Hier soir, quelqu’un a obstrué la serrure du local où je dors. Impossible de trouver un serrurier à 23 heures 30. J’ai donc été hébergé chez un ami, à Bondy nord. Je suis resté stupéfait de la facilité avec laquelle cette question d’intendance a été réglée: chez moi, en Suisse, cela n’aurait jamais été possible.

Le lendemain, Ahmed, celui qui m’a reçu, m’a fait visiter le marché. Le placeur, qui travaille visiblement pour une société privée a dû louer les service d’un boxeur. Il semblerait que ses « petites combines » ne plaisent pas à tout le monde; il doit donc se protéger.

Avant, c’est un représentant de l’Etat qui réglait la situation. Aujourd’hui, la police et la brigade de la répression des fraudes sont absentes. Elles pensent que le placeur est là pour ça. Lui, estime que ce n’est pas son travail. Beaucoup de marchandises sont  donc « tombées du camion« …

Par Titus Plattner

Titus Plattner

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021