«La Ve République est fondée sur la discrimination»

AMBIANCE lundi 2 juin 2014

Par Tom Lanneau @TomLanneau93

En 2013, 3 673 cas de discrimination ont été recensés en France. La Maison des Potes organisait samedi 14 juin « les assises de la lutte contre les discriminations » à la Maison du Barreau, à Paris. Objectif : trouver des moyens juridiques afin de faire reculer le nombre de discriminations.

La Fédération Nationale de la Maison Des Potes (FNMDP), crée en 1989, se définit, sur son site internet, comme un « espace au service des habitants (…) pour leur offrir un relais face aux carences publiques auxquelles ils sont confrontés ». Clamant leurs motivations puisées dans les idéaux de justice sociale, d’antiracisme, de laïcité, les membres du collectif proposent leur aide, notamment aux victimes de discrimination, pour traduire la lutte sur le terrain judiciaire. Samuel Thomas, délégué général de la FNMDP, ancien vice-président de SOS racisme, compare leur « persévérance dans le combat contre les discriminations » à celles de Nelson Mandela dans un édito parut dans le magazine Pote à Pote du mois de mars 2014. Récemment, l’association a porté plainte contre le Front national pour « incitation à la discrimination », pointant du doigt le « guide pratique » pour les élus municipaux frontiste, les incitants à prôner la « priorité nationale » dans l’attribution de logements sociaux. « Au lendemain de la victoire électorale du FN, nous devons réagir vite et très fort contre le racisme » déclare l’association.

Censées commencer à 9h30, les assises ont finalement pris une heure de retard, certains intervenants coincés par les grèves des cheminots. Les membres de la Maison des Potes scotchent dans les quatre coins de la salle des affiches sur lesquelles est inscrit en caractère gras, le slogan « Faire de l’égalité une réalité ». Les intervenants prennent finalement la parole aux alentours de 10h30 afin de raconter leur histoire de victime ou d’opposant à la discrimination.

En 2002, Boualem Benabdelmoumene, la cinquantaine et les cheveux grisonnant, obtient un bon de visite, après deux ans de recherche, pour un appartement de France Habitation, situé à Bagneux (92). « Pour une fois qu’on ne me dirige pas vers un ghetto ! » pensait-il. Les problèmes surviennent lorsque ce salarié à l’accent méridional arrive au pied du bâtiment. L’apercevant, le gardien de l’immeuble refuse l’entrée à Boualem et ira même jusqu’à lui retirer son bon de visite. Impuissant et révolté, cet homme originaire du Gard contact SOS Racisme. Piégé par un testing organisé par l’association, la directrice d’agence apporte finalement une réponse à ce refus violent pour la visite en déclarant : « C’est impossible avec son nom que Boualem Benabdelmoumene obtienne cet appartement, dans cet immeuble, on ne peut pas y mettre d’étrangers ». Boualem lâche alors, « ça m’a fait du mal de n’être pas considéré comme un Français à part entière. Pourtant je suis né dans le Gard, je paie mes impôts… » Cet événement aurait pu rester sans suite, mais il a permis à certaines personnes de libérer leur conscience.

Réunis à la même table lors des assises, Boualem côtoie Vincent, ancien directeur d’agence de France Habitation : « Nous avons tous deux subis la même discrimination, mais pas de la même façon » commence-t-il dans son discours. Quelques années après la médiatisation de l’affaire, Vincent prend contact avec le vice-président de SOS Racisme. « Dans mes mains passaient des papiers sur lesquels étaient inscrits les chiffres 1 2 3 et 4. Logiquement je me suis interrogé sur la signification de ces mentions. Un jour mon supérieur m’a avoué que ces chiffres indiquaient les origines ethniques des demandeurs de logement, mais que c’était uniquement « pour la mixité sociale » ». Ces inscriptions permettaient alors à l’agence de répartir les appartements en fonction de la couleur de peau des aspirants. « Il y avait certains bâtiments où il ne fallait pas mettre de personnes d’origine africaine ou des Dom-Tom par exemple » raconte Vincent. En janvier 2013, malgré l’existence de preuves écrites, l’affaire débouche sur un non-lieu « au prétexte qu’on n’a pas pu identifier de victimes ». Mais pour la Maison des Potes, cette affaire se poursuit, « le combat continue ».

