Avec l’arrivée du printemps, les unions maritales bourgeonnent au rythme des fleurs. Samedi 12 mai 2006, le beau temps est a priori au rendez-vous. Aux environs de 15 heures, sur l’esplanade de la mairie de Bondy, pas l’ombre d’un mariage en vue. Le prochain mariage de la journée est prévu pour 16 heures d’après la publication aux bans. En attendant, la météo se dégrade. Quelques gouttes de pluie plus tard, on perçoit enfin une atmosphère festive de par les klaxons qui retentissent au loin. Les futurs mariés, Ryad, d’origine tunisienne, et Christine, accompagnés de leurs familles et amis respectifs arrivent enfin. Tout le petit monde est sur son 31, les petits comme les grands. Tous se dirigent vers l’entrée de la mairie pour rejoindre la salle commune. Sur une note solennelle, l’adjoint au Maire, Monsieur Gérard LAPRUN, fait son entrée, demande à tout le monde de s’asseoir et débute la lecture des articles du Code civil relatifs au mariage. Puis arrive la fameuse question tant attendue : « Monsieur Bensaïd Ryad, consentez-vous à prendre pour légitime épouse mademoiselle  Rivero Christine ici présente ? ». Les consentements échangés, les applaudissements s’emparent de la salle. La mariée est visiblement très émue et l’on parvient à lire sur son visage que c’est le plus beau jour de sa vie. Lorsque la cérémonie arrive à son terme, d’appétissantes pâtisseries orientales sont proposées aux invités.

A l’extérieur, le couple du mariage suivant arrive déjà. Avant de les accueillir dans la salle commune de célébration, l’adjoint au Maire chargé ce samedi d’officialiser les unions nous confie avec un grand sourire satisfait que les célébrations sont toutes uniques : « ici à Bondy, on célèbre des mariages du monde entier.» On perçoit en même temps que l’adjoint au Maire a lui-même le trac avant l’arrivée des futurs époux  et de leurs familles. C’est désormais au tour de Yacine et Karima de passer devant Monsieur le Maire. Il y a plus de monde que pour le premier mariage. Tout semble enfin prêt lorsque l’on apprend que les témoins ne sont pas encore arrivés. Dans une ambiance bon enfant, l’adjoint au Maire en profite pour glisser une petite plaisanterie : « Les témoins auront du retard ? », puis s’adressant aux futurs mariés, « comme ça, vous aurez encore une minute de réflexion ! ». Les témoins arrivent enfin. Le silence se fait dans la salle et on commence l’exercice de lecture du code civil. Les youyous fusent à l’annonce de l’union officielle de Yacine et Karima, désormais mari et femme. Tout le monde embrasse les mariés en se dirigeant vers la sortie pour laisser la place aux suivants.

Finalement, il ressort de cette après-midi de noces  la chose suivante : même si toutes les cérémonies obéissent aux mêmes procédures, chaque mariage est unique en son genre. Souhaitons aux nouveaux mariés tous nos vœux de bonheur à Bondy ou ailleurs.

 

Par Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021