« Harmonia », seul magasin d’instruments de musique de la ville de Saint-Gratien (95) a mis la clé sous la porte en juillet. Signe de la fin d’une époque pour les habitants, et notamment pour les musiciens habitués à traîner ou observer les dernières livraisons de guitares, de basses ou de batteries.
Même si l’été a du mal à quitter le coin, l’atmosphère n’est pas très gaie dans le quartier du Forum, à Saint-Gratien. Et pour cause, le magasin de musique « Harmonia », la plus ancienne boutique du quartier installée dans l’allée Jean Gabin, qui fait office de galerie, a fermé ses portes courant juillet. Et pour de bon. La nostalgie gagne les esprits de certains Gratiennois, qui avaient arpenté ce commerce pour acheter leur premier instrument de musique.
Il faut dire que ce magasin n’est pas tout jeune. Il existe depuis plus de 40 ans dans le quartier, ayant vu passer des centaines de jeunes musiciens en herbe, ou professionnels, chercher une Fender ou une Ibanez dans une ville de banlieue pas trop loin de Paris.
Course à la baisse des prix
A quelques mètres à peine, se trouve le centre culturel du Forum, où des cours de musique sont dispensés. Bernard, ancien professeur de guitare et de basse au centre culturel du Forum, se souvient volontiers que dans les années 2000, quand il allait rendre visite au magasin, il avait « du mal à accéder au fond du magasin parce qu’il y avait plein de monde ». Ces dernières années se souvient-il aussi, « il n’y avait pas un chat ». Ce qui était sympa, mais qui a causé du tort financier à Harmonia, c’est la pratique d’une politique de ristourne généreuse (entre -20% et -40%) sur l’ensemble de l’année. Certes, cela attire du monde mais lorsque la conjoncture se dégrade, un problème de rentabilité se pose. Pour Bernard, la volonté des dirigeants fondateurs du magasin de faire « toujours des prix en-dessous de tout le monde » a en partie coûté la survie de la boutique. Il se rappelle volontiers quand, pour la première fois, il acheta du matériel chez Harmonia, l’un des cogérants et frères (Gilbert), lui a fait une remise de 25%. Je me souviens qu’en mai 2009, j’avais acheté un ampli basse de 120 watts pour 300 euros alors qu’il en valait 500. Et ce n’était pas les soldes.
Cet alignement sur la baisse du prix de vente est notamment lié à Internet avec des sites comme Thomann qui permettent à des musiciens en herbe ou à des écoles de musique de se faire livrer rapidement du matériel à des prix compétitifs. Face à cette concurrence, Gilbert et son frère ont commencé à voir la fréquentation de leur magasin baisser. En 2014, le fils de Gilbert, François, reprend avec une associée la boutique familiale en repartant « de zéro« . Mais cela n’a pas suffi. Selon François, les fournisseurs ont changé de stratégie, optant davantage pour les grandes surfaces que les petits commerces pour vendre un maximum de produits musicaux.
Diminution des activités commerciales à Saint-Gratien

Mais une autre raison, selon François, explique aussi la fermeture d’Harmonia. C’est l’environnement du Forum. Bon nombre de magasins autour d’Harmonia ont fermé boutique, ou peinent à avoir des repreneurs stables ces dernières années. Par exemple, à côté d’Harmonia, un traiteur italien qui s’était fait une bonne réputation avec ses produits importés d’Italie et dont la qualité était saluée a fermé en 2013 à la suite d’un accident domestique. Il a fallu attendre quelques mois pour voir un nouveau traiteur arriver. Autre exemple : rue du général Leclerc, une épicerie existait depuis des années. À l’été 2015, celle-ci a fermé. Quelques mois plus tard, un salon de thé a pris le relais et pour l’instant, il tient bon.
Mais dans certaines parties du quartier, c’est bien une perte qui s’organise. Il y a encore deux ans, deux boucheries existaient sur la place François Truffaut. Il n’en reste plus qu’une ! Il y a eu un temps deux photographes distants de quelques dizaines de mètres. Aujourd’hui, un seul subsiste. Il y a un an encore, un fleuriste était encore présent mais le professionnel a mis lui aussi la clé sous la porte. En fait, la fermeture d’Harmonia s’inscrit dans un cadre de diminution des activités commerciales à Saint-Gratien.
Trouver de la qualité ailleurs
Quels comportements vont avoir les anciens clients d’Harmonia, notamment les élèves du centre culturel du Forum ? Pour Bernard, cette fermeture ne changera pas grand-chose, en raison d’Internet. Néanmoins, se rappelant la collaboration qu’il a eue avec Gilbert et son frère, ils se rendaient service mutuellement. « Ils me donnaient des élèves. Et moi, quand des élèves n’avaient pas de guitare, je les emmenais chez Harmonia pour acheter », précise-t-il.  Pour Florian, un ancien client habituel d’Harmonia, cette fermeture est une triste nouvelle pour des raisons de proximité. C’était le magasin de musique de la ville, où on pouvait se rendre à pied sans souci, avec un service de renseignement largement apprécié et des conseils précieux de la part des gérants. La boutique aidait nombre de musiciens, de groupes, en dépannant pour un câble, un ampli ou un instrument, se remémore Florian. Mais à l’avenir, il faudra prendre la voiture pour aller dans d’autres villes du Val-d’Oise (Domont, Franconville) ou à Paris. Bref, comme le chantait Jean-Louis Aubert : « Voilà, c’est fini« .
Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021