ILS FILMENT LA BANLIEUE. Ahllem Bendroh, 24 ans, vient de remporter avec son premier court-métrage sur les relations conflictuelles père/fils, Chemin de Traverse, le prix Talents en Court du festival Cinébanlieue et le Prix du Jury de l’édition locale du festival Génération Court 2013. Portrait.

Regard sincère, sourire timide, Ahllem Bendroh se confond en excuse « Je ne suis pas très à l’aise avec les interviews ». Double vainqueur de l’édition locale du festival Génération Court et du festival Cinébanlieue 2013, la jeune pontoisienne a néanmoins accepté de nous parler de son parcours qui l’a menée jusqu’à son premier film, Chemin de Traverse.

Réalisé à Auvers-sur-Oise (95) avec l’Office municipal de la jeunesse d’Aubervilliers (93), Chemin de Traverse a été une expérience « hyper flippante » : « le tournage était une énorme souffrance pour moi qui suis plutôt réservée. J’ai dû me faire violence mais c’était jouissif. Il faut être très fort psychologiquement et physiquement pour faire ce genre de métier : gérer les problèmes, rassurer l’équipe, avoir confiance en soi et surtout, ne pas lâcher l’idée qu’on a en tête ».

L’idée lui est justement venue en observant des relations complexes entre pères et fils : « Je me sentais muette devant ce genre de situation. Étant donné que je n’avais pas d’autre canal pour exprimer ce genre de tension, j’ai écrit un synopsis pour Génération Court et j’ai été retenue pour le réaliser ». Pour parfaire son expérience cinématographique, Ahllem participe l’été dernier aux Ateliers Egalité des Chances de l’école de cinéma La Fémis mais ne se sent pas prête pour vivre du cinéma à temps plein : « Je ne veux pas être dans la posture où il faut que mes films marchent pour manger».

Sa passion cinématographique, elle la doit à son père, « boulimique de ciné », qui la formait enfant aux films de genre tout en la préservant des films commerciaux et de la télé-réalité. Pour cette aînée d’une famille de quatre enfants, Louis de Funès, Lino Ventura ou Jean Gabin sont des références, tout comme Dumbo et Jurassic Park côtoient, dans ses coups de cœur, La Traversée de Paris et Les folles années du twist. Elle cite aujourd’hui Lars Von Trier (« audacieux, même si ces films sont sujets à discussion ») et sauvegarde dans son téléphone les titres des œuvres qu’elle aime.

Née à Pontoise, « beau contraste entre une ville médiévale et une population très jeune », en 1988 d’une mère couturière et d’un père conducteur de car venus d’Algérie, Ahllem connaît « une très belle enfance » auprès d’une famille « aimante ». Accro à la télé dès son plus jeune âge, « le weekend, je pouvais me lever à 6h du mat’ pour regarder des dessins animés », elle s’intéresse très vite au septième art mais refoule ce rêve qui lui paraît interdit : « Je ne me sentais pas légitime, je n’avais pas fait d’études de cinéma ».

Elève « très juste » par peur « de se donner à fond et d’être déçue », Ahllem passe un Bac ES et décroche un BTS Communication des Entreprises avant d’intégrer une Licence Information et Communication puis un Master Culture et Médias à l’Université Paris 13. C’est là qu’elle fait la rencontre d’Aurélie Cardin, professeur de cinéma qui l’engage en 2011 comme stagiaire sur le festival Cinébanlieue qu’elle a fondé.

Hormis le cinéma, les études et expériences professionnelles d’Ahllem la dépriment : « C’est frustrant de travailler au pourtour de la création quand on a envie d’être au cœur». Faisant table rase du passé, elle décide de repartir vers une autre voie : un CAP Pâtisserie. « Ça me paraissait plus facile d’accès que le cinéma et c’est de la création pure. De A à Z, on maîtrise toutes les chaînes de production ».

Sans chercher à se reconnaître dans le cinéma français contemporain, Ahllem souhaite avant tout « être transportée comme les personnages » des films qu’elle regarde. Regrettant les films à clichés, « mais tout est cliché, les clichés existent aussi », cette ancienne étudiante en communication a été « dégoûtée » par l’influence et la position de légitimité de la presse : « à force de répéter certaines choses, on l’intègre. C’est une sorte de miroir très dangereux. Je ne sais pas si les médias ont conscience de l’impact que ça a ».

Demandez-lui comment elle filme la banlieue, Ahllem vous répondra : « Je ne me pose même pas cette question. J’essaie de filmer mon idée ». Avant de conclure, dans un demi-sourire : « Je trouve que la campagne est une belle banlieue».

Claire Diao

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021