Samedi 29 mars 2014, l’association Canal Marches organisera à Montreuil (93), un festival dédié au(x) cinéma(s) de quartier(s) et aux films faits par, pour et avec des habitant(e)s des quartiers populaires, notamment par le biais de son Université populaire audiovisuelle (UPOPA).

Au départ, il y a eu des marches. Non celles de 1983 mais les européennes de 1997 contre le chômage, la précarité et les exclusions. Farid Zeroulou en faisait partie. De Tanger (Maroc) à Amsterdam (Pays-Bas), il a marché aux côtés de 500 autres européens qui plébiscitaient un traité européen plus social que le traité d’Amsterdam, signé le 2 octobre 1997 et entré en vigueur le 1er mai 1999.

Sur le chemin, il a fait la rencontre de chômeurs, de précaires, de militant(e)s des mouvements sociaux et de Jean-Marie Honoret («le symbole était pas mal, Farid et Jean-Marie ») qui constituent l’équipe de l’association Canal Marches fondée en 1997. Ensemble, ils ont équipé les marcheurs de caméras, les ont formé aux outils audiovisuels et ont réalisé un documentaire, En marche, diffusé sur plusieurs chaînes télévisées.

Installé dans un ensemble d’immeuble du 20e arrondissement de Paris, Canal Marches réalise depuis de nombreux ateliers d’initiations à la vidéo et films documentaires, toujours dans l’objectif de « contribuer à l’expression et à la visibilité des ‘Sans voix’ et de leurs luttes ».

C’est donc en toute logique qu’est lancée en 2009 la première Université populaire audiovisuelle (UPOPA) à destination des acteurs du monde associatif. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un besoin de formation et d’initiation, tant technique qu’en terme de grammaire de l’expression audiovisuelle. Il y avait une prégnance de l’audiovisuel dans la vie de chacun – ça on le sait – mais un retard du monde associatif quant à une prise en main autonome », explique le réalisateur Patrice Spadoni.

Depuis 2009, l’UPOPA a réuni et formé 102 associations d’Ile-de-France avec le soutien de la Région Ile-de-France (mission Démocratie régionale) et la Ville de Paris. Par le biais d’une adhésion annuelle (50€ pour les associations situées dans les quartiers « Politique de la Ville » de la Ville de Paris, 120€ pour les autres), Canal Marches initie des membres d’association à l’élaboration d’une vidéo, du tournage au montage. « Même si, quand ils s’inscrivent, ils n’ont aucune idée du temps que prend le montage», souligne la réalisatrice Sylvia Aubertin.

En 2014, 4 courts-métrages documentaires ont été réalisé sur le thème des frontières. Le premier, intitulé Estamos Juntas et réalisé par Flora Barré (association Altermondes Informations) et Jacques Masson (association UNRPA Padamoq), revient sur la mobilisation des femmes espagnoles luttant pour leur droit avec les militantes de la Maison des femmes de Montreuil (93) et en particulier, pour le droit à l’avortement.

Le second, Bondigne. Des papiers, un toit, la lutte continue à Bondy, réalisé par Charlotte Mathivet (association AITEC) et Samira Ouchicha (association Culture XXI), suit la lutte de sans-papiers louant depuis 2001 des chambres à prix exorbitant à la clinique Michelet de Bondy (93). Le troisième, Presque dehors, réalisé par Alessandra Mapelli (association Pierre Ducerf) et Wahid Sdiri (association Droits Ici et Là-bas) aborde la lutte engagée par de jeunes travailleurs expulsés d’un foyer de Saint-Ouen (93).

Le quatrième, Charges déraisonnables, réalisé par Justine Peullemeulle (association Cedidelp) et Evelyne Pommerat (fédération FNASAT-Gens du Voyage) retrace l’incroyable action de l’association Ecodrom de Montreuil (93) qui accueille au « Mur à pêches », des Roms s’occupant d’un jardin partagé, de réparations de vélo et même d’un chambre d’hôte. « Une semaine avant le tournage, six de ces Roms ont été expulsés, raconte Patrice Spadoni. Ils sont revenus bien sûr deux jours après, c’est le jeu absurde, mais la question est quand même posée sur tout le discours qui entoure l’insertion des Roms ».

A l’occasion des cinq ans de l’UPOPA, ces films seront présentés samedi à la Casa Poblano de Montreuil (93). Ils seront précédés par une carte blanche à l’association dionysienne La Cathode – judiciairement liquidée en décembre 2013 après vingt-huit ans d’activité – et seront suivis de projection de films réalisés via le réseau No Vox et l’association Cinéma Numérique Ambulant (CNA).

Claire Diao

Festival Cinéma(s) de Quartier(s), samedi 29 mars 2014 de 13h30 à 23h, entrée libre

Casa Poblano 15 rue Lavoisier 93100 Montreuil – Métro ligne 9 arrêt Robespierre.

Plus d’infos : www.upopa.org // www.canalmarches.org

* Illustration : grève de la faim à PSA Poissy

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021