Nadia a acheté deux ouvrages d’Habib Ayoub « L’homme qui n’existait pas » et « Le désert et après » et une nouvelle de Leïla Sebbar « La Blanche et la Noire ».

Rachid a opté pour deux romans : « Chercheur d’os » de Tahar Djaout et « Le Fils du pauvre » de Mouloud Feraoun.

Yasmina a fait le plein. Son sac déborde d’ouvrages. Elle a acheté « Le village de l’Allemand » de Boualem Sansal, « A mon âge je me cache encore pour fumer » de Rayhana, deux ouvrages d’Amin Zaoui « La chambre de la vierge impure » et « Le sommeil du mimosa », « Vaste est la prison » et « Ombre sultane » d’Assia Djebar et « Fatima ou les Algériennes au square » de Leïla Sebbar.

Jean-Pierre a choisi quant à lui le « Dictionnaire de la révolution algérienne » d’Achour Cheurfi.

Rabia a dévalisé les rayons et a acheté des livres avec le même fil conducteur, sa ville natale, Constantine.

Dans son sac : « La ville imprenable » d’Isabelle Grangaud, « Constantine, une ville, des héritages » sous la direction de F.Z Guechi, « Constantine et ses romanciers » de Nedjma Benachour, « La brêche et le rempart » de Badreddine Mili.

Elle s’est offert en plus « Le quatuor algérien » de Yasmina Khadra, « Nedjma » de Kateb Yacine, « Idées reçues sur l’Algérie » de Georges Morin. Notre mordue de littérature s’est aussi laissée séduire par les BD de Gyps « Fis End Love », « L’Algérie c’est comme ça » et « Algé-rien ».

Khalifa quant à lui a acheté trois ouvrages : « Les Officiers de Sa Majesté » de Mahdjoub Tobji, « Adolfo Kaminsky » de Sarah Kaminsky et « Chevaux et cavaliers arabes ».

Widad s’est aussi laissée séduire. Elle a acheté « Les coloniaux » d’Aziz Chouaki et « Pierre sang papier ou cendres » de Maïssa Bey. Séduite par la BD de Gyps, elle s’est offert pas moins de trois volumes. Et dédicacés s’il vous plaît…

Rayons X réalisé par Widad Ketfi et Faïza Zerouala

Faïza Zerouala

Articles liés

  • Les créateurs d’origine africaine : entre couture et culture

    Alors que la fashion week masculine bat son plein à Paris, l’accès aux maisons de haute couture est plus difficile pour certains créateurs. Les artistes issus des minorités ethniques choisissent pour beaucoup l’indépendance en créant leurs marques, et en affichant leur héritage culturel comme source d’inspiration. Une revendication de ce qui constitue leur identité. Loin des appropriations culturelles des grandes maisons. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 21/01/2022
  • Placés : de l’ombre à la lumière des Maisons d’enfance

    Sorti en salles le 12 janvier dernier, Placés est le premier film du réalisateur Nessim Chikhaoui qui raconte le quotidien haut en couleurs d'une bande de gamins placés à l'Aide Sociale à l'enfance. Un film drôle, touchant, qui raconte sans détours une réalité souvent douloureuse. Un coup de coeur pour notre contributeur Félix Mubenga. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2022
  • Avec « Nous », Alice Diop retisse la trame de notre société

    Comment des personnes aussi différentes les unes des autres font-elles société ? Comment passer de la somme des 'je' individuels à la formation du 'nous' collectif ? C'est avec cette intrigue sociale et politique que la réalisatrice Alice Diop a démarré son documentaire 'Nous'. Un film qui sortira en février 2022, disponible actuellement sur Arte, et qu'a vu Nassera Tamer. Critique.

    Par Nassera Tamer
    Le 22/12/2021