Quoi de plus pratique que de pouvoir faire ses petites courses sans s’éloigner de chez soi. Encore faudrait-il qu’il y ait des commerces à porter de jambes, les fameux commerces de proximité. En ce moment, à Villetaneuse, un vaste chantier a pour but de rénover la ville sur plusieurs points : transports, logements et commerces. Nous avons voulu savoir quelle place auront les petits commerces au terme de ce projet.

Dans le quartier nord de la ville, là où se concentre la majorité des travaux, il y a quelques commerces tel qu’une épicerie, un coiffeur deux boulangeries et, pour se restaurer, deux brasseries. Les habitants de cette partie de la commune trouvent que cela fait peu. Djamila, 35 ans, mère de famille, en voudrait davantage afin d’voir un vrai choix au niveau des produits et des prix. Et puis, cela offrirait aux habitants des occasions de se croiser plus souvent.

Il y a bien un centre commercial Auchan à Villetaneuse, mais il est situé assez loin de cette partie-là de la ville, et quand il s’agit de se procurer un ou deux articles, les habitants préfèrent acheter en bas de chez eux, même si cela revient parfois un peu plus cher. Ainsi, la boisson gazeuse goût cola de la fameuse marque coûte 1,54€ à Auchan et 1,80€ à l’épicerie du coin, une différence de prix qui serait tout de suite importante pour quelqu’un qui déciderait de faire ses courses de la semaine chez l’épicier plutôt qu’à l’hyper.

Les commerçants sont d’accord avec les habitants. Elyes, boulanger dans le quartier, déplore le manque de concurrence : « La création de nouveaux commerces serait bénéfique pour tous et apporterait un flux de client qui redonnerait vie au quartier, dit-il. Il a toutefois l’épicier qui redoute l’arrivée prochaine d’une superette à 100 mètres de sa petite affaire familiale.

Voyons ce qu’il en est des projets de nouveaux commerces : une superette ; un espace devant accueillir l’une des deux boulangeries et l’une des deux brasseries ; trois surfaces réservées à des commerçants. La réhabilitation en cours de ce quartier de Villetaneuse comprend aussi un centre socio culturel, qui a ouvert ses portes début 2010, la création d’un pôle « petite enfance », la mise en propriété des 84 logements, appelés Les Jardins Renaudie, et la rénovation de 48 logements de L’îlot La Sablière.

Ces transformations apporteront un dynamisme économique au quartier, ils répondent à la demande commune des habitants et de la plupart des commerçants. Les travaux, en cours après avoir commencé avec du retard, comprennent notamment un réaménagement du carrefour principal et la construction d’une petite place verra le jour devant la superette. La livraison du projet est prévue pour fin 2010, ce qui serait un joli cadeau de fin d’année pour les habitants de Villetaneuse.

Amin Bouhassoune

Article publié également sur Agenda 21 Plaine Commune

Amin Bouhassoune

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022