Dans n’importe quel collège de Bondy, si tu demandes à un petit garçon ! « Tu connais TNT ? ». Il te répondra : « C’est de la bombe ». Pour eux, il ne s’agit ni de la télévision numérique terrestre et encore moins d’une entreprise de transport. Quand on dit TNT à un jeune de Bondy, il te répond : « Le magasin de jeux vidéos ! »

Effectivement, TNT, c’est le nom d’un petit commerce familial à Bondy qui vend des jeux vidéos et du matériel informatique sur la RN3 et qui, depuis maintenant plus de 8 ans, fait le bonheur des enfants du quartier et des inconditionnels de l’ordinateur. Des jeux d’occasions à un prix défiant toute concurrence, du matériel informatique très spécifique, et surtout un contact humain formidable que l’on retrouve seulement dans les petits commerces. Situé juste en face de grosses enseignes comme Darty, Micromania, le petit TNT n’a jamais explosé mais il s’est agrandi au fil des années. Laurent et Gisèle, les patrons du magasin peuvent être fiers de leur bébé qu’ils ont nourri avec leur travail. Mais malheureusement, dans ce monde de brutes, il n’y a pas que les concurrents qui vous poussent à mettre la clef sous la porte. Novembre 2005, tout le monde se souvient, les journalistes à l’affût de la première étincelle trouvent leurs jackpot à Bondy, le Mondial Moquette a brûlé. TNT est alors le voisin d’à côté, mais heureusement, le feu n’a pas pris. Le Mondial Moquette laissé à l’abandon donne alors des idées à des âmes malveillantes, des malades sans scrupules percent un trou à partir du Mondial Moquette pour cambrioler TNT. Une terrible sensation de dégoût lorsque l’on connaît le travail qu’il a fallu pour en arriver là. Une épreuve difficile mais l’activité reprend quand même. Les mois passent, mais pas les brutes. La semaine dernière, j’entends courir le bruit qu’il faut aller à TNT car ils bradent tout à -50% et -70%.

Surpris par la nouvelle, je m’y rends et c’est là que j’apprends que le magasin a été à nouveau braqué par trois individus armés en début de semaine. C’est alors la goutte de trop, la décision est prise, le magasin brade tout ce qu’il lui reste avant sa fermeture définitive. Le magasin n’a jamais autant vendu, mais les ventes n’ont jamais été aussi amères. Les clients, eux, n’ont jamais acheté si peu chers, mais ces réductions seront pour eux les dernières. Nombreux sont les clients qui leur témoignent leurs remerciements et leur tristesse concernant cette fermeture, mais la décision est prise et il faudra faire avec.

Pour TNT, cette fin annonce un nouveau commencement, ailleurs, et c’est bien dommage pour nous.

Par Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022