C’est officiel, je fais partie des « minorités ». Vous savez, il y a ces minorités institutionnelles, comme les Aborigènes d’Australie. Moi, je fais partie d’une minorité officieuse, celle des buveurs de Coca-Cola dans les soirées étudiantes. Tels ces peuples autochtones en voie de disparition, les gens qui ne boivent pas d’alcool se font de plus en plus rares.

Alors oui, quand dans une soirée où l’alcool coule à flot, je me cantonne à un verre de boisson gazeuse. Je suis out. Tout le monde a son verre de whisky coca, de vodka Red Bull, ou de Malibu orange. Je bois, ô honte à moi, une boisson non alcoolisée. Ce qui est étonnant, ce sont les remarques – quand vous avez la chance que l’on vous en fasse, puisque, avouons-le, avec un verre d’alcool à la main, vos chances d’entamer une conversation sont beaucoup plus grandes. « Ah, t’es pratiquante ? – Euh, je fais de la danse oui. – Non, mais tu ne bois pas d’alcool ? – Ah non, je n’aime pas ça. – T’es pas musulmane ? – Non, non. – Ah, ok, cool. » Fin de la discussion. « Cool », pas si sûr. Aujourd’hui, ne pas consommer d’alcool c’est être tout sauf « cool ». Au choix, on est has been, coincé, ou musulman.

J’ai cru dur comme fer à un slogan bien connu : « sans alcool, la fête est plus folle ». Ni obligation parentale, ni contrainte religieuse, si je ne bois pas c’est par conviction personnelle. Alors forcément, à l’heure des happy hours et du binge drinking, je fais figure d’ovni. L’alcool, c’est un peu comme avec le café. Etrangement, je me surprends à avoir honte d’avouer que je prends un lait chocolaté au réveil et pas un café noir. Hormis son icône George Clooney, entre hypertension, trouble du sommeil et encrassage des dents, le café n’a rien de très sain à m’apporter, pourtant, personne ne me contredira, prendre un Nespresso au p’tit dej’, c’est plus classe que d’engloutir un bol de Nesquick. Ah… les mœurs !

Avant de subir une exclusion sociale définitive, ou une extinction irréversible, la résistance est de mise. Faisons campagne face au diktat des buveurs super branchés. Un de ces soirs d’hiver, j’ai milité. Alors que j’atteignais les 30 degrés (Celsius) en me déhanchant sur la piste, une amie un peu trop éméchée pour se lever et danser, m’a attrapée par le bras et a fait éclater sa joie : « Wawww ! Tu danses comme une folle, t’es enfin bourrée comme moi ! » Je lui ai délicatement murmuré : « Non, moi, je m’amuse… »

Joanna Yakin

Joanna Yakin

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Français d’origine sud-asiatique : sortir de la désillusion de la représentation

    Si ces dernières années le militantisme anti-raciste tente de combattre les discriminations et les violences que subit la communauté asiatique, qu’en est-il pour ceux appelés “Hindous”, ou “Pakistanais” par raccourci. Comment ces personnes invisibilisées tentent de se définir et de trouver l’équilibre. Les jeunes Desis de France se racontent. Témoignages.

    Par Amina Lahmar
    Le 20/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021