Judicaël est un de ces prénoms bretons qui nous échappe. Roi de Bretagne, en 636 juste après Jésus-Christ, il signe un traité de paix avec le bon roi Dagobert. Celui-là même qui mit sa culotte… à verlan. De là il n’y a qu’un pas, nous v’là en 2008. Je retrouve Judicaël pas plus tard que cette semaine dans un lycée de banlieue parisienne. Il y exerce dorénavant le noble métier d’assistant d’éducation, qui ressemble à s’y méprendre à celui de pion, mais plus joliment dit. Sur un Brest-Paris quasiment direct, l’amour a porté notre cher roi déchu à Bagnolet, ses semblables avaient déjà squatté Montparnasse et ses alentours. Qu’importe, quand il retourne chez lui, il est le Parisien.

Deux semaines après avoir migré, il se retrouve donc dans un de ces lycées « pas forcément faciles », à deux pas de chez lui. En banlieue. Au pire, il reste toujours le Paris-Brest. Et puis, Judicaël a voulu venir sans aucune forme d’appréhensions. Elles sont pourtant faciles a avoir « quand tu regardes ce que t’offrent les journaux télévisés et certains reportages, tu te demandes limite s’ils sont pas fous ». Et après vérification, en fait « ce sont des ados tout ce qu’il y a de plus normal, avec leurs problèmes ».

La première étape fut l’achat d’un décodeur. Il lui fut livré au bout de quelques semaines, voire « quelques mois ». Il faut reconnaître que l’argot est fleuri. Au vocabulaire de « quartier », il faut ajouter la présence du jargon gitan, communauté implantée depuis longtemps à Montreuil. Le résultat peut être stupéfiant. Pour une exclusion de cours, par exemple, il est fréquent d’entendre un lycéen débouler dans le bureau de la Vie Scolaire et sortir : « Wesh, je me suis fait nachav du cours par ce narvalo de prof, de toute façon il fait trop crari ». Pour ensuite enchaîner sur un beaucoup plus compréhensible « de toute façon sur le Coran de la Mecque… ».

Pas forcément facile quand on arrive d’un petit lycée de province des Côtes-d’Armor. Le choc des cultures, le poids des mots. Il se souvient de quelques situations cocasses dans lesquelles lui et un élève disaient la même chose, bien qu’il fût convaincu d’entendre le contraire. Aujourd’hui, quand les lycéens lui demandent « s’il a une racli », il répond sans hésitation « non, mais moi je l’appelle ma femme (il faut préciser qu’il se marie dans quelques semaines) ».

La deuxième étape a consisté à clarifier ses origines. Son prénom, son blase, plus que douteux a soulevé quelques interrogations : « T’es quoi ? – Je viens de Bretagne, tu connais ? – Ouais, je suis déjà allé en Normandie, c’était pas mal mais j’y vivrais pas. » Aïe ! Ce qu’il ne fallait pas dire. Le seul point commun entre la Normandie et la Bretagne, et encore il fait litige, doit être le cidre. Parle-t-on de crêpe normande et de camembert breton?

A cet âge là, le « t’es quoi ? » est une question récurrente. Il faut dire que nombre de ces ados se cherchent, mi-français, mi-autre chose, mais rarement entièrement quelque chose de précis dans leur tête. Judicaël a appris beaucoup à ce sujet, à force de discussions. Maintenant, il est heureux de côtoyer de près ce qu’il appelle un « melting-pot de cultures », il trouve même cela « génial ». Et si c’était à refaire, « plutôt deux fois qu’une ».

Il reconnaît avoir affiné son jugement sur les regards extérieurs maintenant qu’il le vit pleinement de l’intérieur. « Les jeunes, ils solutionnent beaucoup de choses par la violence, on tape et après on parle, mais en réfléchissant bien d’un certain côté, si on leur ferme les portes, qu’est-ce que tu veux qu’ils fassent ! » Il a pris conscience que la violence dans certains cas est un moyen d’expression manifeste, il faut juste qu’ils la canalisent. Pas toujours facile.

Judicaël se prépare au concours de professeur des écoles, encore un nouveau terme pour se débarrasser de l’instituteur. Exercer et vivre en banlieue, pour l’instant, ne lui posent aucun souci. Même si le Paris-Brest risque de lui sembler plus alléchant.

« Et si Bécassine arrivait aujourd’hui en banlieue ? – La pauvre, elle ferait pas long feu avec les c’est qui cette racli ! »

Adrien Chauvin

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021