Garissa : « Ils ne réussiront pas à nous imposer la peur et leur idéologie »

C'EST CHAUD jeudi 9 avril 2015

Par Rouguyata Sall @rouguyata

Hier à 18 heures place de la République, à Paris, un rassemblement avait lieu en soutien aux victimes Kényanes de l’attentat de Garissa. Près de 300 personnes étaient présentes pour rendre hommage aux 148 étudiants exécutés par des terroristes somaliens.

En sortant du métro, j’aperçois un rassemblement, en dessous d’une banderole « 1 toit 1 droit » qui me fait réaliser que ce n’est pas celui que je cherchais. Comme les garçons juchés sur leurs rollers, je tourne autour de la statue devenue mausolée de Charlie depuis le 7 janvier. Et je trouve enfin les personnes venues pour le Kenya. Un drapeau me le confirme, au pied de la statue où plus nombreux sont ceux qui profitent des rayons du soleil.

Les organisateurs, le collectif Active génération, déroulent une large bande de papier. Alors qu’ils commencent à répartir et allumer des bougies, j’entends un petit garçon demander ce que font ces gens et l’homme qui pourrait être son grand-père lui répondre que même si c’est loin, on est tous concerné par le terrorisme qui a tué au Kenya.

Le rassemblement grossit petit à petit. Les premiers arrivés commencent à maculer la toile blanche des empreintes de leur main gantée puis trempée dans la bassine de peinture rouge. Une femme détourne la consigne et laisse courir sa main sur le papier pour dessiner une trace semblant représenter le sang des étudiants.

IMG_20150408_184920Ils sont venus dire non à la barbarie, non au terrorisme, non à la terreur. Et non au non-traitement médiatique de certains sujets. Pour Karima, jeune trentenaire, c’était important d’être présente. Elle est extrêmement choquée du peu de médiatisation qu’il y a eu autour de ce drame. Mais pour elle ce n’est pas nouveau : « Il y a quelques semaines de cela, un village nigérian a été décimé. Je suis sûre que si on demande aux gens dans la rue, ils sont incapables de s’en souvenir. Est-ce qu’ils en ont même entendu parler ? ». La manière dont sont traités ces événements la pousse à s’interroger sur un potentiel profil à avoir pour susciter l’indignation. Elle compare alors la médiatisation des attentats de Tunis et leurs victimes majoritairement occidentales et le massacre de Garissa et ses étudiants africains. « 148 personnes, des jeunes, des étudiants, ça n’est quand même pas rien ».

Un autre révolté interpelle à son tour sur le contraste entre les rassemblements pour Charlie et pour les victimes africaines alors que l’origine de ces drames est la même : le terrorisme. Ce quinquagénaire blâme, lui, les pompiers pyromanes que sont à ses yeux les gouvernements et instances occidentales. Pendant que les personnes rassemblées s’expriment avec crayons et peintures, un des organisateurs prend le micro pour remercier les présents de leur soutien. Il démarre ensuite le décompte macabre des victimes et pour qu’elles ne soient pas uniquement un numéro, #147NOTJUSTNUMBER, il donne leurs noms et prénoms. Chaque identité révélée est suivie d’applaudissements. Certains ferment les yeux pour mieux rendre hommage aux victimes, mais le claquement de leurs mains ne faiblit pas. Alice, Thomas, Emma, Peter, Caroline… La liste s’arrête prématurément. Tous n’étant pas encore connus, ils ne peuvent aller jusqu’à la 147e victime. Et c’est une longue salve d’applaudissements qui rendra hommage aux inconnus.

« On devait le faire. Il n’y a pas eu de réponse adéquate des citoyens face à cette horreur »

Le discours reprend sur l’absence de personnalités politiques invitées par les organisateurs, à l’instar de chacun des députés à qui ils ont envoyé un mail. Viennent ensuite les remerciements aux associations présentes avec ou sans étiquette. Puis un petit mot pour les médias qui « sont excusés car présents aujourd’hui ». L’ambassadrice du Kenya en France prend à son tour la parole pour remercier les personnes présentes au nom du Kenya.

IMG_20150408_193057Pour Abdelkerim Yacoub Koundougoumi, un des organisateurs du rassemblement, « on devait le faire. Il n’y a pas eu de réponse adéquate des citoyens face à cette horreur. On s’est dit qu’il fallait qu’on bouge. Pour leur dire qu’ils ne réussiront pas à nous imposer la peur et leurs idéologies ». Pour lui, que l’on soit à 6000 kilomètres ou à 6 mètres, on est concerné. Toutes les victimes se valent et c’est la citoyenneté internationale qui prime. « Je suis tchadien, Amadou Sénégalais. C’est fini les frontières ».

