Le 21 juin, c’est à Bondy que ça se passe. Quelque chose d’inhabituel se prépare dans la ville. Depuis le début du mois de juin, le rythme effréné des machines et autres pelleteuses est monté d’un cran. Encore des travaux et des ronds-points inutiles ? Les élections municipales sont pourtant passées, pourquoi maintenant ? Bondy sort la grande artillerie pour la Fête de la musique, ce samedi.

A l’occasion des vingt ans du festival Y’a d’la banlieue dans l’air, la municipalité n’a pas fait dans la petite couture. Sur l’affiche qui promeut le festival, on annonce « des artistes prestigieux ». L’un eux sort du lot. Il fait presque de l’ombre aux autres. Et pour cause, Manu Chao sera là. On ne parle plus du festival Y’a d’la banlieue mais du « concert événement de Manu Chao ». El Clandestino à Bondy, rien que ça ! En mairie, c’est l’euphorie. La majorité du personnel est au taquet. D’après les chiffres de la préfecture de Seine-Saint-Denis, 37 000 personnes sont attendues pour l’événement, du jamais vu à Bondy. Bien sûr, ce n’est pas 67% de la population bondynoise qui composera le public. D’après un employé de la mairie, « des gens du Sud de la France vont se déplacer ».

Pour permettre d’accueillir les spectateurs, des travaux sans précédent ont été entrepris au stade Léo Lagrange, où aura lieu le concert ce soir : des murs détruits, la piste d’athlétisme jetée aux oubliettes pour pouvoir étendre la zone qui recevra la foule, des écrans géants, et surtout un dispositif de sécurité digne de celui d’un match PSG-OM. Présentée par les officiels comme « la meilleure affiche de France » pour le jour de la fête de la musique, l’événement résonne aussi comme une façon pour Gilbert Roger (PS), de remercier les Bondynois de l’avoir reconduit à son poste de maire pour la troisième fois. Mais au fait, qui c’est qui paie ??!

Hanane Kaddour

Le maire : « La dernière fois que j’ai vu Manu Chao, c’était à Porto Alegre »


Gilbert Roger
envoyé par Bondy_Blog

Kamel El Houari

Hanane Kaddour

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021