Samedi dernier, le Bondy Blog était présent à une Battle de danse hip hop, dans la salle de spectacle de la maison de quartier Georges Brassens, à Bondy. La journée était organisée par l’association Tribute 2 Hip Hop qui a pour but de valoriser les cultures urbaines, avec l’aide de la coordination culturelle des centres sociaux de Bondy. Les choses ont été faites dans les règles de l’art, un jury composé de hip-hoppeurs détermine le vainqueur de chaque confrontation. Une roue, genre roue de la fortune, trône au milieu de la scène. Elle détermine les styles de musique sur lesquels vont s’affronter les danseurs. L’objectif pour ces derniers : improviser des pas en accord avec la musique choisie par le hasard. Impressionner l’adversaire, épater le jury – et le public surtout – sont les plus sûrs moyens de remporter la victoire. Un spectacle haut en couleur mêlant compétition sportif, art de rue et franche camaraderie. La finale  a été remportée par Kapela opposé à Marabout.  Il est parti avec une récompense de 150 euros comme le veut la tradition des battles.

[dailymotion width= »390″ height= »280″]http://www.dailymotion.com/video/xh4ltj_battle-de-break-dance-a-bondy_music[/dailymotion]

Amine Benmouhoud et Idir Hocini 

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021