Stress, pollution, courbature, plus gênant encore ? J’ai ce qu’il vous faut ! Après le Hammam Pacha à Saint-Denis (un peu trop loin), le Hammam Samba au Blanc Mesnil (un peu trop loin aussi), un hammam va ouvrir ses portes le 23 juillet à Bondy, sur la route d’Aulnay. Sauf que ça ne se voit pas encore. Ça se devine… Depuis le 17 septembre 2007 en effet, quelque chose est en construction à la place du magasin « Brossette », mais quoi ? J’avais tout imaginé : une nouvelle boulangerie, un coiffeur, une banque, un taxiphone, un énième grec. Cet endroit, à force d’en imaginer tous les usages possibles, finissait par me rendre folle. Pour redevenir normale, j’ai posé la question.

A Hameurlaine Jahida, la gérante. Elle m’accorde un instant et me raconte en détail pourquoi elle a décidé d’ouvrir un hammam à Bondy, à la place d’un magasin de plomberie. Jahida a d’abord été pendant 12 ans infirmière. Puis elle s’est lancée dans l’aventure du bain de vapeur : « J’ai cherché pendant deux ans un local et puis un jour, je suis tombée sur celui de Brossette, j’ai vu que c’était à vendre, alors j’ai foncé. »

Jahida a toujours été « fascinée » par les instituts de beauté, particulièrement les hammams : « C’était un rêve de petite fille d’en ouvrir un, je voulais le réaliser. » Elle a pris pour modèle ceux d’Algérie : « Je me suis largement inspirée des hammams du pays, là-bas, c’est bien plus qu’un lieu de détente, c’est un lieu de rencontre, où les femmes discutent, rient, s’amusent tout en oubliant les soucis. »

En entreprenant une affaire à Bondy, elle espère que « Le Temps d’un rêve », nom qu’elle a donné à son hammam (avec un petit clin d’œil à son rêve d’enfant), sera un lieu de mixité sociale, où les gens pourront partager et oublier pendant quelques heures les petits tracas. Elle ajoute que « ce genre d’institut devient une réelle tendance, il n’y a donc pas de raison que la banlieue n’en profite pas ».

Il a fallu près d’un an aux ouvriers pour réaliser le rêve de Jahida qui sera bientôt celui des Bondynois. Justement, quand on demande aux habitants de Bondy ce qu’ils en pensent, ils ont l’air plutôt ravi. Inès 27 ans, d’abord surprise : « Ce n’est pas vrai, un hammam ! Ben je n’étais même pas au courant, moi qui me déplace toujours sur Paris pour en profiter. C’est super d’y avoir pensé. »

 

Qu’en disent les commerçants alentour ? Si l’épicier semble plutôt favorable à cette ouverture et nous affirme que « ça change d’avoir un hammam juste à côté » et qu’ « il aura certainement du succès », d’autre au contraire y voit une possible concurrence. La coiffeuse installée juste en face du futur hammam, confie : « Je ne peux rien y faire, c’est la libre concurrence après tout, ça peut être positif pour moi dans le sens où ça peut m’apporter de la clientèle mais il est possible que j’en perde beaucoup aussi. On verra bien et que le meilleur gagne ! »

En effet, « Le temps d’un rêve », plus qu’un hammam, aura également son salon de coiffure, d’esthétique, sa salle de sport et son sauna. Jahida n’a pas encore fixé les prix mais elle nous assure qu’elle « accorde beaucoup d’importance au fait que [son] hammam soit à la portée de tous ! »

Et les hommes ? Jahida ne les a pas oubliés, mais ils ne seront pas prioritaires. Le hammam sera ouvert aux femmes 7jours/7 de 9 heures à 19 heures et aux hommes, le week-end, de 19 heures à 22 heures. Promis, le Bondy blog testera très prochainement pour vous « Le Temps d’un rêve », pour vérifier s’il porte bien son nom !

Zineb Mirad

Légende photo : les anciens-bains douches de Bondy

Zineb Mirad

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021