Le Bondy Blog : Qu’est ce que cela vous fait de revenir, avec ce statut de champion du monde, dans la ville où vous avez grandi, dans votre club d’enfance, au stade Léo Lagrange de Bondy là où tout a commencé pour vous ?

Kylian Mbappé : Je suis vraiment content de voir les gens en fait ! Ca peut surprendre, certains doivent se dire que ce sont les gens qui doivent être heureux de me voir mais vraiment, c’est moi qui suis content de voir qu’il y a autant de personnes qui aiment ce stade. Moi, j’ai aimé ce stade une majeure partie de ma vie, je l’aime encore ! J’ai passé mes meilleurs moments ici. J’ai plein d’anecdotes, de souvenirs de matchs ici. Revenir à Bondy, en tant que champion du monde, c’est une fierté sans nom. Je pense que c’est le rêve d’une vie et la chance que j’ai, c’est que ça se passe en début de carrière. Je suis vraiment heureux de ce qui m’arrive aujourd’hui.

Vous pouvez aller le plus haut que vous pouvez, le plus haut que vous voulez, ces moments d’enfance sont ceux que vous gardez toute votre vie parce qu’ils sont uniques

Le Bondy Blog : Si vous deviez donner votre meilleur souvenir d’enfance passé ici ce serait lequel ?

Kylian Mbappé : Il y en a plusieurs ! Les tournois de Bondy ici, c’était des bons tournois, départementaux certes mais c’était des tournois où on s’amusait beaucoup ! C’était l’époque où on jouait au football toute la journée. J’habitais d’ailleurs juste derrière le stade. Il y avait aussi l’enjeu des maintiens. On devait descendre et on a réussi à se maintenir en DSR (division supérieure régionale, ndlr), je m’en souviens, c’était des bons moments. On faisait des barbecues aussi ici, c’était magique ! Je pense que vous pouvez aller le plus haut que vous pouvez, le plus haut que vous voulez, ces moments d’enfance sont ceux que vous gardez toute votre vie parce qu’ils sont uniques. Ce sont des moments où vous êtes vous-mêmes, vous êtes avec les amis qui vous entourent, on s’en fiche de qui est qui, tout le monde partage un barbecue avec une merguez trop cuite mais on sen fout !

Le Bondy Blog : Êtes-vous resté en contact avec vos coéquipiers d’enfance ?

Kylian Mbappé : Ah oui j’ai gardé des contacts avec certains. Je pense que les amis, les vrais amis, on les compte sur les doigts d’une main ou de deux tout au plus. Ceux qu’on a, il faut tout faire pour les conserver parce que ce sont ceux qui vous disent les vérités quand il faut vous les dire, ce sont eux qui vous font avancer, c’est avec eux que vous vous sentez vous-même.

J’ai toujours joué en ayant des rêves, que certains d’ailleurs trouvaient à l’époque démesurés mais aucun rêve n’est démesuré. Les rêves, ça vous permet d’avancer

Le Bondy Blog : Quand vous voyez les jeunes footballeurs, ceux de l’AS Bondy qui ont commencé comme vous, est-ce que vous vous reconnaissez en eux et qu’est-ce que vous avez envie de leur dire, de leur conseiller?

Kylian Mbappé : Le football quand t’es gamin, c’est le meilleur football car on voit les enfants prendre du plaisir, on les voit rêver, on les voit laisser parler leur imagination. C’est là aussi où on voit les prémices d’un futur joueur mais avant tout c’est le plaisir. Ce plaisir se perd un peu avec l’enjeu, avec l’argent aussi. C’est vraiment à ces âges que vous prenez le plus de plaisir. Ce que je pourrais leur dire c’est de garder leurs rêves. Moi, j’ai toujours joué en ayant des rêves, que certains d’ailleurs trouvaient à l’époque démesurés mais aucun rêve n’est démesuré. Les rêves, ça vous permet d’avancer et je pense qu’il y a plein d’enfants ici qui ont des rêves et j’espère que plein d’entre eux pourront les réaliser.

De nos jours on nous montre que la finalité des joueurs lorsqu’ils arrivent au bout mais on ne montre pas vraiment tout ce qu’ils ont dû faire avant d’y arriver, ce par quoi il faut passer

Le Bondy Blog : Si on prend votre équipe d’U15, vous êtes 2, 3 et encore, à faire du football votre métier. Est ce que c’est aussi un monde difficile et est-ce quelque chose qu’on peut dire aux jeunes ?

Kylian Mbappé : C’est même un milieu très difficile. Je pense que bien sûr tout le monde veut être footballeur, c’est normal ! Mais le football, c’est un sport très compliqué parce qu’il y a beaucoup d’étapes à franchir avant d’arriver à la finalité. Ce que je regrette c’est que de nos jours on nous montre que la finalité des joueurs lorsqu’ils arrivent au bout mais on ne montre pas vraiment tout ce qu’ils ont dû faire avant d’y arriver, ce par quoi il faut passer. Quand un enfant regarde ces joueurs à la télévision, il se dit « Moi aussi je vais taper du ballon à la télé ».

