Le 21 juin, c’est à Bondy que ça se passe. Quelque chose d’inhabituel se prépare dans la ville. Depuis le début du mois de juin, le rythme effréné des machines et autres pelleteuses est monté d’un cran. Encore des travaux et des ronds-points inutiles ? Les élections municipales sont pourtant passées, pourquoi maintenant ? Bondy sort la grande artillerie pour la Fête de la musique, ce samedi.

A l’occasion des vingt ans du festival Y’a d’la banlieue dans l’air, la municipalité n’a pas fait dans la petite couture. Sur l’affiche qui promeut le festival, on annonce « des artistes prestigieux ». L’un eux sort du lot. Il fait presque de l’ombre aux autres. Et pour cause, Manu Chao sera là. On ne parle plus du festival Y’a d’la banlieue mais du « concert événement de Manu Chao ». El Clandestino à Bondy, rien que ça ! En mairie, c’est l’euphorie. La majorité du personnel est au taquet. D’après les chiffres de la préfecture de Seine-Saint-Denis, 37 000 personnes sont attendues pour l’événement, du jamais vu à Bondy. Bien sûr, ce n’est pas 67% de la population bondynoise qui composera le public. D’après un employé de la mairie, « des gens du Sud de la France vont se déplacer ».

Pour permettre d’accueillir les spectateurs, des travaux sans précédent ont été entrepris au stade Léo Lagrange, où aura lieu le concert ce soir : des murs détruits, la piste d’athlétisme jetée aux oubliettes pour pouvoir étendre la zone qui recevra la foule, des écrans géants, et surtout un dispositif de sécurité digne de celui d’un match PSG-OM. Présentée par les officiels comme « la meilleure affiche de France » pour le jour de la fête de la musique, l’événement résonne aussi comme une façon pour Gilbert Roger (PS), de remercier les Bondynois de l’avoir reconduit à son poste de maire pour la troisième fois. Mais au fait, qui c’est qui paie ??!

Hanane Kaddour

Le maire : « La dernière fois que j’ai vu Manu Chao, c’était à Porto Alegre »


Gilbert Roger
envoyé par Bondy_Blog

Kamel El Houari

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021