C’est ensuite à Alexandre Roffat de prendre la parole. Ce responsable des ressources humaines estime avoir été « victime et acteur de la discrimination ». En 2000, Alexandre entame sa dernière année de licence. Pour la valider, il décroche un stage chez le leader français de l’intérim, Adecco. Mais en entrant dans les ressources humaines de la filiale, celui-ci découvre avec surprise que les recrutements ne prennent pas seulement en compte l’expérience et la qualification du demandeur d’emploi, mais aussi la couleur de peau de ce dernier. Alexandre Roffat raconte que pour chaque fiche concernant un individu de type européen, il fallait ajouter la mention « BBR » (Bleu Blanc Rouge, en référence au drapeau français). “Les Maghrébines, les Noires et les femmes d’origine étrangère étaient forcément recalées“, commente Samuel Thomas dans un article parut sur le site d’information capital.fr.

Un élément semble particulièrement avoir frappé Alexandre : « Les individus mats eux-mêmes faisaient cette distinction ! », lui-même étant métis. Malgré son impuissance imputable à son statut de stagiaire, le jeune homme consulte un salarié de l’agence pour lui faire part de l’affaire. « Il m’a répondu que l’entreprise n’était pas raciste, que 80% des intérimaires étaient noirs et que justement, ils craignaient pour la sécurité des individus de couleurs s’ils avaient affaire à des gens louches. Et c’est pour ça que, d’après eux, ils demandaient aux clients si ça posait problème d’envoyer un Noir ! » Alexandre confie avoir poursuivi un temps son stage, appliquant cette directive discriminatoire, « même si j’avais du mal à vivre avec ça ». Au bout du compte, il décide d’arrêter son stage, quitte à rater son année de licence. « Comme ça je pouvais me regarder dans la glace (…) Mais comment faire pour lutter ? » Il appelle alors SOS Racisme qui l’aide à traduire en justice la société Adecco. Toutefois après 14 ans sur le terrain judiciaire, il n’y a toujours pas eu de procès. « Mon principal regret, déclare Alexandre, c’est de ne pas avoir poursuivis mon stage pour trouver plus de preuves ».

Abdoul Ba N’Gary est avocat contre les discriminations. « La Ve république est fondée sur la discrimination » assène-t-il. Il pense que le niveau de diplôme d’un individu ne suffit plus à faire carrière, que la couleur de peau de l’individu rentre en ligne de compte. « Regardez les élites françaises. Proportionnellement, elles ne représentent pas la population du territoire. On ne voit pas de général Mamadou Machin » s’exclame l’avocat. Personnage haut en couleur d’origine mauritanienne, Abdoul Ba N’Gary s’enflamme lorsqu’il évoque le FN, « comment peut-on cautionner ce parti fondé sur des bases racistes ? Comment peut-on laisser un élu de la République tenir ces propos ? On peut dire ce genre de choses et ne pas être éligible ? ». Il estime que la source du problème de la discrimination provient de l’Etat. « Si l’Etat lui-même discrimine, les Français se disent « et pourquoi pas nous » ? Si l’on veut couper un arbre, il faut d’abord s’attaquer à la racine ».

Dans les couloirs de la maison du Barreau, Samuel Thomas répond à nos questions. La quarantaine passée, les gens qui le côtoient le décrivent comme altruiste, « avec un cœur gros comme ça », parfois utopiste. Il déclare ne constater « aucune avancée dans la lutte judiciaire contre les discriminations » depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. « Ni dans l’accès au logement avec le refus d’en parler dans la loi « Duflot » sur les relations locataires-bailleurs ». La seule « petite avancée » selon lui est l’affichage du numéro de matricule du policier, auteur présumé d’un contrôle au faciès.