Rachele n’est pas kenyane non plus, mais elle se sent comme telle aujourd’hui. Elle explique sa présence par le fort soutien qu’elle souhaite apporter aux Kenyans. Parce qu’elle est africaine et qu’elle se sent pleinement concernée par ce massacre. Le recueillement continue avec l’hymne national chanté par les Kényans d’origine, la main sur le cœur, au-dessus de la musique qui adoucit quelque peu l’ambiance. Puis un cahier circule pour laisser quelques mots ou signer la pétition de soutien. Et le micro passe de main en main pour que chaque volontaire puisse exprimer son hommage.

De ce même micro, l’invitation à la poursuite de la mobilisation retentit. Un rassemblement est prévu au Trocadéro ce dimanche à 16h, par l’association Nous sommes Un, déjà organisatrice d’un événement similaire pour le Nigeria lors du massacre d’un village en janvier. Quelques centaines de personnes rassemblées place de la République aujourd’hui. C’est plus que les 25 présents lundi dernier ici même. Ou ce mardi place de la Sorbonne, sur laquelle une cinquantaine de personnes s’étaient rassemblées. Les étudiants organisateurs réitèrent ce rassemblement place de la Sorbonne ce jeudi 9 avril à 13h, pour qu’étudiants et enseignants se mobilisent face à ce drame survenu au sein d’une université.

Rouguyata Sall

Les réactions des internautes

  1. mercredi 15 avril 2015 01:09 Camille Desmoulins

    La loi 2015 sur le renseignement n'a rien à voir avec le terrorisme. La loi sur le renseignement sert à surveiller les militants politiques les militants syndicaux. A les tracer avec leur adresse IP. A intimider le peuple français pour qu'il se taise. Valls et Cazeneuve mettent en place une police politique. Le Parti Socialiste ne produit plus aucune idée. Le Parti Socialiste est contraint de surveiller les idées des citoyens pour ne pas se sentir dépassé.
  2. jeudi 9 avril 2015 21:16 Crocodile

    Il est une chose que vous taisez, les victimes étaient chrétiennes, elles furent assassinées car chrétiennes. Les étudiants musulmans ont été épargnés, car musulmans, comme les assassins. Un article qui traite et commet ce que la manifestation condamne, pas mal !
    • samedi 11 avril 2015 11:18 Exbondynoise

      Bonjour Crocodile,les chrétiens fuient Garissa et se réfugient à Madogo. En 2012, l'église de l'Africa Inland church et la cathédrale ont été la cible d'hommes cagoulés. Ils ont pénétré dans l'église et ont tué des fidèles.Suite à cette attaque, la moitié des chrétiens ont quitté Garissa.Les islamistes chabab , en novembre 2014, ont aussi attaqué un bus , ont mis à part les chrétiens et les ont exécutés. Il en est de même à l'université où ils disent avoir monté"une opération contre les infidèles".Au Nigéria, au Kenya, en Irak, en Syrie, les chrétiens sont assassinés et le monde reste silencieux, indifférent à leur sort, parce qu'ils sont anonymes.Cette persécution continue. Qui organise de grandes manifestations pour eux ? Ils se sentent abandonnés." Les chrétiens ne sont certainement pas les seules victimes, mais on ne peut ignorer qu'ils sont les victimes désignées et les plus fréquentes dans de nombreux pays " a dit un prêtre italien.
      • samedi 11 avril 2015 17:53 rosebonbon

        Ceux qui tue sont des monstres sanguinaires et peut importe qu'ils soient musulmans, chrétiens, juif, bouddhistes ou athées... Quelque soit le motif des crimes ils doivent être condamner avec vigueur par tous les républicains, les démocrates, les pacifistes et humanistes et les défenseurs des droits de l'homme et du citoyen. Personne et ce quelque soit la raison n'a le droit d’ôter la vie, ni n'a le droit de porter atteinte à la dignité humaine, alors mobilisons nous contre les extrémistes et les extrémismes de tout bord pour propager la paix, la solidarité, l'égalité et l'équité en France et dans le monde. Notre pays doit montrer l'exemple en mettant en pratique les valeurs de la république et les principes républicain.
        • samedi 11 avril 2015 21:10 Amélie

          Sauf que là, ce sont des personnes bien identifiées qui tuent d'autres personnes bien identifiées elles aussi. La Bible réprouve le meurtre et les bouddhistes ne font pas la une des journaux.
          • mercredi 15 avril 2015 19:36 rosebonbon

            Les tibétains et les ouigourt ce font massacrer par les chinois et nous français pays des droits de l homme on déploie le tapis rouge au chinois.
          • dimanche 12 avril 2015 20:07 rosebonbon

