« Si tu écoute la radio, tout ce qui marche vient des banlieues et est métissé d’une manière ou d’une autre. Le rap français a des sons orientaux, antillais ou africains, le r’n’b aussi. » Enthousiaste (trop?), Felix est certains que c’est en banlieue que la créativité française est la plus vivace. « C’est parce qu’ici, on a rien à perdre, on prend des risques. À Paris, quand ils ont quelque chose il le font durer pendant des années, ici on est créatif. »

Avec son association, ce Béninois organise « Y a d’la banlieue dans l’air », un festival de musique, gratuit et varié. Musique africaine, Rai, rap, chanson française, tout y passe. « Au début des années 90 il y avait un manque. Les communautés immigrées n’avaient rien de culturel qui leur parlait à Bondy. Chez moi, la culture fait partie de la vie de tous les jours, elle est vécue simplement. On ne paye pas d’entrée par exemple, on ne réserve pas non plus à l’avance. Avec ce festival, Bondy a enfin quelque chose de ce genre, un événement culturel qui correspond aux habitudes de ses immigrés. Et, comme nous programmons tous les genres de musique, les différentes population se rencontrent. »

Dans ce cadre, des soirées « tremplins » et des ateliers sont organisées pour les amateurs tout au long de l’année. « Ils peuvent ainsi travailler avec des techniciens pro et se faire connaître. » Car les infrastructures manquent pour la création musicale et les jeunes des quartiers pratiquent pourtant beaucoup selon Felix. Depuis deux ans les subventions diminuent… mais globalement, plusieurs personnes nous l’ont dit, elles semblent revenir depuis les émeutes.

Il y a bien la MAO (musique assistée par ordinateur), un local de la ville qui a quelques équipements. Mais les musiciens préfèrent se tourner vers les infrastructures plus développées des communes voisines… ou bidouiller chez eux, comme le collectif Wicked Vibes Sound qui sort sa deuxième compilation de reggae remixé. Ils ont travaillé sur leurs propres machines et sont ensuite passé au studio « la ferme » pour enregistrer leur démo. Tarif: environ 80 euros les quatre heures.

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021