Zebrock, c’est déjà 20 ans d’existence. « C’est une association soutenue par le Conseil général de Seine-Saint-Denis mais aussi par la Sacem, entre autres, et elle repose sur un projet d’intérêt publique. Nous avons comme ambition de faire vivre, rayonner le goût pour la musique », explique Edgard Garcia, son directeur. Le but n’étant pas seulement de partager la musique de Seine-Saint-Denis mais aussi de la faire circuler que ce soit par Internet, lors de rencontres ou même dans les écoles. « Zebrock au bahut » a d’ailleurs réuni 70 classes l’an dernier soit 2 000 élèves autour des thématiques « Éducation, création et transition ». C’est dans ce cadre que s’inscrit le Grand Zebrock : ce concours destiné aux jeunes musiciens leur donne un coup de pouce pour se faire connaître.

« Le Grand Zebrock sous sa forme actuelle existe depuis 5 ans. Ce n’est plus vraiment un tremplin comme auparavant mais plus un dispositif d’accompagnement pour de jeunes artistes. C’est l’occasion pour eux de participer à des ateliers d’écriture, de chant ou à des rencontres avec des professionnels du métier qui seront là pour partager avec eux leur expérience. C’est tout un parcours pour construire un projet artistique. » Si l’on parle de « jeunes artistes », il n’y a toutefois pas de véritables limites d’âge pour participer au Grand Zebrock, même si certains bruits de couloir disent le contraire pour l’avenir.

Ce concours n’est pas gratuit. Pour Zebrock 2009, il vous faudra débourser 15 € et vous inscrire jusqu’au 30 septembre. Mais rassurez-vous, tous les styles de musique sont les bienvenus et chacun est libre de tenter ou de retenter sa chance : « On garde contact avec tous nos artistes ! Ils sont tous tenus informés lorsqu’il y a quelque chose de nouveau. » Quant aux lauréats, ici, il n’y a pas qu’un, ni même que deux, mais trois : groupes ou artistes solo ! Et il arrive que le choix soit difficile : « L’an dernier, il y avait un quatrième artiste qui nous avait beaucoup plu, alors en plus de nos trois lauréats, on a improvisé un Prix du jury ! Mais c’est comme pour la limite d’âge, on va essayer d’être plus « carré » sur la chose en essayant de n’en avoir qu’un seul. »

Ce n’est pas encore pour cette année : trois prix récompenseront les vainqueurs ! Ces derniers bénéficieront de six mois d’accompagnement artistiques (ateliers, rencontres, etc.) et d’un an de promotion. Mais surtout, ils pourront avoir l’honneur de se produire sur la Scène Zebrock, lors de la Fête de l’humanité. A l’instar des « artistes émergents comme la rappeuse Casey ». Rap, rock, reggae, tous les genres musicaux sont à l’honneur. A ce titre, un hommage sera rendu à « François Béranger, un chanteur aujourd’hui décédé et oublié par les médias, le premier à avoir fait entrer la musique africaine en France dans les années 70 ».

Cette année la Fête de l’humanité se déroulera du vendredi 12 au dimanche 14 septembre. La Scène du Zebrock se tiendra le vendredi soir et vous aurez l’occasion d’y applaudir The Lattitudz, Zumabrek, Chimère et Vaïan Olmes, les vainqueurs du Grand Zebrock 2008. Quant à vous autres artistes en herbe, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! A vos stylos ! Guitares ! Violons ! Djembé !

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021