A quelques mètres du lieu du drame où Laramy et Moshin ont trouvé la mort à l’âge de 16 ans, des jeunes de Villiers-le-Bel se sont réunis samedi dans le silence afin de protester contre plusieurs choses : la médiatisation à outrance des interpellations ; l’utilisation exclusive de témoignages anonymes pour inculper des individus, sans preuves matérielles ; les images dégradantes parues dans Paris Match ; la lenteur de l’enquête sur les circonstances de la mort de leurs amis en novembre 2007.

Parmi ces jeunes, certains ont passé une partie de la semaine en garde-à-vue. C’est le cas d’Abderrahmane, qui a été retenu deux jours dans le commissariat de Cergy-Pontoise, avant d’être innocenté. Il a été mis en cause par des témoignages anonymes, qui l’ont « formellement identifié ». Ces accusations ont vite été défaites, car le jour des émeutes, ce jeune homme ne se trouvait pas à Villiers-le-Bel et pouvait le prouver par un alibi.

Un alibi, quelle chance ! Car d’autres aujourd’hui croupissent en prison, après avoir été dénoncés, là aussi, là encore, par des témoins anonymes, alors que les auteurs de violences contre les forces de l’ordre étaient pour la plupart cagoulés. Le fait d’avoir proposé de l’argent en contrepartie de témoignages à des personnes qui, pour beaucoup, sont dans des situations précaires, n’incite-t-il pas à porter des accusations mensongères ?

Sur la place des Burteaux, les jeunes recueillis en silence ont affiché des slogans comme «  y a-t-il une justice en France ? » ou « justice pour Laramy ou Moshin ». Ils ont parsemé les murs du quartier de dizaines de slogans. A l’issue de ce rassemblement, certains ont pris la parole pour demander l’arrêt des violences et le retour au calme dans la ville. Les gens ont applaudi et ont ensuite quitté la place avec calme, loin des clichés et des stéréotypes.

Notre chère Montesquieu serait aujourd’hui abasourdi en voyant comment le gouvernement a fait fi de la séparation des pouvoirs dans l’affaire de Villiers-le-Bel. En effet, le pouvoir exécutif n’a-t-il pas instrumentalisé le pouvoir judiciaire en lui imposant un calendrier et une obligation de résultats, à trois semaines d’une échéance électorale, les municipales ? L’Etat et les individus concernés ne sont pas à l’abri d’une erreur judiciaire.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022