Bondy Blog : Avez-vous depuis votre enfance ce désir de littérature ?

Amandine Dhée : Être écrivaine n’était pas mon but dans la vie. Pourtant, j’ai grandi dans une famille où l’on aime la lecture, j’ai vu ma mère beaucoup lire, y prendre plaisir, s’évader au travers d’un livre. Dans mes souvenirs, elle m’amenait à la bibliothèque, me disait ce qui lui avait plu dans tel ou tel bouquin. Lire a très tôt été dans mon paysage mais je n’envisageais pas une carrière dans la littérature pour autant.

Bondy Blog : Qu’est-ce qui a créé un déclic chez vous ? Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?

Amandine Dhée : J’avais 20 ans, je venais de terminer mon cursus universitaire pour devenir éducatrice pour jeunes enfants. Je m’apprêtais à rentrer dans ce qu’on appelle la vie active et un ami m’a invitée à assister à une scène ouverte dans un théâtre de Lille. J’y ai découvert un autre monde, où le principe de la ligne de démarcation entre la salle et la scène était brisé car tout un chacun peut se représenter sur scène et lire un texte de son choix. Après être revenue deux ou trois fois, je me suis lancée, et j’ai lu un texte que j’avais moi-même écrit. L’expérience était grisante car on se met en danger quelque part à exposer devant un public une part de soi-même. Faire rire et émouvoir les gens devant moi m’a libérée.

Bondy Blog : Comment vous est venue l’idée d’écrire sur la maternité ?

Amandine Dhée : Ma propre expérience. Lorsque j’étais enceinte, j’avais le droit à deux discours radicaux dans lesquels je ne me retrouvais pas du tout. Le premier, présumant que la maternité c’est l’accomplissement de soi en tant que femme ; le second, dit féministe, racontant que faire des enfants était une aliénation, un piège tendu par la société. Beaucoup de comportements que des personnes ont eu avec moi lorsque je suis devenue mère m’ont sidérée. La façon dont on présumait de mes désirs, dont on m’enfermait dans un rôle de mère qui était déjà pré-écrit. J’ai voulu dégommer plein de clichés et raconter cette nouvelle histoire qui s’écrit avec mon garçon. C’est un livre de colère, de joie et d’humour.

Bondy Blog : Qu’est-ce que la femme-lézard mentionnée dans votre livre ?

Amandine Dhée : La femme-lézard c’est une manière pour moi de dénoncer l’instinct maternel, qui n’est pas présent chez énormément de femmes. On vend une maternité surfaite. Elles se font du mal à elles-mêmes car elles n’ont pas senti le bonheur que le Larousse leur a prescrit.

Bondy Blog : Votre personnage est dans une lutte interne pour ne pas tomber dans un modèle de femme qu’elle réfute, celui de « la mère parfaite ».

Amandine Dhée : Mon but est de donner de la force et de la joie à celles et ceux qui me lisent. Je ne veux pas faire la morale car je pense que l’on la fait assez aux femmes sur ce qu’elles devraient faire ou ne pas faire et aussi je ne veux pas que ma narratrice se pose en victime. C’est un fait : nous les femmes, on nous enferme dans des normes, mais dire que moi-même, je ne suis pas porteuse de ces normes sociales serait malhonnête intellectuellement. Ces normes représentent une série de références, de repères pour les femmes, qui sont sécurisantes, réconfortantes. Il y a un combat qui n’est jamais réglé à l’intérieur de nous. Mais je ne restreins pas la conception du bonheur dans la maternité à une seule vision. La femme brouillon est justement celle qui se réinvente, en fonction d’elle-même, de sa propre expérience et non pas avec le dictat qu’on lui imposerait.

Bondy Blog : Il y a beaucoup d’humour dans votre livre, pensez-vous que la dérision est une arme puissante pour déconstruire des mentalités ?

Amandine Dhée : Dans les scènes ouvertes, j’ai pu remarquer qu’il y avait plusieurs manières de parler à son auditoire. Certains ont des approches très frontales, mais cela a pour résultat généralement de diviser les gens. Je trouve dans l’humour quelque chose de fédérateur. On rit, mais surtout on rit ensemble. On peut dénoncer des choses assez graves, on fait tomber les carapaces des gens, on change les points de vue. C’est très puissant.

Bondy Blog : Pour finir, au sujet de l’actualité concernant la libération de la parole des femmes, on voit des camps s’affronter et une opposition visible entre deux groupes. Où vous situez-vous ?

Amandine Dhée : Il y avait une sorte d’omerta sur les sévices corporels ou psychologiques que subissent certaines femmes au quotidien avec une intériorisation de la douleur, de la honte, la culpabilité pour au final se persuader de tout garder pour soi. La déferlante sur les réseaux sociaux de ce ras-le-bol était une suite logique. Le sujet est devenu politique, et je pense que c’est positif. Il y a plein de répercussions dans toutes les couches sociales, et même dans la langue avec l’écriture inclusive, qui est pour moi, en tant qu’auteure, un grand bond en avant.

Propos recueillis par Jimmy SAINT-LOUIS

Lire notre critique de La Femme-brouillon d’Amandine Dhée

Articles liés

  • La guerre d’Algérie, par mon grand-père pour la première fois

    Amina Lahmar n'a jamais parlé avec son grand-père de l'indépendance algérienne du 5 juillet 1962. Encore moins de la guerre. Pourtant Ahmed Lahmar a eu un rôle dans la résistance pour la libération. L'homme octogénaire a accepté pour la première fois de se confier à sa petite-fille en détail. Témoignage.

    Par Amina Lahmar
    Le 07/07/2022
  • Le 5 juillet depuis Choisy-le-Roi, dans les yeux d’Antar et Rachida

    Rencontre avec Antar Ghiri, 80 ans et Rachida Benghanem, 83 ans. Des cousins originaires de Sétif arrivés en France à la fin des années 1950. Le 5 juillet 1962, ils ont vécu la proclamation de l’indépendance de l’Algérie dans le Val de Marne, après des années de lutte et de résistance du peuple algérien. 60 ans plus tard, ils racontent avec émotion. Récit de vie. 

    Par Samira Goual
    Le 05/07/2022
  • « Nos silences sont immenses », Sarah Ghoula raconte les maux de nos aïeux

    Un roman pour raconter l'Algérie colonisée, le rôle des femmes et surtout les liens familiaux et sociaux qui se jouent face à l'apparition du surnaturel. "Nos silences sont immenses", premier roman de Sarah Ghoula a plusieurs niveaux de lecture, et la fiction dépeint avec force un vécu enfoui par de nombreuses générations. Critique.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 29/06/2022