-- Cliquez pour voir l'image en entier

Nos routes se sont croisées à des milliers de kilomètres de la Villette, où est planté le chapiteau du Cabaret sauvage. C’était à Damas, où j’effectuais un stage de quelques mois. Il se trouve qu’Amazigh Kateb et moi avons un ami en commun, Jean, un musicien chrétien d’un quartier de la vieille ville de la capitale syrienne. Dans la petite maison traditionnelle de Jean, guitares de toutes sortes, chats gâtés et touristes émerveillés côtoyaient les notes de musique qui dansaient dans l’air. Un jour, Jean se mit à jouer et à chanter « Sabrina », une des chansons les plus célèbres du répertoire de Gnawa Diffusion, l’ancien groupe d’Amazigh Kateb, dissout en 2007. Quelques jours plus tard, Jean me propose d’aller voir Gnawa Diffusion en concert à Beyrouth. Je ne pourrai y assister, terrassée par un vilain mal de ventre. C’était en 2005.

Depuis, Amazigh Kateb, continue son bonhomme de chemin. En solo. L’Algérien, aujourd’hui âgé de 36 ans, toujours aussi révolté, clame ses textes empreints d’esprit révolutionnaire. Sa musique se veut être un patchwork artistique : un fond gnawa, cette musique issue des descendants d’esclaves africains au Maghreb, du jazz, du raï, du chaabi, du reaggae, du raggamuffin, du rock. Dans ses concerts, les instruments s’entremêlent pour honorer une musique métissée qui rend hommage à la diversité sonore de l’Algérie, son pays natal. Car la musique d’Amazigh Kateb, comme les textes de son père, le grand écrivain, Kateb Yacine, se nourrissent de l’exil, de son départ, en 1988, de cette Algérie qui allait connaître une guerre fratricide dans les années 90.

En cet été 2009, 20 ans après avoir quitté l’Algérie, il parcourra les routes de France et d’ailleurs pour distiller sa musique, accompagné de ses musiciens : Mohamed Abdennour au mandole, banjo et guitare, Amar Chaoui aux percussions, Mehdi Ziuouech aux synthétiseurs, et DJ Boulaone, scratcheur. Leur album, autoproduit, sera disponible sur la Toile le 17 octobre prochain. Une date forte de symbole : le 17 octobre 1961, c’est la douloureuse journée où des immigrés algériens sont massacrés dans les rues de Paris pour avoir manifesté pour l’indépendance.

L’Algérie, son pays, où il sera en tournée dans quelques jours à l’occasion du Festival Panafricain. Dans ce nouvel album, Amazigh Kateb, qui se réclame volontiers africain et non arabe, chante pour la première fois deux des textes de son père, Kateb Yacine, le père de la littérature algérienne contemporaine. C’est de la révolte de Kateb qu’Amazigh se nourrit pour continuer son combat pour la liberté.

Nassira El Moaddem

« Autour de moi je ne vois pas la France de Sarkozy, heureusement »


Amazigh rencontre
envoyé par Bondy_Blog. – L’actualité du moment en vidéo.

 

« Tant que les Palestiniens n’auront pas de terre, je me sentirai un peu apatride »


ITW amazigh
envoyé par Bondy_Blog. – L’info internationale vidéo.

Vidéos réalisées par Chou Sin

Nassira El Moaddem

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021