Nadia a acheté deux ouvrages d’Habib Ayoub « L’homme qui n’existait pas » et « Le désert et après » et une nouvelle de Leïla Sebbar « La Blanche et la Noire ».

Rachid a opté pour deux romans : « Chercheur d’os » de Tahar Djaout et « Le Fils du pauvre » de Mouloud Feraoun.

Yasmina a fait le plein. Son sac déborde d’ouvrages. Elle a acheté « Le village de l’Allemand » de Boualem Sansal, « A mon âge je me cache encore pour fumer » de Rayhana, deux ouvrages d’Amin Zaoui « La chambre de la vierge impure » et « Le sommeil du mimosa », « Vaste est la prison » et « Ombre sultane » d’Assia Djebar et « Fatima ou les Algériennes au square » de Leïla Sebbar.

Jean-Pierre a choisi quant à lui le « Dictionnaire de la révolution algérienne » d’Achour Cheurfi.

Rabia a dévalisé les rayons et a acheté des livres avec le même fil conducteur, sa ville natale, Constantine.

Dans son sac : « La ville imprenable » d’Isabelle Grangaud, « Constantine, une ville, des héritages » sous la direction de F.Z Guechi, « Constantine et ses romanciers » de Nedjma Benachour, « La brêche et le rempart » de Badreddine Mili.

Elle s’est offert en plus « Le quatuor algérien » de Yasmina Khadra, « Nedjma » de Kateb Yacine, « Idées reçues sur l’Algérie » de Georges Morin. Notre mordue de littérature s’est aussi laissée séduire par les BD de Gyps « Fis End Love », « L’Algérie c’est comme ça » et « Algé-rien ».

Khalifa quant à lui a acheté trois ouvrages : « Les Officiers de Sa Majesté » de Mahdjoub Tobji, « Adolfo Kaminsky » de Sarah Kaminsky et « Chevaux et cavaliers arabes ».

Widad s’est aussi laissée séduire. Elle a acheté « Les coloniaux » d’Aziz Chouaki et « Pierre sang papier ou cendres » de Maïssa Bey. Séduite par la BD de Gyps, elle s’est offert pas moins de trois volumes. Et dédicacés s’il vous plaît…

Rayons X réalisé par Widad Ketfi et Faïza Zerouala

Faïza Zerouala

Articles liés

  • La guerre d’Algérie, par mon grand-père pour la première fois

    Amina Lahmar n'a jamais parlé avec son grand-père de l'indépendance algérienne du 5 juillet 1962. Encore moins de la guerre. Pourtant Ahmed Lahmar a eu un rôle dans la résistance pour la libération. L'homme octogénaire a accepté pour la première fois de se confier à sa petite-fille en détail. Témoignage.

    Par Amina Lahmar
    Le 07/07/2022
  • Le 5 juillet depuis Choisy-le-Roi, dans les yeux d’Antar et Rachida

    Rencontre avec Antar Ghiri, 80 ans et Rachida Benghanem, 83 ans. Des cousins originaires de Sétif arrivés en France à la fin des années 1950. Le 5 juillet 1962, ils ont vécu la proclamation de l’indépendance de l’Algérie dans le Val de Marne, après des années de lutte et de résistance du peuple algérien. 60 ans plus tard, ils racontent avec émotion. Récit de vie. 

    Par Samira Goual
    Le 05/07/2022
  • « Nos silences sont immenses », Sarah Ghoula raconte les maux de nos aïeux

    Un roman pour raconter l'Algérie colonisée, le rôle des femmes et surtout les liens familiaux et sociaux qui se jouent face à l'apparition du surnaturel. "Nos silences sont immenses", premier roman de Sarah Ghoula a plusieurs niveaux de lecture, et la fiction dépeint avec force un vécu enfoui par de nombreuses générations. Critique.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 29/06/2022