Ce court essai sur la maternité vue par une femme aurait pu se nommer de milles et unes manières : « Rendez-vous en terres inconnues », « Les féministes font des bébés » ou bien encore « Touche pas à mon utérus » ! Pourtant, Amandine Dhée, a décidé de manière consciente et complètement dénué de tout déterminisme social formulé par une société masculine et patriarcale, d’intituler son livre « Une femme brouillon« . La maternité enjolivée par tout un discours hégémonique est décortiquée avec un humour piquant et une introspection efficace dans la psyché d’une future mère.

Amandine Dhée part du postulat que la mère est féministe, profondément féministe dans ses convictions et dans ses actions. Tout d’un coup, la voilà qui se retrouve piégée dans les attentes et les fantasmes que ses proches ont sur la maternité. Elle doit patauger pour ne pas tomber dans ses facilités de la mère n’attendant que le maternité pour s’accomplir en tant que femme. Elle est mise à l’épreuve dans ses convictions, se surprend à y prendre goût, mais se sent isolée, presque meurtrie dans la facilité dans laquelle tombent les autres femmes enceintes.

On suit les différentes étapes de la maternité, ses différents aspects, de l’annonce de la venue de l’enfant, au changement de ses couches en passant par la phase délicate de l’accouchement. Amandine Dhée ne prend pas de gants, ne fait aucun cas de la bienséance, elle met les pieds dans le plat avec un langage cru, en s’insurgeant avec justesse des clichés qui entourent la maternité.

L’approche est proprement philosophique. Il s’agit à la lecture du livre, de poser un débat sur ce que la doxa pense généralement de la maternité pour se réapproprier le discours sur les femmes enceintes trop normalisé. Intelligemment, Amandine Dhée déconstruit des idiomes, un peu comme Voltaire sur l’institution de l’église catholique. Des concepts sont lancés à la volée, la femme lézard, la femme brouillon, le père qui fait mieux les crêpes qu’elle et donc mieux qualifié pour être le porteur de l’enfant.

Se lisant d’un trait, nul besoin de progresser dans ce livre d’une manière linéaire ; le lecteur a la possibilité de choisir le chapitre qu’il souhaite sans être le moins du monde dérouté dans le développement de l’histoire. Cela ajoute de la vie et de la couleur à un essai drôle, fin, et accessible à tous.

Jimmy SAINT-LOUIS

Rencontre-dédicace à la librairie « Les 2 GeorgeS », 5 Rue des Frères Darty à Bondy ce jeudi 15 Février à partir de 19h avec Amandine Dhée autour de son livre « La femme brouillon« , lauréat du prix Hors Concours 2017

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021