Vous ne les connaissez peut-être pas mais vous n’allez pas tardez à entendre parler d’eux. La « french touch » de la pop anglaise mercredi hier soir au Zénith de Paris. Encore munis de nos sacs de cours, on a couru pour aller voir de nouveaux talents français. Pony pony run run est le groupe pop rock du moment. Non, non, ce groupe ne vient pas d’Angleterre, mais des Pays de la Loire, d’Angers exactement, et on en est très fiers étant donné qu’ils ont représenté notre pays à Madrid pour les MTV European Music Awards.

Une musique sous le drapeau bleu blanc rouge, certes mais anglaise dans le son et les paroles. PPRR n’écrit ni ne compose en français, et c’est peut-être la clé de leur succès. Un choix qui leur a été reprochés par les maisons de disques. Alors qu’Internet fait connaître une époque peu glorieuse à l’industrie du disque, le groupe PPRR se passerait bien de la loi Hadopi car c’est sur la toile que l’on a découvert leur premier single « Hey you ». Leur live sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus, ils ne pouvaient pas rêver mieux comme coup de pub.

Les premières expériences sont parfois les meilleures. Ce mercredi soir, c’était notre premier concert. Pour PPRR, c’était une initiation : le Zénith, et la première fois paraît-il qu’il y avait autant de monde pour un concert. Depuis le temps qu’on les attendait à Paris, eux qui ont traversé la France entière, de scène en scène, de festival en festival.

Au cours de la première partie, le public a pu découvrir les groupes The popopopops » ainsi que « Tahiti 80 » et leur interprétation magnifique de « Heartbeat ». Arrive Pony pony run run avec toute son énergie et sa générosité. Pendant deux heures, ça saute, ça danse dans la salle. On découvre l’univers « power pop »,  un style influencé des groupes pop rock américains et anglais des années 70. On a également droit au tube que tout le monde reprend en cœur, d’ailleurs le seul, «  Hey you », bien sûr. Les spectateurs sont venus entre amis, en famille, en amoureux et même solitaire. Le public est varié, n’a pas d’âge particulier.

Le pop-rock dérange en banlieue. Il incarne une forme de rupture avec les genres « sacrés » que sont le rap et le rn’b. Mes camarades que j’ai interrogés sur leurs goûts musicaux du moment, m’ont toutefois répondu pour la plupart qu’ils écoutaient un peu de tout mais que le pop-rock dominait leur playlist. Parmi les artistes préférés, on retrouve les nouveaux talents comme Bruno Mars et les incontournables à l’image du groupe Marroon 5.

Les radios écoutés de ne sont plus Skyrock et Ados mais Voltage, Fun Radio ou NRJ. La culture hip-hop semble avoir de la concurrence ces derniers temps. Entre Lady Gaga ou Sexion d’Assaut, le choix est vite fait, on préfère la reine de la pop chez les filles et la nouvelle génération de rap français chez les garçons. Le dernier album du groupe PPRR s’intitule «  Need Pony pony run run ». On avait grand besoin de cette découverte musicale…

Ibtissem Zouhiri

Voir le clip «  Hey You » : http://www.youtube.com/watch?v=ykSZMaZl2fY

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021