Au sujet du droit de vote des étrangers, Samuel considère que c’est encore possible avant octobre et la possible perte du Sénat par la gauche. « Il faudrait que trente parlementaires UDI votent aux côtés des parlementaires PS, PC et Verts ou qu’ils ne se présentent pas ce jours-là au congrès ». Néanmoins, il reste pessimiste, « le renoncement de Hollande, Fabius et Cazeneuve afin d’envoyer un message aux électeurs du FN (…) a donné la victoire au FN par anticipation ». Il exprime aussi sa « révolte morale » vis-à-vis de ceux qui ont voté pour le parti frontiste, « ces Français qui ont basculé dans le racisme ». D’après lui, cette victoire électorale permet de mettre en valeur le rôle des organisations antiracistes, « c’est sur elles seules que l’on peut compter aujourd’hui » pour lutter contre le parti mené par Marine Le Pen.

A la fin de la journée, Gwenaëlle Calves, professeur de droit public à l’université de Cergy, estime qu’avant de vouloir créer de nouveaux outils afin de lutter contre la discrimination, « il faudrait déjà simplifier et utiliser ceux que l’on possède aujourd’hui ». D’autres, quant à eux, estiment qu’il faudrait créer un pôle juridique dédié aux discriminations. Malheureusement, une chose n’est pas jugeable dans une affaire de discrimination : les préjudices sociaux, psychologiques et familiaux qu’engendre une injustice. D’autant plus que nous sommes tous une cible potentielle pouvant être frappée par la foudre de la discrimination. Discriminé à cause de notre couleur de peau, de notre physique, de notre sexe, de notre lieu de résidence, de notre âge, de notre milieu socio-économique…

Tom Lanneau

Les réactions des internautes

  1. mardi 24 juin 2014 16:14 jps

    Il y avait un sujet passionnant qui aurait pu déclencher des commentaires, c'est le lynchage par de gentils jeunes de banlieue d'un jeune Rom qu'ils ont eu la délicatesse de laisser dans un chariot de supermarché. Quand je pense au cris d'orfraie poussés par certains ici au sujet d'une directive malheureuse du commissariat du 6ème arrondissement où l'on parlait d'éviction de population alors qu'il s'agissait de mendicité. Dans cette banlieue, on ne rejette pas son prochain on le lynche, dans les quartiers populaires de Marseille pas besoin non plus de directives de la police, on brûle les camps des Roms. Mais les victoires des Fennecs algériens sont des sujets plus intéressant que ce racisme des cités.
    • mardi 24 juin 2014 22:35 ledaron

      Les "cités" seraient donc à l'image du pays dans lequel elles évoluent ? L'intégration serait donc en marche !!!
      • jeudi 26 juin 2014 12:48 sedullos

        Les cités d'immigrés sont racistes depuis toujours, je n'ai jamais douté de la haine raciale des vôtres..
        • jeudi 26 juin 2014 22:51 ledaron

          C'est bien vrai Sedullos que l'idéologie raciste est née dans les cités ,nous le savons tous et cela est unanimement reconnu ,les Gobineau,Montandon et consort n'ont qu'à bien se tenir !!lol!!! Pour ce qui "des miens" ,ta conclusion est bien hative ( comme tes idées ?)
  2. vendredi 20 juin 2014 17:01 Amélie

    La censure intempestive qui sévit sur ce blog est le signe d'une certaine fébrilité et d'un manque d'assurance quant aux articles publiés. Assumez, ou alors censurez également les trolls qui sévissent ici.
    • lundi 23 juin 2014 10:42 ...

