Marie est une artiste de 18 ans et des grosses poussières, réplique qu’elle donne dans son spectacle et qu’elle donnera sur les planches du Festival pour rire juste, à la Courneuve. Métisse, d’une mère française et d’un père réunionnais, elle dit passer partout car elle est « réunionnaise avec une tête d’arabe ayant été élevée en Normandie par sa grand-mère. » Avant de se lancer dans cette carrière, Marie a goûté aux « joies » du travail…qui finalement ne lui a pas donné beaucoup de bonheur. Avec son master en organisation industrielle de production qu’elle obtient fin 2008, elle décroche un premier emploi de chargée de mission. Au bout de six mois, ne se sentant pas épanouie elle lâche prise pour faire un petit séjour en Angleterre afin de se « recentrer ».

Ses études lui ont donc servi de « filet de sécurité » mais aussi pour faire plaisir à ses parents, confie-t-elle. Une fois son diplôme en poche et sa première expérience de travail accomplie, elle n’avait qu’une idée en tête : vivre une autre vie et surtout pas celle d’un travail, qui paye bien certes, mais qui « donne des boules dans le ventre en se levant le matin ». De retour d’Angleterre, l’envie de faire rire se fait de plus en plus pressante, elle se donne quatre à cinq ans pour faire aboutir son projet.

A 10 ans elle monte pour la première fois sur les planches d’un théâtre. La même année elle quitte sa Normandie natale pour s’installer à Melun (77). C’est presque naturellement qu’à son retour d’Angleterre, elle vise à nouveaux les planches, même si elle se retrouve fauchée, sans travail et sans logement. Elle se décide à écrire son premier onewoman show, qu’elle boucle en 2009. S’en suit la première scène au Comedy School, petite scène ouverte parisienne, « un bon moyen de tester ses vannes », selon elle. Son spectacle, c’est sa vie tournée en dérision. « Comment devenir une femme quand tu as été éduquée comme un homme » est la toile de fond de son spectacle, car son « papa a toujours été présent mais a toujours rêvé d’avoir un fils », précise t-elle. C’est donc l’histoire d’une femme qui a fini par éclore après avoir vécu comme un mec. « La vie d’une banlieusarde, une meuf qui se cherche » selon ses termes. Plus tard, elle entre au Djamel Comedy club, où elle continue de se produire.

Elle se défend d’avoir un humour « communautaire », tant attendu par certains jeunes de banlieue quand elle monte sur scène. Elle a plutôt l’habitude d’attirer des femmes plus âgées et parisiennes. Cela ne l’empêche pas de remonter sur scène pour toucher toujours un plus large public. Le rire pour elle est une véritable thérapie, un moyen d’expression pour communiquer avec les autres, leur faire oublier leur petit problème quotidien, en somme s’évader. Mais comme il est difficile de plaire à tout le monde, Marie peut avoir des flops comme des tops, et ne se décourage pas quand le rire dans le public ne vient pas. Elle se met parfois en interaction avec le public et joue sur la provoc’. Elle va par exemple jouer les séductrices et se diriger vers certains hommes dans le public en leur disant « dommage pour toi que tu ne manges pas de cochonne » et d’ajouter « un jour, un musulman m’a dit ‘Ah oui, je ne mange pas non plus de boudin !’ »

Aujourd’hui, Marie est hôtesse d’accueil à mi-temps et réside à Paris. Un emploi qui lui permet d’écrire tranquillement ses sketchs et de pouvoir courir les scènes le soir. Modeste travail certes mais elle se sent épanouie, confessant qu’elle « préfère manger des pâtes, heureuse, que de gagner 3000 € ». Elle ne vit donc pas encore du rire, payée souvent au chapeau ou même pas du tout, mais qu’importe, après tout « la scène ce n’est pas comme au cinéma, on connaît tout de suite l’avis du public ». Le Festival pour rire juste est pour elle un nouveau tremplin, alors qu’elle se fait remarquer après un passage sur un plateau d’humour à Clichy Sous Bois, elle est contactée pour être transportée de nouveau en banlieue, cette fois-ci à la Courneuve et elle montera sur les planches ce vendredi soir.

Chahira Bakhtaoui

Programme du festival sur ce lien :

Ville de La Courneuve

Page Facebook

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021