A quelques mètres du lieu du drame où Laramy et Moshin ont trouvé la mort à l’âge de 16 ans, des jeunes de Villiers-le-Bel se sont réunis samedi dans le silence afin de protester contre plusieurs choses : la médiatisation à outrance des interpellations ; l’utilisation exclusive de témoignages anonymes pour inculper des individus, sans preuves matérielles ; les images dégradantes parues dans Paris Match ; la lenteur de l’enquête sur les circonstances de la mort de leurs amis en novembre 2007.

Parmi ces jeunes, certains ont passé une partie de la semaine en garde-à-vue. C’est le cas d’Abderrahmane, qui a été retenu deux jours dans le commissariat de Cergy-Pontoise, avant d’être innocenté. Il a été mis en cause par des témoignages anonymes, qui l’ont « formellement identifié ». Ces accusations ont vite été défaites, car le jour des émeutes, ce jeune homme ne se trouvait pas à Villiers-le-Bel et pouvait le prouver par un alibi.

Un alibi, quelle chance ! Car d’autres aujourd’hui croupissent en prison, après avoir été dénoncés, là aussi, là encore, par des témoins anonymes, alors que les auteurs de violences contre les forces de l’ordre étaient pour la plupart cagoulés. Le fait d’avoir proposé de l’argent en contrepartie de témoignages à des personnes qui, pour beaucoup, sont dans des situations précaires, n’incite-t-il pas à porter des accusations mensongères ?

Sur la place des Burteaux, les jeunes recueillis en silence ont affiché des slogans comme «  y a-t-il une justice en France ? » ou « justice pour Laramy ou Moshin ». Ils ont parsemé les murs du quartier de dizaines de slogans. A l’issue de ce rassemblement, certains ont pris la parole pour demander l’arrêt des violences et le retour au calme dans la ville. Les gens ont applaudi et ont ensuite quitté la place avec calme, loin des clichés et des stéréotypes.

Notre chère Montesquieu serait aujourd’hui abasourdi en voyant comment le gouvernement a fait fi de la séparation des pouvoirs dans l’affaire de Villiers-le-Bel. En effet, le pouvoir exécutif n’a-t-il pas instrumentalisé le pouvoir judiciaire en lui imposant un calendrier et une obligation de résultats, à trois semaines d’une échéance électorale, les municipales ? L’Etat et les individus concernés ne sont pas à l’abri d’une erreur judiciaire.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021