      Ce blog est en train de crever, je le regrette. Il fut une époque ou il y avait 400 messages par sujet et des petits frères (Marseille, Lyon, Genève, Dakar), aujourd'hui, c'est la déchéance. La mort. La faute à qui ?
  3. jeudi 19 juin 2014 22:25 ledaron

    La resistance indigène ( nouveau concept français quand on se réfère à l'Histoire ,je suis taquin ce soir) se plaint de la censure ,la victimisation comme mode de défense en voila une bonne idée.Pour ce qui est des mensonges,en fait une vérité qui te dérange ,fais toi un pont d'honneur à argumenter pied à pied afin de faire jaillir de la confrontation quelques étincelles.Le dormeur ( plutot le resistant) doit se reveiller....A+
  4. jeudi 19 juin 2014 20:34 Talleyrand

    Tout le monde sait ici que la censure n'existe pas...
  5. mercredi 18 juin 2014 22:42 ledaron

    Mamadou ne sert que de chair à canon pour la mère patrie qui sait si bien le faire depuis quelques siècles ( souvenous-nous des tirailleurs mort pour rien).Marianne est racialiste au point d'avoir couvé en son sein des idéologues que le monde entier nous envie tels que Gobineau,Maurras,Georges Vacher de Lapouge,Gustave Le Bon ...Fermer les yeux sur cette réalité factuelle n'empèche nullement qu'elle soit.
  6. mercredi 18 juin 2014 21:40 Amélie

    « La Ve république est fondée sur la discrimination » nous dit Abdoul Ba N’Gary, dont c'est le fond de commerce. Sur quels textes s'appuie-t-il ? La Constitution de 1958 n'en fait nullement mention : http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp
  7. mercredi 18 juin 2014 19:41 Talleyrand

    Dans les récits rien de probants comme discrimination ( la justice est passée et n'a rien trouvé à redire) Et dans les articles du BB ne trouve t on pas de la discrimination anti blanc lorsque nous somme censurés ? Dire que la Vème république est fondée sur la discrimination est un raccourci un peu court, mais alors que dire d'une monarchie et république islamique ? Comme quoi on peut être avocat dire n'importe quoi !
    • mercredi 18 juin 2014 20:54 ledaron

      La discrimination n'existe pas en france nous le savons.La justice est tellement juste que le monde entier nous envie.Le blanc n'est pas blanc,il peut etre rosé,rouge de colère ou vert de peur.S'inscrire dans une logique de victimisation ( que tu reproches d'ailleurs aux autres) n'aide pas à sérier le sujet.la V éme république est directement issue de la guerre d'Algerie ( souvenous-nous du coup d'état manqué du "quarteron de généraux"),Ceci peut expliquer peut etre cela.Faire une étude la monarchie ( laquelle ?) ou la république islamique ( le mot république qui est un emprunt au modèle occidental est antinomique avec islamique ).
      • lundi 23 juin 2014 10:28 ...

        "La discrimination n'existe pas en France nous le savons.La justice est tellement juste que le monde entier nous envie.Le blanc n'est pas blanc,il peut être rosé,rouge de colère ou vert de peur.S'inscrire dans une logique de victimisation ( que tu reproches d'ailleurs aux autres) n'aide pas..." C'est tellement drôle. Et sous ton kilt ?
        • lundi 23 juin 2014 18:35 ledaron

          Le véritable Homme de couleur(s) ... est celui qui prend des teintes différentes selon ses émotions ,l'Homo occidentalus est donc de ce point de vue notre Homme !!! Pour ce est du kilt ,je pourrais rajouter kilt ou double pour ce qui est de la drolerie.A+
          • lundi 23 juin 2014 22:24 ledaron

            La corne-muse amuse ma muse ( j'pouvais pas m'en empecher).Quand aux Bourdons ,gare aux faux ( Bourdons) ceux qui se parent de couleurs en été et visitent les champs de fleurs pour les butiner.Comprenne qui voudra....:)
          • lundi 23 juin 2014 21:29 ...

