Pour tout célibataire endurci, les soirées Meetic ont de quoi faire rêver. Encore plus lorsque l’on tombe sur  la publicité diffusée actuellement à la télévision.  Pour Fabrice, inscrit et adepte de la rencontre sur internet, c’était une occasion à ne pas louper. Accompagné de son fidèle lieutenant Nordine, il s’est mis sur son 31 dans l’espoir de terminer la soirée en charmante compagnie.

Certaines décisions se prennent parfois sur un coup de tête. Alors que nous avions coché la date du 21 mai dans notre agenda, Fabrice a préféré en découdre plus vite que prévu avec ce phénomène nouveau incarné par les soirées organisées par les sites de rencontre amoureuse. C’est ainsi que deux semaines avant le grand rendez-vous, il fait appel à Nordine pour l’accompagner dans sa quête du grand amour. Marre du virtuel, il est grand temps de passer à autre chose, du plus concret, dirons-nous. La soirée Meetic du 7 mai apparait alors sans conteste comme le bon plan du moment. Reste à s’accommoder à ce type d’évènement,  grande découverte pour les deux hommes. Quel doit être notre état d’esprit alors que nous ne savons absolument pas ce qui nous attend sur place ? Sur le trajet, force est de constater que nous nous posions mille et une questions.  Seuls nos premiers pas dans le Bar/Restaurant 1979 nous donneraient un élément de réponse.

C’est aux alentours de 22 heures que nous arrivons, non sans mal, à bon port avec une ferme envie de ne pas en repartir bredouille. Aux abords de la terrasse une première tendance se dégage : la moyenne d’âge des membres semble supérieure à ce que l’on avait imaginé.  Et si 1979 était à la fois le nom du restaurant et aussi la date de naissance moyenne de tout ce beau monde ? Même si cette impression nous a légèrement refroidi du haut de nos 24 et 29 ans, nous ne savions pas encore que nous n’étions pas au bout de nos surprises. C’est dans l’arrière salle du Bar que le pire est à venir. C’est ici que tous les célibataires inscrits ou invités sont censés échanger librement et plus si affinités. Si certains ne s’en privent pas à l’image de ce couple en démonstration du baiser le plus langoureux, d’autres restent en retrait et s’arment de patience comme ces deux groupes de deux jeunes filles. L’ambiance, présentée comme très agréable sur internet et dans la publicité, ne correspond pas tout à fait à cela en réalité. La piste de danse destinée à réchauffer l’atmosphère n’est que très peu  utilisée de toute la soirée, une partie des célibataires passe son temps dans le fumoir à s’encrasser les poumons. Sans oublier ces femmes et hommes de la génération de nos parents qui n’ont d’yeux que pour des jeunes personnes d’une vingtaine d’années, en âge d’être leurs enfants.

Les profils divers et variés sont si majoritaires dans ce genre de soirées qu’il en devient difficile de tomber sur la perle rare. Fabrice pensait l’avoir trouvée, sous cette femme pulpeuse à la longue chevelure blonde et aux yeux clairs. Pas de bol, elle en avait fini de cette soirée et saluait une dernière fois le petit clan qu’elle formait avec quelques autres célibataires. Une dernière phrase d’une de ses connaissances du jour donnait encore plus de regrets à Fabrice : « Je te souhaite de trouver ton âme sœur ». Snif ! Nous pensions que ce n’était que partie remise, mais la soirée touche à sa fin et les demoiselles s’en vont au compte goutte. A l’approche des douze coups de minuit, il est l’heure pour nous aussi de quitter le 1979 avec un bilan très famélique. A la sortie du bar, Nordine y va même de sa petite vanne : « Non mais Allo Fabrice !  Tu vas à une soirée pour célibataires et au lieu de rentrer avec un 06 tu rentres avec un zéro pointé, non mais Allo quoi ! » Il faut dire que l’instant convivial auquel nous nous attendions s’est révélé être un flop monumental. La soirée mythique espérée a viré en soirée mystique. Autant dire que celle du 21 se fera certainement sans nous.  Sur notre chemin du retour, les hostilités semblent ne faire que commencer pour certains néo-couples déjà installés sur la terrasse d’un restaurant voisin. A l’issue de cette énième journée de célibat il ne nous reste plus qu’à convaincre nos mamans de s’inscrire à nos côtés au prochain casting de Qui veut épouser mon fils ? Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire quand on est célibataire !

Fabrice Deroche et Nordine Benali

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022