Dans n’importe quel collège de Bondy, si tu demandes à un petit garçon ! « Tu connais TNT ? ». Il te répondra : « C’est de la bombe ». Pour eux, il ne s’agit ni de la télévision numérique terrestre et encore moins d’une entreprise de transport. Quand on dit TNT à un jeune de Bondy, il te répond : « Le magasin de jeux vidéos ! »

Effectivement, TNT, c’est le nom d’un petit commerce familial à Bondy qui vend des jeux vidéos et du matériel informatique sur la RN3 et qui, depuis maintenant plus de 8 ans, fait le bonheur des enfants du quartier et des inconditionnels de l’ordinateur. Des jeux d’occasions à un prix défiant toute concurrence, du matériel informatique très spécifique, et surtout un contact humain formidable que l’on retrouve seulement dans les petits commerces. Situé juste en face de grosses enseignes comme Darty, Micromania, le petit TNT n’a jamais explosé mais il s’est agrandi au fil des années. Laurent et Gisèle, les patrons du magasin peuvent être fiers de leur bébé qu’ils ont nourri avec leur travail. Mais malheureusement, dans ce monde de brutes, il n’y a pas que les concurrents qui vous poussent à mettre la clef sous la porte. Novembre 2005, tout le monde se souvient, les journalistes à l’affût de la première étincelle trouvent leurs jackpot à Bondy, le Mondial Moquette a brûlé. TNT est alors le voisin d’à côté, mais heureusement, le feu n’a pas pris. Le Mondial Moquette laissé à l’abandon donne alors des idées à des âmes malveillantes, des malades sans scrupules percent un trou à partir du Mondial Moquette pour cambrioler TNT. Une terrible sensation de dégoût lorsque l’on connaît le travail qu’il a fallu pour en arriver là. Une épreuve difficile mais l’activité reprend quand même. Les mois passent, mais pas les brutes. La semaine dernière, j’entends courir le bruit qu’il faut aller à TNT car ils bradent tout à -50% et -70%.

Surpris par la nouvelle, je m’y rends et c’est là que j’apprends que le magasin a été à nouveau braqué par trois individus armés en début de semaine. C’est alors la goutte de trop, la décision est prise, le magasin brade tout ce qu’il lui reste avant sa fermeture définitive. Le magasin n’a jamais autant vendu, mais les ventes n’ont jamais été aussi amères. Les clients, eux, n’ont jamais acheté si peu chers, mais ces réductions seront pour eux les dernières. Nombreux sont les clients qui leur témoignent leurs remerciements et leur tristesse concernant cette fermeture, mais la décision est prise et il faudra faire avec.

Pour TNT, cette fin annonce un nouveau commencement, ailleurs, et c’est bien dommage pour nous.

Par Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022