Le drame qui a touché la famille Kebe, je le connaissais. Alors, quand la journaliste Amanda Jacquel m’a sollicitée pour la relecture du livre qu’elle a co-écrit avec Makan Kebe « Arrête toi », c’est sans hésitation, honorée, que j’ai accepté. Près de huit ans après le drame qui l’a touché dans sa chair, Makan laisse couler ses maux sur papier.

À l’origine du drame : Fatouma Kebe au secours de son fils, confondu par les policiers

Comme une thérapie pour exorciser ce jour du 25 juin 2013 où tout a basculé. Alors qu’il rentre du travail, le jeune homme de 20 ans, confondu avec un autre par la police, subit une violente interpellation au pied de son immeuble à Villemomble (Seine-Saint-Denis).

Son frère témoin de la scène tente d’intervenir et subit à son tour des coups. Fatouma Kebe, la mère de famille à proximité, voit toute la scène de l’appartement et descend pour parler aux policiers, la peur au ventre pour ses fils. Elle reçoit un projectile (un éclat de GMD – grenade à main de désencerclement) lancé par les forces de l’ordre pour disperser la foule et perd un oeil.

Une histoire qui met en exergue la destruction psychologique que le déni de justice engendre, pour les victimes. 

La suite, une descente aux enfers : criminalisation, déni de justice, maladie, dépression, jusqu’à un deuil impossible. Fatouma Kebe succombera des suites d’une leucémie en 2019, un an avant l’appel du procès contre les deux policiers.


Makan Kebe revient sur la genèse de ce livre, nécessaire pour que l’on oublie pas son histoire et celle de sa mère. 

Durant toutes ces années, son fils Makan essuie les conséquences de ce jour maudit, qui l’entraîne vers un puits sans fond. Dans ce livre « Arrête toi », le jeune homme, raconte une vie, nourrie de flash- backs et d’illusions perdues, qui invitent le lecteur dans l’intimité d’un cerveau qui n’encaissent plus les coups, jusque dans les couloirs de l’hôpital.

Ce récit autobiographique, est une histoire dans l’Histoire des crimes policiers en France.

Une histoire qui met en exergue la destruction psychologique que le déni de justice engendre, pour les victimes. Au fil des pages, le lecteur découvre les rouages judiciaires, les portes qui se ferment, mais aussi la solidarité militante à laquelle l’auteur ne cesse de rendre hommage.

Un livre limpide où le passé se mélange avec le présent. Ce récit autobiographique, est une histoire dans l’Histoire des crimes policiers en France.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Makan Kebe (@makan.kebe_)


C’est Assa Traoré qui signe la préface de ce livre important. 

On découvre que derrière ce qui est trop souvent traité dans la rubrique « faits divers », il y a des familles, des vies, des hommes et des femmes qui peuvent perdre pied, des vies qui basculent.

A l’heure où le débat sur les violences policières et le racisme dans la police est étouffé, au profit de polémiques sécuritaires stériles et de fantasme sur les dangers du « séparatiste », et de « l’islamo-gauchisme », Arrête toi nous ramène dans une réalité vécue par nombre de familles de victimes, pour ne jamais oublier.

Le livre « Arrête toi » co-écrit par Makan Kebe avec Amanda Jacquel est disponible à la vente depuis le 26 mars 2021 aux éditions Premiers matins de novembre. 

Céline Beaury

 

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021