A la fin de l’été nous avions décidé de créer une rubrique concernant l’économie et les entrepreneurs issus des banlieues. Ce texte retrace l’aventure de Sabrina et Isabelle qui ont décidé d’ouvrir une librairie jeunesse à Bondy.

Cette aventure, c’est d’abord celle deux mères de famille engagées et motivées. Deux femmes citoyennes qui ont une passion pour leur ville et le développement de ses quartiers. Une rencontre de deux personnes avec la même idée : faciliter l’accès aux livres et à la lecture pour les enfants de Bondy. Leur projet traduit leur volonté d’offrir un large choix, avec des ouvrages illustrés originaux, mais aussi bilingues ou en braille. Il exprime aussi leur désir de rendre le livre accessible par la mise en place d’un système de dépôt-vente de qualité, avec des exigences tant sur le contenu que sur l’état des livres.

Mais pour arriver à leurs fins, leur premier défi est de battre en brèche les a priori et les idées reçues : l’éditeur qui vous dit : « Mais quel courage ! Dans le 93 ? Vous allez vous casser la figure ! », les commerciaux qui doutent : « Vous avez fait une étude de marché ? Vous êtes sûres ? », et bien sûr le banquier, défaitiste : « Vous êtes une femme avec trois enfants, demandeuse d’emploi, en création d’entreprise : vous le faites exprès ? ». Je les écoute raconter leur histoire et je ne peux m’empêcher de penser à cette irrémédiable tendance (bien française) à considérer les situations comme des obstacles et non comme des opportunités d’entreprendre.

Pourtant Bondy n’a plus de librairie depuis quelques temps déjà et la seule librairie jeunesse aux environs est à Pavillons-sous-Bois. Et d’après Sabrina, on ne peut pas mettre cette raréfaction sur le compte des librairies en ligne puisque globalement le volume d’activité du secteur traditionnel n’aurait baissé que de 5% depuis leur avènement. D’ailleurs les premiers contacts avec les écoles sont très positifs et l’expérience avec les enfants durant la fête du livre plus qu’encourageante. Et puis, fort heureusement, la mairie a été séduite par le projet et a facilité la location du local dans lequel ouvrira la boutique (pour la petite histoire, c’était là qu’Hakim et Kamel avaient tenté d’ouvrir un salon de thé).

Beaucoup d’efforts, d’énergie, de sacrifices pour bientôt, très bientôt ouvrir les portes de la librairie, Place Neuberger. Et cette librairie, on l’aime déjà et promis, on va vous en reparler !

Cédric Roussel

Cédric Roussel

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021