Mes visites scolaires ou bien même mes sorties entre amis ne sont pas toujours du goût des passants ou du personnel d’établissement publics. Comme si les gens redoutaient les groupes scolaires venant du « 93 ». Pourquoi cette méfiance ? Cette question me traverse l’esprit à chaque sortie, à chaque arrivé dans un lieu public. Je me rappelle de plusieurs situations qui m’ont mise mal à l’aise.

La première fois que cela m’est arrivé, j’étais en 5e, j’allais au musée du Louvre avec ma classe. Voici le moment venu où nous entrons dans le musée et commençons la visite. Nous discutions entre nous, peut-être que nous parlions sur un ton un peu élevé mais ce n’était pas bien méchant, eh bien les autres visiteurs nous regardaient bizarrement. Ils murmuraient, les uns après les autres : « Regardez ces jeunes de banlieue, ils ne respectent rien. » Cela m’avait surprise car nous ne faisions pas tellement de bruit, nous étions simplement un groupe scolaire qui découvrait le musée. La sortie s’acheva, je n’y ai plus tellement pensé.

Une autre fois, je sortais des cours avec quelque copines, un petit Leclerc était à coté du collège. A l’entrée du centre commercial, le vigile nous stoppa. Etonné, je lui ai demandé ce qu’il ce passait, il me dit que nous ne pouvions pas entrer à plus de deux et que seule la personne qui doit acheter quelque chose peut aller au-delà des caisses. Je ne comprenais vraiment pas sa réaction car il laissait entrer tout le monde sauf les jeunes en groupe. Voyez-vous où est le problème ? C’est étonnant ce que l’on peut faire à un(e) banlieusard(e).

Ce genre de situation s’est reproduit il n’y a pas si longtemps que cela, avec ma classe actuelle de seconde, à la Cité des Sciences, à La Villette, à Paris. Les passants nous regardaient bizarrement en faisait des remarques mais je n’y ai pas prêté attention.

Est-ce une idée que je me fais ou bien les passants redoutent-ils vraiment les jeunes de banlieue ? Je ne sais pas, cependant depuis ma dernière sortie je n’ai plus entendu de remarque de ce genre. J’espère que cela continuera, nous sommes tous égaux, quel que soit notre quartier ou notre origine.

Ilham Assaki

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021