Comme après une course effrénée, Harlem reprend son souffle. La vie retrouve ses traces. Sandy, passée telle une furie, a fait flancher des arbres et des barricades. Des voitures ont été mangées par la force des vents. Les rues sont envahies par les branches, amassées dès l’aube par des employés de la ville. Il fallait faire comme si de rien n’était. Comme si, rien ne s’était passé. Et pourtant.

Près de la 129e rue, le Saint Nicholas Park est ravagé. Les branches s’emmêlent, les arbres s’éventrent. Une voiture est broyée. Et, au loin, les sirènes laissent penser que quelques voisins, peut-être seuls, peut-être âgés, ont toujours des difficultés. Une dame du quartier se rassure : « Ça aurait pu être pire, dix fois pire ». Sandy a fait des ravages. Et ses pluies torrentielles, et ses vents emportants ont causé des dégâts. Maintenant, tout ça n’est plus qu’un terrible spectacle aux milliers de spectateurs.

Tout le monde déambule, la rue est devenu un musée vivant. Avec sa beauté et ses natures mortes. Un voisin prend en photo sa femme, devant un arbre couché. Un photographe a ramené son appareil pour immortaliser l’instant détruit. Une famille de touristes français pose devant un arbre qui a brisé une voiture. La maman : « Aujourd’hui, tout le monde se sent un peu journaliste ». Et dès ce soir, toutes les photos se dilueront sur les réseaux.

 

Sandy est devenue celle qu’on veut prendre pour dire « j’y étais ». Déjà, hier, beaucoup d’amateurs bravaient le vent pour faire des photos de l’ouragan. A leurs risques, à leurs périls. « J’ai été choquée par l’inconscience de certaines personnes », ajoute une touriste française.

 

Désormais, Sandy n’est qu’un mauvais souvenir. La vie reprend lentement. Et pendant ce temps, tout le monde a oublié l’élection. Les médias ont été enroulé dans l’ouragan. A Harlem, la rue a zappé la politique. La campagne n’a plus qu’à faire des merveilles pour qu’on s’intéresse à elle. Ou des dégâts.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021