            J'adore la gaïta, un peu moins la corne-muse. Bien que ça me fasse marrer, il y a trop de bourdons. Comprenne qui pourra.
  8. mardi 17 juin 2014 19:27 Martha

    Les français trouvent qu'il y a beaucoup trop d'étrangers en France et ceux ci se trouvent discriminés (même ceux qui sont nés en France de parents étrangers). En fait, on assiste à un repli identitaire. On le voit à tous les niveaux, dans les villes, les quartiers, au niveau du recrutement. Je ne pense pas que le FN soit responsable de cet état de fait. Il n'en est que le réceptacle. Peut être que les évènements de 2005, les sifflets lors de matchs avec le Maghreb contre l'équipe de France en ont été le déclencheur. D'où la fracture.
    • mercredi 18 juin 2014 00:56 ledaron

      Les étrangers de France sont issus, pour la plupart, des colonies ( fallait pas y aller !!!) ,ils sont donc les effets d'une cause,celle aussi qui veut que durant l'après guerre les industriels fassent appel à une main d'oeuvre docile et pas cher ( encore les effets d'une cause).Les français devraient donc demander des comptes à leur personnel politique ( ceux pour qui ils votent et re-votent inlassablement)) et économique.Ces memes français devraient donc lever leur trogne et appréhender la problématique dans son ensemble ( si ce n'est pas trop demandé...).Le FN qui est un parti politique opportuniste ( tout comme les autres d'ailleurs) ne fait que dans la simplification ( prenant ainsi les electeurs pour des bourricots) explicative et dans les slogans pour rallier à sa cause toutes ces petites gens qui ,perdus,ne demandent qu'à etre rassurés.Il est etrange ( mais pas tant que cela en fait,Histoire oblige) que les gens n'aient retenu que les sifflet du match france Algerie et pas celui de la final de la coupe de France entre Lorient et Bastia ,la marseillaise fut sifflée par une partie des corses ( http://www.youtube.com/watch?v=E8LXOOw1kDs ) ou du match Israel France ( http://www.youtube.com/watch?v=L1w6Ic8lcG0 à partir de la 40eme seconde).Les français ont donc la memoire selective,partielle et partiale.
      • jeudi 26 juin 2014 23:05 ledaron

        Tu pars un peu vite en besogne Sedullos,ne te laisserais-tu pas un peu déborder par ton pathos ? Ceci étant dit,ton résumé de l'Histoire de France outre le fait qu'il manque de nuance (exaltation oblige) ,fait peu de cas du peuple qui, dès lors qu'il pu accéder au droit de vote ,plébiscita cette meme oligarchie qui brade les droits régaliens des nations au profit d'une entité supra-nationale.Charité bien ordonnée commence donc par soi meme.Changer de paradigme en se lestan d'une vision naive polarisée sur l'immigration te permettra de voir dans quelle système nous évoluons et quels sont les acteurs de cette pièce qui se joue sous nos yeux,lire à ce sujet le dernier bouquin de Pierre Hillard " Chroniques mondialistes",ses hauteurs de vues te permettront de sortir peut etre ( je l'espère pour toi) du nombrilisme geignard qui semble etre ta marque de fabrique.A+
      • lundi 23 juin 2014 10:38 ...

        "celle aussi qui veut que durant l'après guerre les industriels fassent appel à une main d'oeuvre docile et pas cher" Oui oui comme le PIR le dit, la France n'existait pas avant les années 1960-70. Rien, nada, niet, le grand walouh. Ah la mythologie c'est beau.
        • lundi 23 juin 2014 18:39 ledaron

          Ton idéologie oblitère des pans entiers de l'histoire industrielle,économique et politique ( le choix du positionnement du mot "politique en 3 eme position n'est pas anodin quand on connait les réalités des vrais détenteurs du pouvoir ,les banques et consorts) de la France du coup ,tu t'accroches à des chimères pour ne pas voir la réalité factuelle.Le dormeur doit se réveiller.....
          • lundi 23 juin 2014 22:27 ledaron

            Et la tienne Etienne ,tu décroches de la discussion quand celle ci devient un peu trop technique pour toi ? Tu n'as donc pas les moyens de tes ambitions ? Tu me diras que tu n'as pas d'objectif à atteindre ( sauf peut etre de passer le temps).
          • lundi 23 juin 2014 22:06 ...

            Et la tienne, 2000 ans d'Histoire.
      • lundi 23 juin 2014 10:30 ...

        L'Algérie a fait une rétromigration, pourquoi pas la France métropolotaine ?