« Si tu écoute la radio, tout ce qui marche vient des banlieues et est métissé d’une manière ou d’une autre. Le rap français a des sons orientaux, antillais ou africains, le r’n’b aussi. » Enthousiaste (trop?), Felix est certains que c’est en banlieue que la créativité française est la plus vivace. « C’est parce qu’ici, on a rien à perdre, on prend des risques. À Paris, quand ils ont quelque chose il le font durer pendant des années, ici on est créatif. »

Avec son association, ce Béninois organise « Y a d’la banlieue dans l’air », un festival de musique, gratuit et varié. Musique africaine, Rai, rap, chanson française, tout y passe. « Au début des années 90 il y avait un manque. Les communautés immigrées n’avaient rien de culturel qui leur parlait à Bondy. Chez moi, la culture fait partie de la vie de tous les jours, elle est vécue simplement. On ne paye pas d’entrée par exemple, on ne réserve pas non plus à l’avance. Avec ce festival, Bondy a enfin quelque chose de ce genre, un événement culturel qui correspond aux habitudes de ses immigrés. Et, comme nous programmons tous les genres de musique, les différentes population se rencontrent. »

Dans ce cadre, des soirées « tremplins » et des ateliers sont organisées pour les amateurs tout au long de l’année. « Ils peuvent ainsi travailler avec des techniciens pro et se faire connaître. » Car les infrastructures manquent pour la création musicale et les jeunes des quartiers pratiquent pourtant beaucoup selon Felix. Depuis deux ans les subventions diminuent… mais globalement, plusieurs personnes nous l’ont dit, elles semblent revenir depuis les émeutes.

Il y a bien la MAO (musique assistée par ordinateur), un local de la ville qui a quelques équipements. Mais les musiciens préfèrent se tourner vers les infrastructures plus développées des communes voisines… ou bidouiller chez eux, comme le collectif Wicked Vibes Sound qui sort sa deuxième compilation de reggae remixé. Ils ont travaillé sur leurs propres machines et sont ensuite passé au studio « la ferme » pour enregistrer leur démo. Tarif: environ 80 euros les quatre heures.

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021