C’était l’un des films les plus attendus de cette année, Mourir peut attendre est enfin en salles et marque la sortie du 25ème opus des aventures du plus célèbre des espions britanniques. Repoussé à de nombreuses reprises en raison du contexte sanitaire, les dernières aventures de James Bond tiennent toutes leurs promesses et permettent à un Daniel Craig de gala de signer une sortie par la grande porte.

Le film marque également dans une certaine mesure une révolution dans la représentation des différentes « James Bond Girl » à travers les personnages de Nomi interprété par Lashana Lynch et de Paloma joué par Ana De Armas.


La bande-annonce du 25ème James Bond. 

5 ans, 10 mois et 6 jours, c’est le temps que les fans auront attendu avant de pouvoir retrouver celui qu’on appelle Bond, James Bond dans les salles obscures. Un temps annoncé pour le 8 avril 2020 le Covid aura finalement eu raison de la sortie mondiale, contraignant la société de distribution et production MGM, de décaler la sortie à ce mois d’octobre 2021.

Un coup dur pour les fans qui auront dû prendre leur mal en patience et se contenter de bandes-annonces qui mettaient l’eau à la bouche, du générique du film interprété par la talentueuse et magnétique Billie Eilish.

Lashana Lynch crève l’écran

Et parmi toutes les rumeurs entendues au sujet du film, celle autour d’un prochain James Bond qui serait interprété par une femme noire en la personne de Lashana Lynch. Un bruit de couloir qui aura cristallisé tous les débats autour du film et suscité de nombreux commentaires nauséabonds et racistes tant en France qu’à l’étranger.

On se rappelle le fameux sketch, assez pathétique, de Norman Thavaud qui s’offusquait que l’on puisse remplacer James Bond par « Fatoumata Bond ». Ce dernier qui aura pourtant tenu à faire son mea culpa a été ardemment par une partie des politiques des droite et d’extrême-droite, jusque là rien d’étonnant.

 


Ce passage du spectacle Norman Thavaud sera finalement retiré sur la plateforme Prime Video d’Amazon.  

Mais rassurons les réactionnaires et réfractaires au progrès, non seulement la talentueuse Lashana Lynch n’incarne par James Bond mais ne fait que reprendre le matricule de ce dernier mais elle livre également une performance de haute volée et tient la dragée haute à Daniel Craig.

Celle qu’on a pu apercevoir dans le blockbuster Captain Marvel est une véritable bouffée d’oxygène, elle est drôle, intelligente et charismatique, son personnage tranche avec la plupart des protagonistes féminines qui l’ont précédée dans la saga. En raison notamment du fait qu’entre elle et Bond la relation est quasi platonique, oubliez donc les scènes torrides inutilement longues et qui vous mettaient en gêne lorsque vous regardiez James Bond avec l’un de vos parents.

Personnellement, je serai excitée quand tout le monde trouvera ça normal de voir une femme noire dans un film comme ça.

Lashana Lynch est la véritable révélation de ce dernier opus. L’actrice britannique est d’ailleurs consciente de l’impact que le personnage de Nomi peut avoir auprès des spectateurs : « C’est important d’avoir des Nomi dans ce genre de film, pour que des jeunes gens puissent voir à l’écran des personnages qui les inspirent et leur ressemblent. Le problème, c’est que tout le monde s’excite sur le fait de voir une nouvelle femme noire dans un James Bond. Personnellement, je serai excitée quand tout le monde trouvera ça normal de voir une femme noire dans un film comme ça. En attendant, il faut plus de Nomi dans tous les films. » avait-elle déclaré dans un entretien avec nos confrères de SoFilm.

Alors même que les spéculations autour du remplaçant de Daniel Craig vont bon train, Lashana Lynch qui n’est que la cinquième femme noire à apparaître dans la saga, démontre tout au long du film qu’elle a largement l’étoffe pour incarner le nouvel agent 007 à l’avenir.


Lashana Lynch raconte l’importance d’une meilleure représentation des femmes noires dans les productions hollywoodiennes.  

Ana De Armas, anti- héroine parfaite

Et que dire d’Ana De Armas ? Celle qui ne cesse de crever l’écran à chacune de ses performances incarne ici Paloma, une jeune femme que Bond rencontrera lors d’une tumultueuse escapade à Cuba. Elle tranche également avec les précédentes James Bond girl. L’actrice expliquait d’ailleurs en making-off : « Paloma est incroyable, elle est différente de ce qu’on a pu voir dans les précédents James Bond. Les femmes dans ces films étaient si parfaites qu’il était difficile pour les jeunes filles de s’identifier à elles. Donc lorsque j’ai lu le script et la description de Paloma j’étais assez contente car elle est un sacré numéro : elle boit, elle est nerveuse, elle pense à haute voix, et ne craint pas de dire ce qu’elle pense. Et je me suis directement sentie proche d’elle (rires) ».


Et le public ne s’est pas trompé sur son compte, Paloma est la bouffée d’oxygène de ce film et chacune de ses apparitions suscite une véritable excitation chez les spectateurs, dont certains espèrent la revoir à l’avenir dans la saga.

On aurait également pu saluer la performance de notre Léa Seydoux nationale, qu’on avait laissée dans le tant décrié France  et qui est venue rappeler qu’elle demeure tout de même une actrice de talent. Bien que Mourir peut attendre soit de très bonne facture, il reste tout de même très loin de Casino Royale et Skyfall qui sont considérés par beaucoup comme les meilleurs James Bond sous l’ère de Daniel Craig. Toutefois rien que pour vos yeux on vous recommande de vous précipiter rapidement dans le cinéma le plus proche pour apprécier ce grand moment de cinéma, et suivre l’aventure de cet espion pour qui le monde ne suffit toujours pas.

Félix Mubenga

Articles liés

  • Les créateurs d’origine africaine : entre couture et culture

    Alors que la fashion week masculine bat son plein à Paris, l’accès aux maisons de haute couture est plus difficile pour certains créateurs. Les artistes issus des minorités ethniques choisissent pour beaucoup l’indépendance en créant leurs marques, et en affichant leur héritage culturel comme source d’inspiration. Une revendication de ce qui constitue leur identité. Loin des appropriations culturelles des grandes maisons. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 21/01/2022
  • Placés : de l’ombre à la lumière des Maisons d’enfance

    Sorti en salles le 12 janvier dernier, Placés est le premier film du réalisateur Nessim Chikhaoui qui raconte le quotidien haut en couleurs d'une bande de gamins placés à l'Aide Sociale à l'enfance. Un film drôle, touchant, qui raconte sans détours une réalité souvent douloureuse. Un coup de coeur pour notre contributeur Félix Mubenga. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2022
  • Avec « Nous », Alice Diop retisse la trame de notre société

    Comment des personnes aussi différentes les unes des autres font-elles société ? Comment passer de la somme des 'je' individuels à la formation du 'nous' collectif ? C'est avec cette intrigue sociale et politique que la réalisatrice Alice Diop a démarré son documentaire 'Nous'. Un film qui sortira en février 2022, disponible actuellement sur Arte, et qu'a vu Nassera Tamer. Critique.

    Par Nassera Tamer
    Le 22/12/2021