartiers populaires et les autres on a du mal à se comprendre, alors si en plus on ne parle plus la même langue ! Communautarisme ou pas ?  « Oui c’est du communautarisme, pas ethnique, mais territorial !! », assume clairement Kwame, entrepreneur beauvillésois, au cours du débat sur Facebook. « Rien de bien surprenant quand on sait que la langue est souvent le fruit d’un environnement social, les Bretons ont créé une langue en contestation au royaume franc, les catalans en Espagne ont crée leur langue pour les même raisons, l’exclusion provoque forcément des repères, des codes et des langages propres. »

Trêve de plaisanteries, je file en reportage au pays de Villiers-le-Bel et je vous recontacte. Allé, je retire mon corps pépèl’s, salam, on se chek, je vous ai boostés !*

Nadia Sweeny

*Je m’en vais tranquille, au revoir, à bientôt, j’ai passé un bon moment avec vous.

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021