Le football est très amnésique, on peut vous oublier du jour au lendemain si un autre tape mieux que vous dans le ballon

Le Bondy Blog : Et pourtant du travail il y en a eu pour y arriver, même quelqu’un comme vous, avec des sacrifices aussi…

Kylian Mbappé : Bien sûr ! Si je parlais de sacrifices aujourd’hui, les gens se diront que c’est un peu osé, que tout m’est arrivé sur un plateau. Mais, bien sûr que j’ai dû travailler. J’ai eu des périodes où c’était délicat, très délicat même et je pense que c’est aussi l’avantage d’avoir un entourage. J’ai mes parents, mes avocats et tous ceux qui m’entourent qui m’ont toujours aidé, soutenu et m’ont aussi botté le derrière quand il fallait ! C’est ce qui vous permet d’avancer et je pense que dans le football, vous en avez besoin parce que le football est très amnésique, on peut vous oublier du jour au lendemain si un autre tape mieux que vous dans le ballon.

Mes parents, mes proches ont fait un travail en amont qui m’a permis d’éviter certains pièges que d’autres n’ont pas eu malheureusement la chance d’éviter

Le Bondy Blog : A 19 ans comment vous assumez ce statut de star internationale qui fait la Une des journaux jusqu’à la couverture de Time Magazine ?

Kylian Mbappé : C’est un rêve et c’est ce rêve-là que j’avais que d’être reconnu comme un grand joueur. Il faut préparer tout ça. Avec mon entourage, c’est ce qu’on a fait. Bien sûr qu’on découvre des choses et on ne sait pas tout mais je pense vraiment que ce soit mes parents, mes proches, ils ont toujours préparé le terrain pour que ce soit un peu plus dégagé quand j’arrive. C’est un travail en amont qui m’a permis d’éviter certains pièges que d’autres n’ont pas eu malheureusement la chance d’éviter. C’est toute l’importance d’avoir un cadre, d’avoir une certaine éducation surtout dans un sport comme le football où les valeurs de respect, d’humilité sont les bienvenues et vous aident tout au long de votre carrière.

Le Bondy Blog : Vous n’avez que 19 ans mais comme vous êtes toujours en avance, on vous pose déjà la question ! Est-ce que vous pensez déjà à l’après, si on parle de Bondy, par exemple revenir ici pour y mener des projets ?

Kylian Mbappé : Non, ça c’est vraiment loin mais je fais déjà et je veux faire encore. C’est pas une question de revenir. Quand j’étais ici, mon frère aidait déjà comme il pouvait. Avoir des nouveaux ballons, des nouveaux maillots, des cages de football pour s’entrainer, des choses que nous parfois nous n’avions pas, ce sont des choses simples. Il n’y a pas besoin de faire dans le superflu, de dire ‘regardez, moi j’ai offert ça, j’ai fait ça’. Non, faire des choses simples qui vont rendre les enfants heureux. Voir le sourire sur le visage des enfants, c’est le plus important,. Moi, c’est ce qui me tient à cœur. J’ai passé dix ans ici, j’avais la banane, j’étais content tous les jours de venir m’entraîner, de descendre de ma maison, de traverser la rue de venir au stade. J’étais très content, bon je voulais toujours gagner mais j’étais très content ! Je veux que les enfants maintenant aient cette même chance, de ne pas se prendre la tête, de vraiment jouer au foot par amour pour le foot et de ne pas penser à ce qui peut se passer après. A la base, le football c’est du plaisir, c’est un sport où on est content de jouer. Dans le lot, il y en aura peut-être un ou deux qui deviendront footballeurs, le reste peuvent jouer en amateur, peuvent jouer ici. Ca change rien ! Ils auront le barbecue après, ils seront heureux !

Le Bondy Blog : Un jour, on verra le stade de Bondy s’appeler « Stade Kylian Mbappé ». Vous y avez déjà pensé ?

Kylian Mbappé : Non, je n’y ai pas pensé (rires) ! Peut-être qu’à l’avenir oui mais pour moi, le stade Léo Lagrange restera toujours le stade Léo Lagrange parce que ça me rappellera toujours mon enfance. Mon histoire à moi c’est celle-là : le stade stabilisé, après le synthétique, c’est la pelouse où il y a des trous partout, c’est ça mon histoire !

Propos recueillis par Felix MUBENGA, Ilyes RAMDANI avec Nassira EL MOADDEM et Sarah SMAÏL

Crédit photo : Julien AUTIER

Articles liés

  • LE GRAND ENTRETIEN avec Ladj Ly : « Mon travail consiste à sortir des clichés et montrer une autre image de la banlieue »

    Figure incontournable des Bosquets (Montfermeil), Ladj Ly est l'invité du cinquième Grand Entretien de la saison. Le réalisateur de 38 ans, qui est aussi acteur et membre du collectif d'artistes Kourtrajmé, est venu nous parler de son dernier court-métrage intitulé "Les Misérables", sélectionné au Césars 2018, qui traite des violences policières dans les quartiers.

    Par Kozi Pastakia
    Le 03/02/2018
  • LE GRAND ENTRETIEN avec Faïza Guène

    Pour le quatrième Grand Entretien de la saison, le Bondy Blog reçoit l'écrivaine Faïza Guène à l'occasion de la sortie de son dernier roman "Millénium Blues". Au programme : son enfance, son parcours d'écrivaine, ses débuts depuis "Kiff kiff demain", son rapport à la littérature, l'école, à la banlieue...

    Par Sarah Ichou
    Le 13/01/2018
  • LE GRAND ENTRETIEN avec Meggy Pyaneeandee

    Pour le troisième épisode du Grand Entretien, le Bondy Blog reçoit Meggy Pyaneeandee, Miss Île-de-France 2016. Au programme notamment : les coulisses du concours Miss France, sa scolarité dans le 93 puis à Sciences Po, son regard sur la société française.

    Par Sarah Ichou
    Le 24/12/2017