Oh la la, c’est fou ce que le langage évolue vite dans nos banlieues. Chaque génération, chaque coin a ses mots propres. Quand je vais en province, mes interlocuteurs ont parfois du mal à me saisir. Quelque chose m’énerve ? Je dis j’ai le seum et là, tout le monde est largué. Et encore, je ne vous parle pas de verlan, non, c’est juste du jargon. Un jargon bien ancré dans nos têtes, que j’entends pratiquement tous les jours, chez les petits comme chez les grands.

Des exemples : graille/manger ; despi/rapide (là, c’est le verlan de speed) ; boloss/crétin ; bicrave/vendre ou encore thunes/bif/argent. Il y aussi les mots importés, du Maghreb, tel le célèbre kif, pour aime, ou khoya/khey, qui veut dire frère. Ou du Mali, comme yafye, qu’on prononce yafoye et qui signifie y’a rien (très populaire dans le 75 au passage).

Ces expressions-là, on les retrouve un peu partout dans nos villes. A leur manière, ils sont universels. Mais il en est d’autres spécifiques de certains endroits. Dans l’Essonne, on dit baye qui veut dire en général truc, voire affaire. Par djeez/diez, on entend généralement  business. Il y a un mot dont j’ai vraiment du mal à me passer, même si je commence à décrocher : yomb ! C’est très utile quand t’es dégouté, fatigué, soulé, énervé… Le train est annulé ? Tin chuis yomb !

Dans le Val-d’Oise aussi ils ont leur langage bien à eux. Par exemple tangore/ailleurs. Dans les Hauts-de-Seine, ils disent goyo pour jolie (comme une fille ou une voiture). La Seine-Saint-Denis a thar pour grave, et dans le Val-de-Marne fleurit le légendaire gros, très utile pour terminer une phrase : ça va gros ?, mais cette interjection s’est propagée depuis à tout le pays.

Un samedi que j’étais à Châtelet, j’ai demandé à un jeune homme s’il y avait des expressions particulières dans son coin. « Ah non ! Moi je suis pas dans ce délire-là, je parle normalement ! » Pas même un petit mot ?, ai-je insisté. « Non, vraiment, je sais pas, peut-être des fois yomb mais ça, c’est normal… » Normal. Bah oui, c’est tellement banal qu’il ne s’est pas rendu compte qu’il employait des mots du jargon. Un dernier avant de sortir : dans la Drôme, pour loin, certains disent chaille !

Prosith Kong

Prosith Kong

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022