« Cannes est à nous ! ». Si certains se sont plaints sur Twitter de son discours de 6 minutes, la plupart de l’entourage d’Houda Benyamina avait les yeux mouillés en la voyant sur la scène du Palais du Festival de Cannes en ce dimanche 22 mai 2016.
Après avoir remercié la réalisatrice Catherine Corsini de lui avoir remis la Caméra d’Or du meilleur premier film (« Une femme ! ») mais surtout Edouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine des Réalisateurs pour avoir eu « du clito » en la sélectionnant ; après avoir scandé « c’est possible ! » à tous les jeunes de l’association Mille Visages qu’elle a créé en 2006 à Viry-Châtillon (91) avec Eiji Ieno ; après avoir félicité sa petite sœur Oulaya Amamra pour cette récompense reçue pour « son travail » et non « par réseau » ; après avoir demandé à ce que l’industrie cinématographique française s’ouvre aux femmes et fasse la part belle aux scénaristes, Houda Benyamina a rappelé qu’ « on n’a pas le droit d’être fatigué quand on fait du cinéma ».
Le poing levé comme son idole Malcolm X, Houda Benyamina se révèle au monde tandis que ceux qui travaillent dans les quartiers la connaissent depuis longtemps. Houda l’utopique qui crée une association et fédère des jeunes pour leur montrer qu’il est possible de faire du cinéma, qu’il est nécessaire d’être sur les écrans. Houda la battante qui se déplace en réunion ou festival, ses enfants sous le bras. Houda la têtue qui tient tête à ses confrères dans les commissions du Centre national du cinéma et de l’image animée, défendant des projets dont certains (beaucoup ?) doutent – parce qu’ils ne viennent pas du même milieu et ne comprennent pas forcément ce qui est raconté. Houda l’amazone qui tourne, bouge, crie, parle, gesticule, vit ! Houda n’est pas la seule, à ses côtés des dizaines, des centaines, demain, des milliers ?
A tous les médisants qui se moquent des origines sociales de ceux qui tentent de s’immiscer dans le cinéma français, à tous les méfiants qui se focalisent sur des anecdotes plutôt que du concret, à tous les réfractaires à voir le cinéma français prendre les couleurs d’un talent brut essentiel pour se renouveler, à tous les sélectionneurs qui écartent, à tous les financeurs qui refusent, à tous les diffuseurs qui ne programment pas, à tous les jurys qui ne comprennent pas, à tous les petits frères et sœurs qui veulent y croire, à tous les parents qui ont du mal à y croire, à tous ceux qui triment chaque jour, chaque mois, chaque année, à tous ceux qui prennent des coups et continuent de se relever, à ceux qui oeuvrent dans l’ombre et dissimulent leur rancœur, à tous ceux qui ont faim et qui continuent d’avancer, à Djinn Carrénard, Carine May, Hakim Zouhani, Pascal Tessaud entrés à l’ACID, à Karim Dridi, à Hamé et Franck Gastambide entrés en sélection officielle, à Rachid Djaïdani, Nora El Hourch et Demis Hérenger passés par la Quinzaine, à Aïcha Bélaïdi qui a semé tant de graines… Tenez, résistez ! Car comme dirait René Char : « Imposez votre chance, serrez votre bonheur, allez vers votre risque. A vous regarder, ils s’habitueront ».
Claire Diao

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022