            Vous oublier en Europe les massacres de bosniaques en 1992 des milliers de morts sans perdre de vue les massacres de palestiniens a un rythme régulier c'est a dire tous les 2 ans environ. Que font les politiques, que fait l'ONU et toutes les instances mondiales pour faire cesser ces massacres d'hommes de femmes et d'enfants?
      • samedi 11 avril 2015 15:00 Crocodile

        Bonjour à vous, nous pouvons suivre de la même manière la triste pérégrination des chrétiens d'Irak sur un siècle, fuyant tout les vingt ou trente ans les lieux où leurs parents s'installèrent espérant y trouver enfin un refuge ... Ils auront bon fuir jusqu'au bout de la terre, ils se trouvera toujours un homme pour devenir leur bourreau. "même l'heure vient où quiconque vous fera mourir, croira faire à Dieu un sacrifice agréable" Jn 16 - 2
    • vendredi 10 avril 2015 10:47 moi

      Merci pour cette information, capitale.
      • samedi 11 avril 2015 04:39 Amélie

        Les victimes ont en effet été soigneusement triées par leurs assassins en fonction de leur confession : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150407.OBS6560/garissa-ou-est-passe-l-esprit-du-11-janvier.html
    • vendredi 10 avril 2015 09:36 klm75

      Quelque soit le motif des crimes ils doivent être condamner avec vigueur par tous les républicains, les démocrates, les pacifistes et humanistes et les défenseurs des droits de l'homme et du citoyen. Personne et ce quelque soit la raison n'a le droit d’ôter la vie, ni n'a le droit de porter atteinte à la dignité humaine, alors mobilisons nous contre les extrémistes et les extrémismes de tout bord pour propager la paix, la solidarité, l'égalité et l'équité en France et dans le monde. Notre pays doit montrer l'exemple en mettant en pratique les valeurs de la république et les principes républicain.
      • vendredi 10 avril 2015 10:32 Crocodile

        Quelles sont les valeurs de la République, quels sont les principes républicains, quelles sont les pratiques qui permettront de les mettre en exemple ? Votre commentaire est bien beau, mais ce n'est qu'un discours, usé par le temps, usé par les faits.
        • samedi 11 avril 2015 18:16 rosebonbon

          Les dictateurs africains et autres sont souvent soutenus par les pays occidentaux en fonction de leur intérêt financier et personnel. Les contrats juteux primes sur les droits de l'homme, sur la morale et les principes. Si ma mémoire est bonne la France n'a telle pas proposer au GVT tunisiens de l'aide pour mater les tunisiens lors du printemps arabe. Les tibétains et les Ouïgours ce font massacrer par les chinois que fait notre pays il déploie le tapis rouge à la chine à qui elle vend son patrimoine, son industrie et son savoir faire. Souvenez vous de Kaddafi, Sarko lui a déployé le tapis rouge et quelques mois après à bombarder la Libye et tué Kadafi Les pays occidentaux s'en foute de morale, des principes et des conventions quelle signent cela dit en passant. Les pays occidentaux vivent grâce à l'industrie de l'armement qui représente des milliards par an "à qui profite le crime??? ".
        • samedi 11 avril 2015 11:21 Exbondynoise

          Crocodile, je doute fort que vous ayez des réponses aux questions que vous avez posées.
          • samedi 11 avril 2015 15:04 Crocodile

            Je m'en doute un peu.
        • vendredi 10 avril 2015 19:48 klm75

          Il suffit de vous rendre devant une école publique de lever les yeux et vous pourrait lire notre devise républicaine. Sinon sur internet vous trouverez aussi les conventions dont celle des droits de l'homme et du citoyen et d'autres signé par notre pays.
          • vendredi 10 avril 2015 20:51 Crocodile

            Liberté, Egalité, Fraternité. Liberté ? quand des dictateurs africains défilent pour la liberté d'expression aux côtés de notre président mais ne l'appliquent surtout pas chez eux ..., quand nos alliés comme l'Arabie saoudite ont le même code pénal à quelques coups de fouets près que l'EI ... Est ce cela la liberté défendue par la République ? Egalité ? est ce l'égalité devant la loi ou après la loi ? Fraternité ? Cette notion est apparue avec la seconde république. La première république n'est pas républicaine selon vous ? Vous n'avez toujours pas répondu à mes questions. Vous avez remplacé votre discours par un slogan, ce n'est pas suffisant.
  3. jeudi 9 avril 2015 18:35 Mirabaud

    j'y étais c'était digne, émouvant, bien. on aurait dû être beaucoup plus nombreux. j'ai dit le nom de Priscilla et j'ai vu son visage. Elle n'était pas un chiffre, elle était une jeune fille jolie et souriante. Elle est à côté de nous
  4. jeudi 9 avril 2015 16:12 Simone

    Merci pour cette information et merci aux organisateurs.