C’est en 2008 que l’aventure « Rue des cités » commence. Une équipe de jeunes débrouillards natifs principalement d’Aubervilliers et Pantin, mettent sur pied le premier long-métrage du couple de réalisateurs Hakim Zouhani et Carine May. Une aventure qui durera trois ans. Trois ans de montage et de tournage durant lesquels le doute s’installera. Le film étant indépendant et sans distributeur, les membres de l’équipe commencent à désespérer quant à l’issue finale. Un vrai suspense : un film dans le film.

Enfin, en 2011, quelques mois avant le Festival de Cannes, un ami suggère aux réalisateurs de tenter leur chance et de proposer leur film à l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID). Il se trouve que l’ACID a ses entrées à Cannes. Bingo ! « Rue des cités » est retenu, il ira au festival. « Après la projection avec les autres réalisateurs, en sortant de la salle on s’est tous regardés, on s’est dit « wahou »! », raconte Jean-Baptiste Germain, un cinéaste membre de l’ACID.

L’histoire de « Rue des cités » nous fait revenir en arrière. En 2004, exactement, avec un reportage « bidonné » réalisé par France 2 dans la cité du Pont Blanc d’Aubervilliers, où se déroule « Rue des cités ». Ce film nous plonge, durant 24 heures, dans la vie d’Adilse, un jeune homme de 20 ans qui parcourt son quartier à la recherche de son grand-père qui a mystérieusement disparu.

Aladine Zaïane

L’association audiovisuelle Hors-cadre et la société Nouvelle toile, toutes deux sises à Aubervilliers, ont produit « Rue des cités ».

 

Aubervilliers en force sur la Croisette

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xiv2v4_rue-des-cites-au-festival-de-cannes_news[/dailymotion]

Vidéo : A. Z.

Articles liés

  • Décoloniser les musées : « La question est éminemment politique »

    L'association Alter Natives a présenté les conclusions d'un programme d'échange entre musées européens et jeunes étudiants autour des objets spoliés pendant de la colonisation. La restitution des œuvres d’art à l’Afrique notamment reste un sujet brûlant. Il se heurte à de nombreux obstacles législatifs et aux mentalités. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 07/02/2023
  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023